En France, le e-commerce résiste plutôt bien à la crise…

Si l’on compare la France, le Royaume-Uni, les États-Unis ou encore l’Allemagne, force est de constater que les performances hexagonales en matière de e-commerce sont très honorables, malgré la crise...


L’outil Covid Commerce Insight, mis en place par Emarsys et GoodData*, compare l’évolution des transactions commerciales en ligne en volume (quantité des transactions) et en valeur (revenu issu des transactions) en mesurant les performances de pure players digitaux et des magasins physiques détenant des points de vente en ligne.




Des voyants au vert pour le e-commerce en avril

Tous secteurs confondus (mode, maison et DIY, sport), les commerçants (magasins physiques ayant un point de vente digital) présents en France connaissent la meilleure performance avec un pic de croissance des revenus générés par les transactions commerciales à + 109 % mi-avril.

En comparaison, les performances se portent à + 76 % au Royaume-Uni, + 73 % aux États-Unis et + 42 % en Allemagne.

S’agissant des performances des pure players digitaux sur ces quatre pays, elles sont en hausse régulière de puis le 6 avril, et aux dernières nouvelles la France enregistre une augmentation de 75 % des revenus générés par les transactions.

Si l’on regarde le temps long (les chiffres sont suivis depuis début janvier), les commandes et le revenu généré dans ces quatre pays repartent à la hausse depuis début avril.

En France, les voyants sont plutôt au vert et les commandes adressées aux pure players web comme aux retailers s’améliorent sur les trois secteurs.

Seules, les marques physiques du domaine de la mode enregistrent une baisse des commandes de 42 % depuis une semaine.


La Chine et l’Inde sont plus durement impactées par la crise

Du côté des BRICS, en revanche, les voyants sont plutôt au rouge à l’exception de la Russie qui tire son épingle du jeu avec + 47 % de commandes adressées au retailers.

Chine et Inde accusent des baisses sensibles en revanche : – 41 % de commandes adressées à Pékin sur la première quinzaine d’avril par exemple.

Et une baisse de 65 % des revenus engrangés par les pure-players web chinois.

La crise semble frapper plus durement l’usine du monde que les acteurs occidentaux…






*Le projet Covid Commerce Insight (ccinsight) est lancé par deux entreprises de la tech, Emarsys et GoodData pour aider chefs d’entreprise, économistes et décisionnaires à tirer des enseignements et anticiper l’après-crise.

Plus d’un milliard d’interactions clients et 400 millions de transactions sont analysées, secteur par secteur, dans 120 pays.

Le nombre de commandes effectuées en ligne et la valeur monétaire des transactions sont mesurés, notamment auprès des 2 500 entreprises clientes d’Emarsys.

Données récoltées depuis janvier 2020 – analyse sur un échantillon du 6 au 19 avril 2020.




# Must read

Merci !
N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter hebdo pour ne rater aucune de nos prochaines news:... ou à nous suivre sur les réseaux :