39% des e-acheteurs français utilisent des facilités de paiement et ces consommateurs ont tendances à acheter plus et plus souvent.

L’institut CSA et Cofidis viennent de publier une enquête complète sur le profil type des ces utilisateurs, les modalités d’utilisation de ces produits et leurs impacts sur la consommation.

 

 

Les facilités de paiements intégrées aux habitudes d’achat des consommateurs

L’étude CSA – Cofidis met en lumière la montée en puissance des nouveaux modes de consommation : l’essor des achats en ligne a contribué à faire entrer les facilités de paiement dans les habitudes des consommateurs. Une très large majorité des e-acheteurs (88%) connait ainsi au moins 1 facilité de paiement. Avec un taux de notoriété qui s’élève à 70%, la carte de crédit enseigne se place en tête du classement, suivie de près par le paiement en 3 fois par carte bancaire ou 3XCB (65%), et la solution de crédit classique (64%).

Plus visibles et mieux connues, les facilités de paiements séduisent un nombre conséquent d’e-acheteurs : 39% d’entre eux sont utilisateurs de facilités de paiement et 34% se disent prêts à y recourir. Forts de ces facilités de paiement, 38% des utilisateurs réalisent au moins un achat toutes les deux semaines sur internet contre 28% pour les e-acheteurs « classiques » et  près de 2/3 d’entre eux considèrent aujourd’hui les facilités de paiement comme des moyens de paiement classiques, au même titre que la carte bancaire.

 

L'impact des facilités de paiement sur le e-commerce

Une utilisation différenciée des facilités de paiement en fonction des achats

Les facilités de paiement sont utilisées pour plusieurs raisons : 

Elles offrent l’avantage d’étaler le paiement : une motivation citée par 53% des utilisateurs.

  • Elles permettent de réaliser un gros achat : plus d’1/3 des utilisateurs de facilités de paiement (soit 35%) s’en servent à cet effet.
  • Elles aident à préserver l’épargne : une vertu économique mise en avant par près d’un quart des sondés (24%).
  • Elles sont utiles pour les achats de moins de 300 euros pour 1/3 des utilisateurs. Les non-utilisateurs sont en revanche 31% à envisager y avoir recours pour des achats dont le montant est plus élevé, compris entre 300 et 999 euros.

Si les qualités prêtées aux facilités de paiement sont les mêmes quelle que soit la solution considérée (carte de crédit enseigne, solution de paiement réutilisable, paiement 3xCB ou encore crédit classique), les utilisations qui en sont faites divergent toutefois fortement :

  • La carte de crédit enseigne est principalement utilisée pour acheter des articles de maison (c’est le cas pour 27% de ses détenteurs), et du prêt-à-porter (20%).
  • Dans le domaine des achats domestiques, c’est le paiement 3XCB qui est plébiscité : 42% s’en servent pour échelonner leurs paiements en high tech et 33% en électroménager.
  • A la différence des autres facilités de paiement, la solution de paiement réutilisable sur le web est utilisée en priorité pour les dépenses imprévues : 32% y ont recours pour profiter d’une bonne affaire et 20% y voient le moyen idéal de réaliser un achat coup de cœur.
  • Le crédit classique est ainsi majoritairement utilisé en cas de gros achats. 43% de ses débiteurs y ont recours à ce titre et se tournent alors vers des produits électroménagers (pour 41% d’entre eux)et des accessoires d’automobiles et de motos (pour 12% d’entre eux).

Autant d’éléments qui indiquent que devant la multiplicité des facilités de paiement proposées, les consommateurs ont développé des stratégies d’achat différenciées et adaptées à leurs besoins.

Les facilités de paiement : déterminantes dans l’acte d’achat

« L’évolution des comportements d’achat et l’impact du contexte économique sur la consommation implique que les enseignes (quels que soient leurs canaux de distribution) innovent, et notamment en matière de facilités de paiement car il s’agit d’une attente forte des consommateurs. Pour un 1 e-acheteurs sur 4, la possibilité de recourir aux facilités de paiement est un critère essentiel dans le choix de l’enseigne » détaille Sébastien Godin, Directeur commercial de Cofidis France. Une proportion qui monte à près d’1 sur 2 (45%) lorsque l’e-acheteur est utilisateur de facilités de paiement.

Dans le contexte persistant de frilosité des dépenses, ces chiffres viennent illustrer l’enjeu stratégique que représentent les facilités de paiement pour les enseignes. « Il s’agit d’adapter ses services à la gestion budgétaire des consommateurs, en proposant des solutions simples à mettre en œuvre pour les enseignes, et claires et souples pour les acheteurs »,souligne Sébastien Godin.

L’enjeu est de taille : en l’absence de facilité de paiement, 69 % des utilisateurs auraient annulé ou reporté leur achat. Un chiffre qui monte à 85 % pour ceux qui ont recours à une solution réutilisable sur le web. Le montant du panier, lui aussi, aurait été différent : 51 % des utilisateurs auraient acheté pour un montant inférieur. Les e-acheteurs ayant fait appel à une solution réutilisable sur le web auraient été 60% dans ce cas. Enfin, 80% des utilisateurs soulignent que le recours à une facilité de paiement leur a permis de réaliser un achat dans des délais plus brefs.

Côté attentes des e-acheteurs, notons par ailleurs que pour 1 sur 5, la sécurité du paiement est un élément déterminant dans le choix de la facilité de paiement. 

Les facilités de paiement fidélisent et augmentent la satisfaction client

Ainsi, pour 8 utilisateurs sur 10, les facilités de paiement ont contribué à améliorer la satisfaction à l’égard du marchand. Pourquoi ? « Parce qu’en permettant l’étalement de la dépense ou la sauvegarde de l’épargne, l’enseigne propose un service à forte valeur ajoutée, qui vient clairement peser dans la décision d’achat », explique Sébastien Godin. « Ainsi, Cofidis, met au service de ses partenaires, toute sa connaissance des besoins des consommateurs en matière de gestion budgétaire t développe des solutions innovantes, adaptées aux nouveaux parcours d’achat », conclut-il. 

 

 

# à lire aussi...

Quitter les bureaux : la solution pour travailler mieux ?

Contrairement aux idées reçues, le travail à distance serait plus efficace en…

Le panier moyen continue de chuter et ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle

En 10 ans, le montant moyen d’une commande en ligne a chuté…

Les sites marchands sont la première cible des hackers

Entre mai et décembre 2018, les cybercriminels ont dirigé plus de 10…

Maturité digitale : Les forces et faiblesses de la France

Formation, infrastructures, politique, data, innovations… Une étude du BCG pointe les forces…

Les mauvaises nouvelles font toujours vendre…

Une étude internationale montre que les mauvaises nouvelles restent prépondérantes dans le…

Transformation Numérique : Des entreprises sous pression…

Un tiers des entreprises craint de devoir mettre la clé sous la…