Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Insights

Le luxe de seconde main fait de plus en plus d’adeptes

Longtemps réticentes à l’idée de se lancer sur le marché de la seconde main, de plus en plus de marques de luxe franchissent désormais le pas…



Adot a organisé la 6ème édition de son Research Lab en partenariat avec CMI Media, la régie publicitaire du groupe CMI France.

Pour cet évènement Adot et CMI Media ont co-réalisé une étude exclusive afin de comprendre les enjeux liés à l’essor du marché du luxe de seconde main.
 

En interrogeant des échantillons de populations complémentaires, France entière et panel exclusif des lectrices ELLE, cette étude souhaite apporter aux acteurs du luxe des éléments clés pour appréhender ce marché. 
 

En pleine explosion depuis plusieurs années, le vintage séduit aujourd’hui les grandes maisons de luxe, longtemps absentes sur ce créneau.

Le marché du luxe de seconde main représenterait ainsi 28 Milliards d’euros dans le monde en 2020*.

Qui sont ses consommateurs ? Quelles sont leurs motivations d’achat ? Cette tendance représente-t-elle une menace ou une opportunité pour les acteurs du luxe ?


Un intérêt fort pour le luxe de seconde main


Ils sont 75 % de Français à déclarer être prêts à acheter des produits de luxe de seconde main.

Cet intérêt est encore plus grand pour les femmes de 18-34 ans dont 83% sont prêtes à acheter ces produits de luxe.

Le prix attractif et l’écologie sont les deux principales motivations d’achat

La recherche d’un prix attractif est la raison principale d’un achat de luxe de seconde main, en effet 82% des Français y accordent une grande importance.

Le critère secondaire est la volonté de limiter la production de produits neufs, ils sont 52% à y accorder une grande importance.

En revanche, la question de l’authenticité du produit reste le principal frein à l’achat. 

Un véritable marché additionnel pour les acteurs du luxe

En conclusion de cette étude, Adot et CMI Media mettent en avant l’importance pour les marques de luxe de capitaliser sur ce marché additionnel où le risque de cannibalisation est faible.

En effet, parmi les acheteuses de produits de luxe de seconde main, elles sont 82% à déclarer qu’elles n’auraient pas acheté le produit neuf si elles ne l’avaient pas trouvé de seconde main.





# A lire aussi ...

Insights

Prix, seconde main, achats responsables... Les crises successives ont fortement modifié les tendances de consommation en France.

Insights

La valeur cumulée des 50 premières marques françaises a augmenté de 30% en deux ans...

e-Commerce

Inflation oblige, les acheteurs français accordent désormais plus d’importance aux coûts qu’aux aspects pratiques.

e-Commerce

61% des e-commerçants français interrogés par la Fevad envisagent une croissance de leur chiffre d’affaires cette année malgré la conjoncture.

Publicité