/

Les chiffres du e-commerce en France : décryptage d’une année hors norme

Avec 112 milliards d'euros générés par les ventes en ligne en 2020, le e-commerce atteint de nouveaux records en France. Pourtant, le bilan de cette année si spéciale est plus contrasté qu'il n'y paraît...


D’après le bilan des ventes e-commerce 2020 que vient de publier la Fevad, les ventes en ligne n’ont progressé que de 8.5% cette année en France ( contre 11.6% en 2019) pour atteindre 112 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Derrière ce chiffre, qui peut paraître décevant vu l’explosion qu’ont connues les ventes en ligne lors des confinements, se cachent une très forte disparité d’un secteur à l’autre.

Ainsi, si les ventes de produits ont connu une hausse de +32% en 2020 (voire même + 53% pour les sites e-commerce d’enseignes !), cette croissance vient juste contrebalancer la forte chute de la vente en ligne de services (jusqu’à -47% pour le secteur du tourisme).



1.84 milliard de transactions en ligne en 2020


Le secteur du e-commerce (Produits et Services) a atteint 112 milliards d’euros en 2020, en hausse de 8,5%, contre 11,6% en 2019.

Cette croissance est tirée par la hausse des ventes de produits sur internet estimée à +32% tandis que les services s’affichent en baisse de 10%, sous l’effet de la chute brutale des activités de voyages et de loisirs pendant la crise.

Au cours des 12 derniers mois, les sites de vente sur internet, tous produits et services confondus, ont enregistré plus de 1,84 milliard de transactions, soit une hausse annuelle de 5,8%.

La crise sanitaire a modifié l’évolution du montant moyen d’une transaction qui était en baisse depuis plusieurs années.

Le panier moyen s’élève à 61 euros en 2020 (vs 59 euros en 2019).

Le secteur compte 17 400 sites supplémentaires par rapport à l’an dernier.

D’après l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, au 4ème trimestre 2020, le nombre de cyberacheteurs s’élève à près de 42 millions, soit plus de 1,5 million de cyberacheteurs supplémentaires en 1 an.



La pandémie a entraîné une accélération de la vente de produits sur internet


Les deux périodes de confinement ont entraîné des pics d’activité sans précédent sur la vente en ligne de produits. Entre ces deux périodes les ventes sont restées à un niveau élevé.

L’accélération des ventes a été particulièrement marquée au dernier trimestre.

La fermeture des magasins et celle des rayons dits non-essentiels ont conduit à une forte augmentation des ventes au mois de novembre qui s’est poursuivie en décembre, en dépit de la réouverture des commerces physiques.


La période de Noël (novembre-décembre) a connu une hausse de 23% par rapport à Noël 2019 et les ventes de produits et services ont atteint 25 milliards d’euros.

Alors que le e-commerce ne représentait que 9,8% du commerce de détail en 2019, il en représente aujourd’hui 13,4%.


Les grandes enseignes se sont rattrapées sur le web…


Les ventes de produits grand public du panel iCE 100 (mesure de la croissance sur un échantillon constant d’une centaine de sites parmi les sites leaders) ont enregistré une augmentation de 29,4% en 2020.


Avec une année 2020 bouleversée par la crise sanitaire et les deux confinements, les secteurs de la Beauté-Santé et des Produits de Grande Consommation enregistrent les plus fortes croissances.

Le premier avec +52% et le second avec +42% (source : Nielsen). Suivent les Produits Techniques (+34%) et le Mobilier/Décoration (+24%).

A noter qu’au mois d’avril, lors du premier confinement, les ventes de produits de grande consommation ont augmenté de 86%. Ces achats sur internet ont permis aux foyers qui le souhaitaient d’acheter des biens alimentaires sans se rendre en magasin.

Sur l’ensemble de l’année, ce sont les enseignes magasins qui signent les meilleures performances sur internet avec des pics de croissance de +100% sur chaque confinement.

En 2020, leur chiffre d’affaires a augmenté en moyenne de +50% par rapport à 2019 avec l’accélération des livraisons à domicile, du click & collect et du drive.

Les ventes aux professionnels du panel iCE 100 ont enregistré une croissance de +11% sur l’année. La hausse des ventes au second semestre a permis de maintenir une croissance à deux chiffres, après un début d’année en demi-teinte.

Enfin, les sites de Voyage-Tourisme subissent de plein fouet les effets des restrictions de circulation imposées par la crise sanitaire.

Malgré une légère amélioration de la situation au cours de l’été, les nouvelles mesures de confinement prises à l’automne sont venues affaiblir encore davantage le secteur qui recule cette année de -47% par rapport à 2019.


Mobile et marketplaces toujours en croissance…


Les ventes réalisées pour le compte de tiers (sur les places de marché) ont permis à de nombreuses TPE/PME de limiter le recul de leur activité.

En moyenne sur l’année 2020, les places de marché ont progressé de +27% soit deux fois plus vite qu’en 2019.

Le volume d’affaires réalisé sur les places de marché est stable à 15% du volume d’affaires du panel iCE100 ventes de produits.

Les ventes sur mobile de l’iCM, qui cumulent ventes de produits et ventes de voyages, ont été freinées en 2020 par le recul des ventes de transport, voyage, billetterie, etc…

Alors qu’elles affichaient une croissance de 18% en 2019, elles n’ont progressé que de 5% en 2020.

Cette baisse s’explique en partie par la chute des achats de voyages et de loisirs qui font d’habitude l’objet de nombreuses commandes sur mobile.







Méthodologie 

Cette étude a été réalisée avec le concours des sites marchands leaders dans leur secteur et de 9 plateformes sécurisées de paiement.

Les données collectées par la Fevad auprès des sites marchands correspondent aux définitions suivantes : 

Indice commerce électronique (iCE 100) : Chiffre d’affaires réalisé en propre par les sites du Panel iCE 100 sur l’internet fixe et mobile. Les sites qui éditent une market place ne comptent pas le volume d’affaires réalisé sur market place, ni les commissions générées. Uniquement les commandes livrées en France. Tous les lieux de livraison sont retenus (y compris retraits en magasin). Il s’agit du chiffre d’affaires commandé (on considère la date de prise de commande et pas la date de livraison). Annulations, échanges et retours déduits, frais de port compris, TTC pour les ventes aux particuliers, HT pour les ventes aux professionnels.

Indice place de marché : Volume d’affaires réalisé par les sites hébergés sur les places de marché du panel iCE100.

Indice commerce mobile (iCM) : Chiffre d’affaires réalisé en propre sur smartphones et tablettes numériques dans le cadre des sites mobiles et applications (hors téléchargements d’applications).

Composition du Panel iCE 100 : Plus de 100 sites : produits grand public (100 sites), e-tourisme (15 sites) et ventes aux professionnels (20 sites).

Composition du Panel PSP : 9 plateformes sécurisées de paiement : Adyen, Dalenys, Ingenico Payment Services, Monetico Paiement, Monext, Paypal, PayZen, Verifone, Worldline.

Estimation du marché global : Le calcul de l’estimation du marché global est réalisé à partir des données recueillies auprès des sites du panel iCE 100, de la valeur des paiements électroniques (hors membres du panel iCE 100) communiqués par les prestataires participant au panel PSP et d’une estimation des paiements hors ligne (enquête Fevad auprès des marchands de l’iCE 100).