Les résultats d’Amazon n’en finissent plus d’étonner même les plus optimistes des analystes. Sa croissance est telle qu’elle devrait bientôt dépasser le seuil historique des 1000 milliards de dollars de valorisation boursière et ainsi coiffer sur le poteau les autres GAFA prétendants à ce titre.

Mais plus qu’une valorisation spéculative, ce montant astronomique pourrait aussi bientôt correspondre au chiffre d’affaires réalisé par ce géant du e-commerce mondial …

 

 

Alors que Jeff Bezos, son créateur, est désormais l’homme le plus riche du monde, devant Bill Gates, Amazon ne cesse d’affoler les compteurs.

En dépassant les attentes des analystes au premier trimestre 2018 avec un chiffre d’affaires de plus de 51 milliards de dollars et des ventes en hausse de 43% sur un an, le cours en Bourse a gagné plus de 9%, amenant la valeur de l’action vers un record de 1658 dollars.

Une situation qui place désormais le e-commerçant parmi les challengers au titre de première société de l’Histoire valorisée à plus de 1000 milliards…

 

1000 milliards de valorisation …

Les analystes imaginent déjà un prix de l’action Amazon passer à 2000 dollars sous peu, des leviers de croissance étant encore à disposition pour le groupe d’e-commerce.

Une estimation sans doute aussi un peu aidée par la confirmation des 100 millions de clients Amazon Prime récemment diffusée dans un mémo et par l’annonce de la hausse de l’abonnement aux Etats-Unis.

Rien ne semblant pour le moment arrêter le géant du commerce en ligne, certains analystes évoquent désormais clairement sa capacité à devenir la première société à passer le cap des 1000 milliards de dollars de valorisation boursière, et ce dans moins d’un an

Cette progression est telle qu’Amazon pourrait bien coiffer au poteau Apple, longtemps vue comme la seule capable d’atteindre ce seuil symbolique. Pour y parvenir, il faudrait toutefois que la valeur de l’action progresse jusqu’à 2100 dollars.

 

Une situation favorable

Il faut dire que face aux autres GAFA, Amazon a un atout de poids : le cœur de ses revenus reste lié au e-commerce, un secteur autrement plus stable actuellement que celui des revenus publicitaires dont Google ou Facebook sont ultra-dépendants.

Source : Statista

 

La firme a également su diversifier avec succès ses activités (on pense notamment au très rentable Amazon Web Services, à ces offres de logistique ou encore de paiement en ligne) et ses sources de revenus (ouverture à la publicité, services de vidéo et d’abonnements…).

Et pour ce qui est de l’avenir, celui-ci s’annonce tout aussi prometteur avec la future diversification dans le retail physique via AmazonGo ou le développement des assistants vocaux où la firme est encore une fois bien placée.

Une situation très favorable donc, au point que certains estiment déjà que l’ensemble de la structure Amazon pourrait atteindre prochainement les 1 000 milliards mais cette fois-ci de chiffre d’affaires…

 

… pour 1000 milliards de revenus ?

Si en 2017 Amazon n’affichait “que” 117 milliards de dollars de revenus net, ceci équivalait déjà à 330 milliards de dollars en revenus bruts.

Des montants qui devraient être bien supérieurs cette année puisqu’ils sont estimés à plus de 410 milliards pour 2018.

Selon les données de la Bloomberg Intelligence Analysis, si les activités d’Amazon suivent la même courbe de croissance dans les années à venir, leurs revenus cumulés pourraient donc franchir la barre des 1 000 milliards de dollars dès 2025.

Source : Statista

 

Du jamais vu mais de l’ordre du possible quand on voit l’ascension hors du commun de ce qui n’était au départ qu’une librairie en ligne…

 

 

 

# à lire aussi...

Ce que les enseignes doivent savoir sur le Smart Phygital

En moins de 20 ans, le monde du retail s’est totalement métamorphosé.…

Comment Google compte se différencier d’Amazon

Voici maintenant quelques semaines que Google prépare le lancement de son nouveau…

Gestion de crise: le B2B n’est plus immunisé…

Les marques grand public ne sont plus les seules affectées par les…

Les mauvaises nouvelles font toujours vendre…

Une étude internationale montre que les mauvaises nouvelles restent prépondérantes dans le…