Malgré un panier moyen qui continue de s’effriter, le e-commerce français maintient sa dynamique de croissance grâce à une fréquence d’achat toujours plus élevée. Selon les chiffres de la Fevad pour le 3ème trimestre, les dépenses ont atteint 16,9 milliards d’euros soit une croissance de 12% sur un an. Et cette tendance devrait encore s’accentuer dans les semaines à venir puisque 32 millions de français s’apprêtent à acheter leurs cadeaux de Noël en ligne…

 

La Fevad vient de livrer les résultats de son baromètre sur les ventes internet au 3ème trimestre réalisé sur près de 195 500 sites marchands actifs.

Cette étude est réalisée à partir de données recueillies auprès des sites « leaders » participant à l’indice iCE40* et des informations communiquées par les principales plateformes sécurisées de paiement.

 

Une croissance de 12% au 3ème trimestre

L’activité des ventes sur internet au 3ème trimestre est toujours dynamique et affiche une croissance de 12%, malgré un retournement des chiffres de la consommation des ménages qui, après une belle embellie au 1er semestre de +2,7%, s’affiche en recul de -2,4% sur le 3ème trimestre (Source : Produits industriels hors automobile – Banque de France).

 

etude-fevad-ventes-internet-q3-2016

Au total, les ventes sur internet du trimestre ont atteint 16,9 milliards d’euros (vs 15,1 milliards d’euros au 3ème trimestre 2015).

Le nombre de transactions continue d’augmenter de +17% et atteint 227 millions au 3ème trimestre.

Le montant moyen de la transaction poursuit sa baisse avec un nouveau recul de 4% sur un an pour descendre à 75 euros. Sur 10 ans, le panier a perdu 13% ; cette baisse est le reflet de l’évolution des comportements d’achat sur internet et tend à rapprocher progressivement le panier moyen sur internet de celui en magasin.

Cette baisse du panier continue par ailleurs d’être compensée par l’augmentation du nombre d’achats en ligne par acheteur avec 7,9 achats par acheteur sur le trimestre (vs 7,2 au 3ème trimestre 2015). Ainsi, le montant dépensé par acheteur au 3ème trimestre augmente encore et atteint 590 euros (vs 562 euros au 3èmetrimestre 2015).

L’augmentation du nombre de sites marchands actifs est en croissance de +9% en un an. On en compte désormais 195 450 contre 178 500 au 3èmetrimestre 2015. La barre des 200 000 sites marchands devrait donc être franchie cette année.

 

Les market places et les ventes sur mobile accélérateurs de croissance

Le dynamisme des ventes sur smartphones et tablettes se maintient. L’indice iCM*, qui mesure les ventes sur l’internet mobile (smartphones et tablettes numériques, sites mobiles et applications hors téléchargements d’application et hors ventes sur les places de marchés) augmente de +30% au 3ème trimestre 2016.

 

etude-fevad-mobile-e-commerce-mobile-q3-2016

Les sites du panel iCM* réalisent 25% de leur volume d’affaires sur terminaux mobiles vs 20% il y a un an. Le panier moyen est plus bas sur smartphones & tablettes : environ 20% inférieur au panier moyen global des enseignes du panel iCM* (produits-tourisme).

L’indice iPM*, qui mesure le volume des ventes réalisées sur les places de marché (ventes réalisées par les sites hébergés sur les places de marché de l’iCE 40*), progresse de 15% au 3ème trimestre. Les ventes sur les places de marché atteignent 30% du volume d’affaires des sites de l’iPM* soit 3 points de plus en un an. Depuis 2011, elles ont accéléré la croissance des ventes de produits du panel iCE de 13%.

 

Un Noël à 13,5 milliards d’euros 

Les ventes de Noël (novembre+décembre) devraient représenter plus de 13,5 milliards d’euros, en hausse de près de 10% par rapport à l’an dernier, portées par l’augmentation du nombre d’acheteurs et de la fréquence d’achat.

etude-mediametrie-intention-d-achat-e-commerce-noel-2016

Cette année, près de 9 internautes sur 10 (87%) prépareront leurs achats de Noël sur
Internet. Et plus de 7 sur 10, soit 32 millions d’entre eux, achèteront leurs cadeaux en ligne (+2 millions par rapport à 2015).

Tous les écrans seront utilisés par les internautes pour préparer et commander des cadeaux en ligne avec une prédominance pour l’ordinateur (67%) suivi de la tablette (21%) et du mobile (13%) pour l’achat en ligne.

195 € dépensés en ligne par cyberacheteur pour Noël

Les cyberacheteurs dépenseront un peu moins qu’en 2015 pour leurs achats de Noël : au global 329 € quel que soit le canal (contre 341 € en 2015), dont 195 € en ligne (contre 199 € en 2015).

Comme en 2015, la part des dépenses en ligne reste donc largement majoritaire (59% en 2016 vs 58% en 2015).

Ce sont les séniors et les CSP+ qui alloueront le plus gros budget à leurs achats en ligne pour ces fêtes de fin d’année : en moyenne 233 € et 246 € respectivement pour les 50-64 ans et les 65 ans et plus et 213 € pour les CSP+.

Les cyberacheteurs privilégieront les produits culturels pour leurs achats en ligne tels que les DVD, CD ou livres (50%), suivi par les jeux/jouets (48%) et par les vêtements, chaussures et autres accessoires de mode (34%). Avec 32% d’intention d’achat sur Internet, la catégorie parfums, soins du corps, maquillage augmente de 5 points par rapport à l’année dernière.

Les internautes ne se contenteront pas d’acheter leurs cadeaux de Noël sur Internet, près de la moitié d’entre eux (48%) prépareront également leur réveillon en ligne : habillement, alimentation…

Internet, un bon moyen d’éviter la foule en magasin

Eviter la foule dans les magasins pendant la période de Noël, est la première motivation aux achats en ligne pour 62% des cyberacheteurs. D’autre part, un peu plus de la moitié des cyberacheteurs (55%) considèrent que les prix sont moins élevés sur internet qu’en magasin. Et 51% d’entre eux trouvent tout simplement qu’acheter en ligne est plus pratique.

Néanmoins, chez les internautes n’ayant pas l’intention d’acheter leurs cadeaux sur internet, ne pas pouvoir voir et toucher le produit apparaît toujours  comme le principal frein aux achats en ligne pour la moitié d’entre eux (52%)

Le téléphone mobile, pour faire ses achats de Noël n’importe où

Utiliser son téléphone mobile pour faire ses achats de Noël en ligne s’avère particulièrement pratique : 64% des cyberacheteurs mobile apprécieront cette opportunité de pouvoir acheter en mobilité.

Bertrand Krug, Directeur Adjoint de Mediametrie//NetRatings souligne que «47% des cyberacheteurs sur mobile envisagent d’acheter leurs cadeaux de Noel via leur téléphone car cet écran est devenu leur accès principal à Internet. C’est encore plus vrai pour les jeunes (54% des 15-34 ans)»

 

Les opérations promotionnelles de novembre très attendues

Les opérations de promotions telles que le BlackFriday (le 25 novembre 2016) et le CyberMonday (le 28 novembre 2016) s’avèrent de plus en plus attractives.

En effet, près de 9 cyberacheteurs sur 10 (89%) ont l’intention de profiter de ces deux événements, soit 5 points de plus qu’en 2015.

Cette année, les cyberacheteurs s’y prendront plus tôt qu’il y a un an : ils seront près d’un quart à envisager d’acheter leurs cadeaux dès la 1ère quinzaine de novembre.

Cependant, la majorité des achats resteront concentrés sur la 2ème quinzaine de novembre (36%) et sur la1ère quinzaine de décembre (37%).

 

Objectif maintenu

Le regain de croissance sur 2015 se confirme donc en 2016.

Grâce à l’acquis de croissance des 9 premiers mois de 2016 (+14%) et aux prévisions de vente pour Noël, la Fevad estime que le marché du e-commerce français devrait passer le cap des 70 milliards d’euros sur l’année 2016.

 

 


* Méthodologie

Les résultats présentés dans le cadre du bilan e-commerce sont issus des études menées par la Fevad à partir des données collectées directement auprès des sites marchands et des plateformes de paiement sécurisées. Le bilan s’appuie sur les définitions suivantes :

Indice commerce électronique (iCE) : Il est calculé à partir du chiffre d’affaires réalisé directement par les entreprises du panel iCE 40 sur l’internet fixe et mobile (hors marketplaces). Uniquement les commandes livrées en France quelque soit le lieu de livraison (domicile, relais, magasins,…). Il s’agit du chiffre d’affaires commandé, annulations, échanges et retours déduits, frais de port compris, T.T.C pour les ventes aux particuliers, HT pour les ventes aux professionnels.

Indice place de marché (iPM) : Il est calculé à partir des données collectées auprès des places de marché qui participent au panel. Il correspond aux ventes réalisées sur les market places par les sites utilisateurs.

Indice commerce mobile (iCM) : Il est calculé à partir des données collectées auprès des sites du panel. Il correspond au chiffre d’affaires réalisé directement par les entreprises membres du panel sur smartphones et tablettes numériques dans le cadre des sites mobiles et applications (hors téléchargements d’applications).

Panel iCE 40 : Données collectées auprès des sites suivants :

3 Suisses, Accor-Hotels, Air France, Auchan, Blanche Porte, Booking*, Boulanger, Brandalley,  Cdiscount, Cdiscount Pro, Club Med, Conforama, Darty, Edreams, Fnac, Galeries Lafayette, Go Voyages, Bruneau, HomeAway France, Kiabi, La Halle, La Redoute, Lastminute, LDLC Pro, Legallais, Manutan, Mistergooddeal, Opodo, Pierre & Vacances, Raja, Rue du commerce, Rue du Commerce Pro, Sarenza, Sephora, Showroomprivé, Spartoo, Staples-JPG, Ugap, Vega, vente-privee.com, vente-privée-voyage.com, Voyages-sncf, Yves Rocher.

*Estimation Fevad

Panel PSP : 9 plateformes sécurisées de paiement totalisant 178 500 sites : Adyen, Be2bill by Dalenys, Ingenico Payment Services, Monetico Paiement, Monext, PayBox, Paypal, PayZen, Worldline.

Estimation du marché global : Le calcul de l’estimation du marché global est obtenu en agrégeant les données recueillies auprès des sites du panel iCE 40 et la valeur des paiements électroniques (hors membres du panel iCE 40) communiqués par les prestataires participant au panel PSP.

 

 

# à lire aussi...

Vitesse et UX : un impact direct sur les ventes

C’est une évidence : la vitesse de chargement d’un site web a…

Le e-commerce français sur un petit nuage…

Croissance, emploi, innovation, international : tous les voyants semblent être au vert…

L’impact de l’IA sur les prix de vente

Ce n’est un secret pour personne, le prix d’un produit sur le…

Retour sur le succès des marques “D2C”

Le Slip Français, Ma Petite Mercerie, Cheerz… Une étude revient sur le…