Connect with us

Email

[Etude] Quel avenir pour l’email ?

Publié

le

A l’occasion de la rentrée, Mailjet dévoile les résultats de son étude menée par Morar Consulting qui permet de comprendre l’opinion des consommateurs sur les futures évolutions de l’emailing dans les 10 prochaines années et de la comparer avec des avis d’experts du secteur.

 

L’email est le canal que le plus de consommateurs interrogés continueront à utiliser dans 10 ans, suivi par le SMS, Facebook et les services de messagerie privée comme WhatsApp.

L’email a évolué naturellement, de l’envoi de masse au marketing comportemental centré sur le client. Il est important que les marketeurs prennent conscience que s’il y a un besoin de faire du marketing de masse, il est également essentiel d’y incorporer un élément humain.

 

Alexis Renard, PDG de Mailjet, déclare :

Alors que des plateformes récentes comme Snapchat créent actuellement le buzz notamment auprès des millennials, les consommateurs sont très fidèles à l’email qui reste le moyen de communication de référence.

Les évolutions de celui-ci comme le design responsive, la personnalisation des contenus, et plus récemment l’interactivité, permettent aux marques de communiquer directement avec leurs destinataires de façon innovante et avec des messages toujours plus pertinents et ciblés.”

 

 

 

 

 

 

Les innovations de l’email vues par les experts

Aujourd’hui, grâce à des outils bien pensés, on peut concevoir des emails responsive et bien ciblés assez facilement. Ces aspects ont été rendus beaucoup moins techniques.

Pour rester à jour sur les tendances émergentes et les anticiper, les marques doivent régulièrement expérimenter de nouvelles techniques de communication.

L’interactivité, la géolocalisation, ou encore la capacité à s’adresser à des populations plus jeunes qui recherchent des contenus rapidement assimilables est essentiel pour les entreprises.

Une chose est certaine au bout du compte : la qualité de l’expérience utilisateur restera la clé de voûte de ces démarches. L’email bénéficie de nombreux atouts pour rendre cette expérience incomparable si ceux-ci (qualité du design, personnalisation …) sont utilisés à bon escient.

 

Loïc Le Meur, entrepreneur à l’origine de la conférence Leade.rs et utilisateur de Mailjet commente :

« Je pense que l’email sera toujours en première position, même si Facebook Messenger risque de croître énormément dans les années à venir. Les consommateurs continueront à utiliser les autres réseaux sociaux dans une moindre mesure. Car la seule chose qui compte est le contenu, et ce que le lectorat peut en tirer. Tout le reste est secondaire. »

 

 

 

Le futur de l’email : la communication directe par-dessus tout

L’email est considéré par 82% des consommateurs français comme le canal qui sera le plus utilisé sur les 10 prochaines années (dont 39% sont absolument sûrs), suivi du SMS (77%) et de Facebook (75%).

 

Chad White, Directeur de la recherche chez Litmus, explique :

« Les innovations les plus importantes à venir tourneront autour de la personnalisation et de l’automatisation, propulsées par le Big Data, pour un message unique envoyé aux destinataires.

La collecte de données via tous les points d’interaction des clients offrira aux marques les informations dont elles ont besoin pour personnaliser en profondeur leurs messages et envoyer des emails très ciblés.

Des entreprises comme LinkedIn, FitBit et Netflix ouvrent la voie dans cette direction où l’utilisation des données sert d’abord à faciliter l’expérience utilisateur. »

 

 

 

Alors que les emails commencent à devenir toujours plus poussés et inventifs, les marketeurs n’ont plus besoin de passer autant de temps qu’avant à les adapter manuellement à chaque consommateur:

  • Les envois automatisés occuperont une part de plus en plus importante des volumes d’emails envoyés. Les marketeurs passeront donc beaucoup moins de temps à composer intégralement leurs messages, et beaucoup plus de temps à créer des modules et des scénarios d’automatisation.
  • Des emails dynamiques pour une expérience utilisateur totalement personalisée Le contenu ne doit plus être générique, mais doit s’adapter, de la même manière qu’un site Web s’adapte au visiteur. Grâce aux sections conditionnelles et dynamiques, les facteurs externes (localisation, appareil utilisé pour la consultation, heure de lecture, météo…) devraient influencer l’email et adapter son contenu. En fonction des changements d’habitudes, l’email devrait s’adapter en temps-réel. Il est important de penser cela comme une action des consommateurs dans le contenu plutôt qu’une action unilatérale de marketeurs.
  • Le machine learning prendra une part importante dans la proposition de contenu pour les objets d’emails, les CTA et le contenu même de l’email, ainsi que dans la recommandation de segments de destinataires. Les marketeurs ont tout intérêt à apprendre à utiliser ces outils et à les tester pour, à terme, prendre les meilleures décisions en terme d’image de marque et faire le tri dans les suggestions que l’IA a encore du mal à comprendre.

 

Matthew Potter, Directeur régional EMEA chez Movable Ink ajoute :

« Les marketeurs doivent passer davantage de temps à penser à l’avenir du marketing et se diriger vers une communication en one-to-one plutôt qu’en one-to-many. Les entreprises devraient passer plus de temps à concevoir un meilleur marketing, puisque la technologie permet de libérer du temps et des ressources.

Automatisation, optimisation, API, contenus dynamiques… tous ces éléments existent pour faire gagner du temps. Les marketeurs doivent penser en terme de finalités et travailler à rebours. S’il y a un marché de la donnée, ils devraient l’exploiter de manière intelligente. »

 

Pour plus de détails, vous retrouverez l’étude complète de Mailjet ici.

 

 


Méthodologie :

L’étude, menée par Morar Consulting sur commande de Mailjet en mars 2017, est le résultat d’un sondage auprès de 2000 consommateurs en France et au Royaume-Uni. Cette étude comprend également les commentaires des experts de l’emailing de Leade.rs, Webedia, Litmus, Movable Ink, RebelMail et Boomtrain.

 

 

Email

Email : l’avènement du mobile et le déclin des webmails

Publié

le

Une nouvelle étude menée par Return Path révèle où, quand et comment les abonnés interagissent avec leurs emails.

 

Return Path vient de publier les résultats de sa nouvelle étude sur le comportement des abonnés face à leurs emails.

Intitulée « Plateformes de messagerie – Les préférences des usagers à la loupe », cette étude révèle notamment que la montée en puissance du mobile a bousculé les habitudes des consommateurs.

Le taux d’ouverture des emails par mobile a ainsi quasiment doublé sur les cinq dernières années avec plus de la moitié des messages désormais consultés via un terminal mobile.

 

L’avènement du mobile au détriment des webmails

Le mobile devance largement le Webmail. Au cours de la période analysée, 55 % des emails ont été ouverts sur des appareils mobiles, contre seulement 29 % en 2012.

En outre, le taux d’ouverture sur Webmail (emails ouverts depuis un navigateur Internet comme Gmail.com ou Yahoo.com) a chuté de 26 % en cinq ans, passant de 37 % à 28 %.

Les emails de bureau (définis comme les messages ouverts depuis un logiciel installé sur un ordinateur de bureau ou portable, comme Outlook ou Apple Mail) génèrent le plus faible taux d’ouverture avec seulement 16 %, contre 34 % en 2012.

 

Apple domine l’email sur mobile

iOS continue de dominer Android. Même si les taux d’ouverture sur iPhone et iPad ont légèrement chuté au cours des cinq dernières années, iOS maintient un énorme avantage sur Android.

iOS cumule un taux d’ouverture de 79 % des emails mobiles, contre 20 % pour Android. En 2012, seuls 14 % des emails mobiles avaient été ouverts sur Android, contre 85 % sur iOS.

 

Gmail distance Yahoo

Gmail a dépassé Yahoo dans la course au Webmail. Le Webmail détient toujours un pourcentage important de l’ouverture d’emails, et Gmail en est devenu le leader incontesté.

En 2012, seuls 6 % des ouvertures par Webmail ont eu lieu sur Gmail ; ce chiffre a bondi à 59 % au cours de la période analysée. Pendant cette même période, Yahoo a connu un déclin rapide, ne représentant que 5 % du taux d’ouverture par Webmail – en baisse de 37 % par rapport à 2012.

 

60% des emails sur mobiles sont lus le week-ends

Le pic du week-end du taux d’ouverture sur mobile ; le gain du Webmail et du poste de travail pendant la semaine.

Sur mobile, les emails sont plutôt ouverts le week-end (60 % des messages sont consultés le samedi et le dimanche), contre 51 à 55% les autres jours de la semaine).

A l’inverse, le taux d’ouverture sur Webmail et logiciels de bureau augmente pendant la semaine de travail, lorsque les utilisateurs ont tendance à être devant leur ordinateur. Le Webmail compte 26 % de taux d’ouverture le week-end contre 29% en semaine tandis que l’email de bureau compte 13 % d’ouverture le week-end et 16 à 19% la semaine.

 

« En seulement cinq ans, nous avons assisté à des changements spectaculaires dans le secteur de l’email “, déclare Tom Sather, Sr. Director Research chez Return Path.

« Les équipes marketing doivent comprendre l’état actuel du marché de l’email et anticiper son évolution. Savoir comment, quand et où les emails sont ouverts – et comment ces habitudes ont changé au fil du temps – est un outil d’aide à la décision précieux pour optimiser les performances des programmes d’email marketing.”

 

 

L’étude complète peut être téléchargée ici. Vous pouvez également obtenir des données mises à jour mensuellement sur le microsite We Know Email Clients.

 


Méthodologie

Pour cette étude, Return Path a analysé plus de 27 milliards d’emails ouverts entre mai 2016 et avril 2017 à l’aide de l’outil de monitoring Email Client Monitor, et de l’outil gratuit de géolocalisation Geo Email Monitor.

 

Afficher la suite

Email

Infographie : les performances d’un email, de l’envoi à la transformation !

Publié

le

Pourcentage d’emails aboutis, taux d’ouverture ou de réactivité… Voici, en infographie, quelques chiffres-clés à connaître sur les performances de l’email marketing en 2017…

 

Cheetah Digital partage une infographie sur les performances de l’email marketing en France, de l’envoi à la transformation.

 

Principaux faits marquants.

  • Un taux d’emails non aboutis stable par rapport à l’année précédente, avec une moyenne de 2,81% d’emails non aboutis pour la France;
  • Un taux moyen d’ouvertures de 43,61% en France, en légère progression depuis l’année précédente;
  • Un taux de réactivité moyen de 12,6% en France, montrant une érosion certaine de l’engagement.

 

 

 

 

Afficher la suite

Email

Virus, phishing ou ransomware : l’email reste le cheval de Troie préféré des hackers

Publié

le

Selon un rapport basé sur l’analyse de plus d’un milliard de messages électroniques dans le monde, ce troisième trimestre 2017 aura été celui de tous les records en termes de cyberattaques via emails.

La fréquence et le nombre de ces attaques ont ainsi augmenté de près de 30% en un an et les techniques utilisées se multiplient…

 

Ces dernières années, chaque troisième trimestre s’est révélé une période de recrudescence des messages frauduleux, donnant un excellent aperçu des outils et des techniques que les cybercriminels vont utiliser les mois suivants. Et en la matière, 2017 ne déroge pas à la règle….

Dans son « Q3 Quaterly Threat Report », Proofpoint met en lumière les menaces et dévoile les tendances des cyberattaques. Chaque jour, les équipes de chercheurs analysent plus d’un milliard de messages électroniques, des centaines de millions de messages sur les réseaux sociaux et plus de 150 millions d’échantillons de logiciels malveillants pour protéger les entreprises du monde entier contre les menaces avancées.

Voici quelques chiffres clés sur les principaux types d’attaques présentées dans ce ” Threat Report ” :

 

Attaques par courrier électronique

Au troisième trimestre 2017, le volume d’attaques par courrier électronique utilisant des URL malveillantes a explosé, constituant la plus forte proportion d’attaques de ce genre depuis plus de deux ans. Elles ont augmenté de près de 600 % par rapport au trimestre précédent et de plus de 2 200 % par rapport au même trimestre de l’année dernière.

Les ransomwares

Ils restent la première catégorie de logiciels malveillants et constituent près de 64 % de toutes les tentatives d’attaques par email. De nouveaux types et variantes apparaissent tous les jours, mais Locky reste le plus important. Il représente près de 55 % du volume total des messages et plus de 86 % des ransomwares identifiés.

Les chevaux de Troie bancaires

Ils atteignent 24% du volume total des courriels malveillants, avec une souche appelée The Trick, représentant à elle seule 70% de ces attaques.

La fraude par email

Elle a augmenté de 29 % en 3 mois. La fréquence des attaques a augmenté quant à elle de 12 % par rapport au trimestre précédent et de 32 % par rapport à la même période l’an dernier.

 

 

Pour plus de détails,  la version française du « Q3 Quaterly Threat Report » est disponible ici.

 

 

 

Afficher la suite

must read