Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Insights

Vers un retour à la normale pour le secteur du retail ?

Après deux ans de crise sanitaire, les magasins semble retrouver un second souffle, du moins dans les grandes villes…


Quoi de neuf dans le secteur du retail ?

Les grandes villes connaissent à nouveau de bonnes performances après la crise sanitaire, la croissance du e-commerce ralentit, les consommateurs passent plus de temps dans les magasins et attendent une expérience forte et de la praticité, et les équipes performantes ont le plus grand impact sur le succès d’un point de vente.

Ces conclusions sont le résultat d’une analyse de données de vente et des comportements clients réalisée par les experts géomarketing de RetailSonar.


Le nombre de visites augmente alors que les ventes stagnent 

Durant la crise sanitaire, les enseignes du retail ont accueilli moins de clients, mais ceux-ci ont acheté plus.

« Ces effets ont disparu, » explique Olivier Brecheteau, Directeur chez RetailSonar.

« Le nombre de visiteurs dans le secteur non-alimentaire s’est accru alors que le pic de visites en supermarchés s’est estompé« .

Cependant, l’impact de l’inflation se fait sentir sur le panier moyen. Les consommateurs, comparativement à l’année 2019, dépensent moins par visite en magasin.


Plus de temps passé en magasin et des trajets plus longs 

En 2022, les consommateurs ont consacré plus de temps au shopping de manière générale. Ils ont passé en moyenne 4 minutes de plus dans les supermarchés cette année.

Les visites dans le secteur non-alimentaire ont augmenté de 8 minutes en moyenne en 2022.

Le fait que nous faisons du shopping de manière moins « efficace » est mis en évidence par le fait que les consommateurs visitent plus de magasins de manière combinée.

Par exemple, ceux qui s’arrêtent à un point de vente non-alimentaire visitent en moyenne 3 autres magasins. Le nombre de visites combinées était 37% plus élevé en 2022.

Non seulement le temps passés en magasin mais également le temps passé pour s’y rendre a augmenté de façon significative.

« Les consommateurs se déplacent à nouveau plus loin, et même plus loin qu’avant la crise sanitaire. Un indicateur clair que la tendance d’acheter à proximité a passé son pic. »


Ventes : les grandes villes revivent, les plus petites souffrent à nouveau 

« Moins de passants, aucun touriste, écoles et bureaux fermés. Le secteur du retail a particulièrement souffert dans les grandes villes durant la crise sanitaire. Rien de cela en 2022. Les hypercentres des grandes villes font même 2% de mieux en 2022 qu’en 2019. »

« On constate une tendance similaire avec les centres commerciaux, » ajoute Brecheteau.

Maintenant que l’impact de la pandémie est atténué, la cause de la chute des ventes a disparu.

Le contraste avec les plus petites villes est frappant. Ces dernières ont surperformé de 12% durant la crise sanitaire alors que la proximité était un atout évident. Cet effet positif a disparu.

En effet, les petites villes sous-performent de l’ordre de 4% en 2022 par rapport à 2019.

Enfin, investir dans des points de vente en périphérie urbaine reste le choix le plus sûr.

Pandémie ou inflation ? Les emplacements facilement accessibles ont continué à montrer de belles performances.


L’explosion du e-commerce a ralenti, les points de vente physiques plus pertinents que jamais 

La crise sanitaire a généré une croissance sans précédent des ventes en ligne. En 2022, pour la première fois, cette croissance décline fortement.

« Les chiffres de croissance sont de nouveau en ligne avec les attentes, » ajoute Olivier Brecheteau. « Est-ce que les consommateurs réduisent leurs achats en ligne pour se reporter sur des achats en magasin ? La vérité se trouve à mi-chemin. »

Les points de vente sont plus pertinents que jamais.

« Ceci est à relier à l’effet halo. Les enseignes du retail vendent plus en ligne dans les zones proches des points de vente physiques. La raison ? L’enseigne se situe à proximité, fait rayonner sa marque et la confiance du consommateur y est plus forte.« 

« L’effet halo croit tous les ans. Plus de 99% des emplacements étudiés ont montré une croissance de l’effet halo en 2022. »


Les consommateurs recherchent de l’expérience de qualité 

Ce qui a déterminé le succès d’un emplacement en 2022 ? « Une centaine de facteurs jouent un rôle. Ceux-ci peuvent être classés en 3 catégories. Une expérience shopping plaisante, l’aspect pratique et la visibilité.« 

Durant la crise sanitaire, les consommateurs ont exigé un aspect pratique fort: fluidité, sécurité et rapidité. Sans attente ni frustration.

Les points de vente qui se sont adapté dans ce sens ont surperformé de 31%. Et même en 2022, l’aspect pratique reste un facteur essentiel de performance supérieure.

Une expérience de qualité a longtemps été une garantie de bonnes performances commerciales. Mais jusqu’à fin 2012, l’expérience shopping n’a pas vraiment été au rendez-vous. Les magasins proposant une expérience supérieure n’ont surperformé que de 6%. Désormais, en 2022, ces magasins surperforment de 24%.


Une équipe performance, un facteur crucial pour le succès d’un point de vente

Chaque année, RetailSonar analyse les 5 facteurs clés de succès qui ont un impact significatif sur la performance des points de vente.

« L’accessibilité, la taille optimale, les voisins parfaits et disponibilité de parking restent essentiels. Mais cette année, la qualité de l’équipe est le facteur numéro 1, » révèle Olivier Brecheteau.

« Des employés compétents, aimables et force de conseil peuvent réellement faire la différence; Le retail reste une histoire de relation humaine« .


La guerre des talents rend la tâche compliquée pour les acteurs du retail. En effet, 8 enseignes sur 10 déclarent dans l’enquête RetailSonar qu’elles ont des difficultés majeures à recruter…







À propos de cette analyse

En collaboration avec une sélection de fidèles clients, RetailSonar a analysé les données de vente anonymisées de plus de 450 sites de vente au détail – répartis dans un grand nombre de secteurs – au cours de la période du 14 mars 2020 au 31 décembre 2022. Ces données sur les ventes ont été complétées par des données actuelles et des algorithmes d’IA, puis comparées à l’année 2019.







# A lire aussi ...

Insights

Le montant des dépenses contraintes semble diminuer pour la première fois depuis plusieurs années...

Insights

Avec un budget moyen compris entre 50 et 100€, les Français attendent la dernière minute pour acheter leur cadeaux de Fête des Mères...

Insights

Les jeunes générations font du poids de la marque un critère déterminant et accordent bien moins d’importance au prix que les séniors.

Insights

Les consommateurs se tournent de plus en plus vers l'IA pour rechercher des produits éthiques et durables...

Publicité