Covid-19 : La crise n’a pas épargné le numérique…

C'est l'un des paradoxes de cette crise du coronavirus.

Télétravail, e-commerce, médias... jamais les services numériques n'auront été autant sollicités que pendant le confinement en France.

Mais cette transformation numérique à marche forcée n'aura pas suffi à préserver un secteur durement impacté sur le plan économique...


Tandis que Bercy table sur un recul de 8% du PIB et une dette de 115% (source), les dirigeants des entreprises de services sont inquiets face à la baisse de leur carnet de commandes.

A titre d’exemple, plus de 6 entreprises sur 10 (66%) ont été touchées par des abandons de projet au cours du mois d’avril ! Et le pessimisme est de mise face à des perspectives de reprise très incertaines.

Whoz, le leader des solutions de digitalisation de staffing, publie une infographie qui révèle l’ampleur de l’impact de la crise sanitaire sur l’activité des entreprises de services françaises (principalement les cabinets de conseil et les ESN).

Elle illustre une enquête* sur le marché des services faisant un état des lieux sur avril et mai 2020 et donnant de la perspective sur les mois à venir.


Principal constat : la crise sanitaire a un très lourd impact sur le marché des services… même dans le numérique !





Une baisse drastique du chiffre d’affaires


Pendant le confinement, l’activité des entreprises de services a chuté de façon significative :

  • 12% des projets ont été abandonnés, touchant 66% des entreprises ;
  • 17 % des projets ont été gelés, ce qui a un impact sur 91% des structures.


La conséquence de cette chute de trésorerie se traduit bien évidemment par un recours massif au chômage partiel : près de 6 entreprises sur 10 ont utilisé ce dispositif au mois d’avril.

Et pour le mois de mai, le pessimisme est de mise…



La certitude d’une reprise à venir… mais des doutes sur sa durée


Après un printemps et un été à l’arrêt ou au ralenti en raison de la crise économique liée au Covid-19, près de 6 entreprises de service sur 10 tablent sur une reprise dès le mois de Septembre prochain.

Mais les dirigeants restent prudents : ils sont 79% à considérer qu’elle sera progressive (entre 2 et 6 mois) voire lente (de 6 mois à 1 an).

Et tous n’auront pas la trésorerie pour attendre si longtemps…


Pour Jean-Philippe Couturier, un constat s’impose :

“Les sociétés de services vont devoir s’adapter à la crise et à un monde qui innovera toujours plus, et toujours plus vite (…)

Plus que jamais, elles ont besoin de piloter en temps réel le risque sur leurs missions et projets, de projeter le TACE sur les semaines à venir ou encore de comprendre l’impact des modifications du marché sur leur marge.

En raison d’un manque de digitalisation, elles perdent déjà jusqu’à 10% de CA/an et la tendance va aller en s’accentuant”


D’ailleurs, afin que les entreprises puissent se positionner plus facilement sur leur marché, Whoz reconduira son enquête durant les mois à venir…






Méthodologie

Enquête menée auprès de plus de 100 sociétés de services (ESN, conseil, ingénierie…), représentant au total plus de 120 000 salariés.

Elle analyse différents aspects de la situation : baisse du chiffre d’affaires, évolution du taux d’activité des consultants, part des projets abandonnés et gelés, passage en chômage partiel, mise en place du télétravail, perspectives de reprise…

Cette étude présente également le point de vue de Teknowlogy / Pierre Audoin Consultants, entreprise de conseil et d’études spécialisée dans le domaine des services informatiques.





# Must read

Merci !
N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter hebdo pour ne rater aucune de nos prochaines news:... ou à nous suivre sur les réseaux :