Entre le 9 et le 15 mars, les ventes des produits de grande consommation ont progressé de 38% par rapport à l’année dernière. Du jamais vu en France…




Selon Nielsen, lors de cette semaine atypique, le chiffre d’affaires a dépassé les 2,7 milliards d’euros alors que le chiffre d’affaires hebdomadaire moyen est de l’ordre de 2 milliards d’euros.

“Si le mois de février a vu le marché français fluctuer plus fortement que  d’habitude, c’est vraiment à partir du passage au stade 2 de la pandémie (le 28 février) que les ventes en magasin ont connu des hausses atypiques de façon récurrente” précise l’institut d’étude Nielsen.

“Les déclarations successives d’Emmanuel Macron (le jeudi 12 mars, annonce de la fermeture de tous les établissements scolaires à partir du 16 mars), puis d’Edouard Philippe le 14 mars (passage au stade 3 avec la fermeture des bars et restaurants), ont enclenché des achats de panique en prévision du prochain confinement.



Un chiffre d’affaires qui a doublé le vendredi 13 mars

Si dès le jeudi 12, les ventes en hypers et supermarchés ont explosé (plus de 30% par rapport aux jeudis précédents), vendredi 13 mars restera pour longtemps une journée record pour la grande distribution. 

Les ventes ont bondi dès les ouvertures des magasins, avec parfois 6 ou 7 fois plus de produits vendus en plus sur ces tranches horaires, par rapport à un vendredi habituel.

Au final, les ventes des produits de grande consommation ont doublé sur l’ensemble de la journée, et les clients ont pu repartir avec la quasi-intégralité des produits qu’ils sont venus chercher.


Si d’importantes disparités ont pu être constatées, avec parfois des rayons dévalisés dans certains magasins, en moyenne 9 produits sur 10 étaient disponibles en rayon.

“Il faut saluer le travail des distributeurs, qui ont mobilisé toutes leurs équipes, tant au siège qu’en magasin, pour atteindre ce taux de 90% de disponibilité – avec une telle affluence, c’est un véritable tour de force !” selon Daniel Ducrocq, directeur du service Distribution de Nielsen.

Le travail des équipes en points de vente s’est même poursuivi les jours suivants, dimanche inclus, pour préparer une hausse inhabituelle des ventes liée aux nouvelles mesures de confinement, même s’il sera difficile de maintenir un tel taux de disponibilité.

Les premiers chiffres du lundi 16 mars s’annoncent déjà historiques…


Sur les catégories de produits les plus sensibles, les rayons sont désormais réapprovisionnés plusieurs fois par jour, si bien qu’il s’est vendu par exemple 5 fois plus de pâtes que d’habitude sur le vendredi 13 mars malgré les ruptures.

Sébastien Etévé, expert OSA Supply-Chain chez Nielsen, commente : “en amont, les distributeurs ont fait un travail spécifique sur la chaîne logistique des produits qui seront les plus demandés, afin de garantir une disponibilité optimale, parfois au détriment de catégories moins indispensables dans ce contexte.

Le facteur limitant n’est pas nécessairement la couverture de stock en entrepôts mais en réalité plutôt la quantité de camions disponibles pour acheminer toutes ces quantités d’un niveau inédit.”

En magasin, l’une des mesures les plus perceptibles est la disposition de palettes au sol de ces “catégories sensibles” afin de les proposer rapidement à la clientèle sans procéder à la mise en rayons.


A quoi s’attendre dans les jours à venir ?

Les annonces ultérieures faites par le Premier Ministre et le Président de la République (fermeture des commerces non essentiels, des restaurants… annoncée samedi 14, confinement annoncé lundi 16) présagent des bouleversements dans le quotidien des ménages français, et donc dans le paysage de la distribution.

Pour Daniel Ducrocq, “les magasins les plus proches des consommateurs , et situés dans des zones à forte densité d’habitations et d’emplois, auront des niveaux de vente inédits sur plusieurs semaines.

Ils bénéficieront en effet du report des circuits hors domicile et de restauration collective qui sont à l’arrêt, à l’exception de l’activité de livraison de repas.”

Des magasins qui devront répondre à une forte demande dans leur surface de vente, et encore davantage sur leur drive et leur activité de livraison à domicile…


# à lire aussi...

Post-Digital : votre entreprise survivra-t-elle au « tech-clash » ?

Accenture vient de publier un rapport sur les tendances technologiques qui redéfiniront…

2030 ou l’avènement de l’Internet des Sens

Si l’heure est aux prévisions pour 2020, le ConsumerLab d’Ericsson se projette…

Les leviers sur lesquels les marketeurs investissent le plus

Événementiel, production de contenus, publicité, SEO … Quand il s’agit de générer…