Les nouveaux comportements des internautes interrogent les règles du référencement naturel.

Dans ce contexte, quel est l’avenir du SEO ?





Une tribune de Véronique Duong



Le nombre d’internautes gagne du terrain chaque année.

En octobre 2019, l’Union internationale des télécommunications recense 4,5 milliards d’internautes (soit 58% de la population mondiale) contre 4,2 milliards (soit 55% de la population mondiale) en juin 2018.

Pour faire face à cette progression fulgurante, les critères des moteurs de recherche ne cessent d’évoluer.

Google, Bing, Yahoo! ou encore Baidu continuent d’accentuer leurs exigences tant en termes de pertinence des réponses apportées aux interrogations des internautes, de qualité d’informations, de confort de navigation que de rapidité d’accès aux contenus.

Quels sont les nouveaux enjeux auxquels devront s’adapter les acteurs adeptes du référencement naturel ?


Comment satisfaire le nombre de mobinautes en hausse ?

Rien qu’en France, près de 50% du temps quotidien d’un internaute est passé sur son smartphone (source : Médiamétrie).

D’une part, son format s’adapte parfaitement aux contraintes de vie des utilisateurs : léger, utilisation intuitive et transportable facilement.

D’autre part, le mobile condense à lui seul les réponses aux besoins quotidiens : réveil, agenda et emails synchronisés, accès à l’information en temps réel, moyen de paiement…

Pour répondre à cette tendance, le géant américain Google a lancé en 2016 un programme pour favoriser la création de pages “mobile-friendly” à travers le format Accelerated Mobile Pages (AMP).

Les mobinautes sont alors redirigés vers des pages accélérées, c’est-à-dire dont le chargement prendra moins de 2 secondes garantissant une visualisation et une qualité d’informations optimales.

Baidu, le moteur de recherche chinois a initié un programme similaire nommé Mobile Instant Pages (MIP) pour les sites chinois. À noter qu’un encodage AMP suffit pour être pris en compte dans le programme MIP.

Depuis fin 2016, Bing suit la tendance en adoptant à son tour la technologie AMP. Elle promet une expérience utilisateur haut de gamme aux mobinautes même avec une faible connectivité (2G, 3G).


L’essor de la recherche vocale

D’après des études réalisées par Médiamétrie et Adobe, 50% des recherches web seront vocales d’ici 2020. Cette décennie démarre donc sous les auspices d’une nouvelle manière de rechercher l’information.

Avec l’arrivée d’une génération toujours plus connectée aux manettes des smartphones, le SEO vocal devient déjà incontournable pour l’optimisation des sites web.

La recherche vocale met en lumière une caractéristique spécifique : celle de fournir une unique réponse à la question posée d’où l’intérêt fondamental de soigner sa stratégie de référencement naturel. Les réponses figurent au niveau des Rich Snippets c’est-à-dire en position 0 du SEO.

La simplicité et la rapidité à questionner un moteur de recherche à travers l’assistance vocale exigent toutefois une adaptation du langage.

Là où la recherche textuelle privilégie les mots-clés, la recherche vocale requiert une formulation de requêtes semblable à une conversation que l’internaute engagerait avec une personne.

Les exigences d’adaptation au mobile favorisent aussi les recherches vocales lorsque l’on constate qu’elles sont majoritairement effectuées avec des smartphones.

Google encourage cette tendance à travers la mise à jour de deux algorithmes : Mobile First Index et BERT.

Respectivement, l’un récompense les sites les mieux adaptés au format mobile, l’autre favorise le décryptage des requêtes formulées à l’oral.

Les contraintes imposées par ces nouveautés technologiques n’épargnent aucune entreprise du monde. Chacune devra donc s’adapter au rythme des évolutions des règles du jeu des moteurs de recherche pour sortir du lot…




A propos de l’auteure

Auteure d’ouvrages SEO chinois, Directrice associée chez RANKWELL et Past Immediate Presidente du SEO Camp, Véronique Duong est passionnée par le SEO et l’ingénierie linguistique depuis 2010.

Elle est diplômée d’un Master 2 en Traitement Automatique des Langues /
Ingénierie Linguistique, et elle est certifiée “CESEO – Expert Référencement”.

Maîtrisant le mandarin, elle s’est spécialisée sur le SEO Baidu, en plus du SEO Google.

L’auteure est passionnée par la recherche et la rédaction d’articles et de publications sur les sujets liés au référencement naturel chinois et occidental.




# à lire aussi...

Comment personnaliser l’expérience client sans être intrusif ?

Une étude menée par Accenture en mai 2018 révèle que 83% des…

La Data, nouveau cerveau de la Pop Culture

Les datas sont partout et vont même jusqu’à jouer un rôle de…

Et si la vraie personnalisation passait par la zéro-party data ?

Data, data, data… Les marketeurs ont tellement de data qu’ils se noient…