/

Google n’est plus la première porte d’entrée du e-commerce

Si Google est toujours (et de loin) le moteur de recherche le plus utilisé en France, en matière d'achats en ligne il est désormais fortement concurrencé par Amazon et les réseaux sociaux ...


Ad’s up Consulting et l’Ifop viennent de publier les résultats d’une nouvelle étude sur l’impact et la perception de la publicité digitale auprès des internautes et plus particulièrement des e-acheteurs.

Si cette enquête confirme une nouvelle fois l’essor du e-commerce en France, elle souligne surtout la montée en puissance d’Amazon et des réseaux sociaux quand il s’agit d’acheter en ligne….



Le shopping en ligne, grand gagnant de l’année


94% des français interrogés ont indiqué réaliser leurs achats en ligne et parmi eux, 4 interviewés sur 10 s’identifient d’ailleurs comme des acheteurs réguliers (de plusieurs fois par mois à une fois/semaine).

Une tendance qui s’impose sans surprise après une évolution des comportements d’achats, notamment liée à la crise Covid-19, aux confinements et aux fermetures répétées des magasins physiques.


Quant à la perception de la sécurité de ces achats en ligne, 72% des personnes interrogées affirment avoir entièrement confiance en achetant sur internet. Un sentiment de sûreté corrélé avec la fréquence, puisqu’on monte à 83% pour les acheteurs hebdomadaires. 




Amazon et Google : quand le challenger dépasse le champion en titre


Lors des études Ifop menées par Ad’s up Consulting en 2013 et 2017, 93% des personnes interrogées avaient indiqué utiliser régulièrement Google pour effectuer des recherches sur Internet.

En 2021, la firme de Mountain View semble voir son quasi-monopole sur le Search en France sérieusement challengé, avec Amazon qui devient le moteur de recherche le plus utilisé pour 57% des acheteurs réguliers contre 54% pour Google. Une première !


Du côté du profil de ces personnes privilégiant globalement Google et Amazon pour leurs achats en ligne, il est intéressant d’observer d’ailleurs que plus de la moitié (52%) ont en moyenne + de 35 ans. 



Les réseaux sociaux : nouveaux acteurs de l’E-commerce


C’est l’évolution à laquelle on a assisté progressivement ces dernières années.

Au-delà du rôle de plateformes sociales et d’échanges, les réseaux sociaux sont surtout devenus de redoutables leviers d’e-commerce avec une course aux nouvelles fonctionnalités pour rendre l’expérience shopping la plus fluide possible.

Aussi, aux côtés d’Amazon et de Google parmi les moteurs de recherche les plus utilisés par les personnes interrogées pour leurs achats en ligne : on retrouve logiquement Facebook (18%), Instagram (19%) YouTube (14%) ou encore Pinterest (11%), et ces derniers sont (sans surprise) principalement utilisés par les moins de 35 ans (Exemple : 54% de ceux ayant indiqués Instagram ont entre 18 et 24 ans).



Une utilisation stable des annonces Google Ads


4 ans après la dernière étude de l’Ifop sur le sujet, on observe une tendance stagnante quant à l’utilisation des annonces Google Ads par les internautes (45% en 2017 et toujours 45% en 2021).


Surprenant car ces dernières années, Google avait pourtant essayé d’améliorer leur apparence en rendant les annonces payantes extrêmement proches visuellement de leurs pendants organiques afin de proposer une navigation utilisateur sans coutures.

Une tendance linéaire donc, et qui garde la cote chez les 35-64 ans qui sont 50% à toujours cliquer sur cette zone payante.

En comparaison, il est intéressant de noter que parmi ceux privilégiant la zone organique des résultats de recherche (39%), la tranche d’âge majoritaire se situe sous les 35 ans (61%)


Les français sensibles à la qualité des publicités sur les réseaux sociaux


En exposant l’échantillon à deux posts Facebook (l’un organique, l’autre sponsorisé), les internautes interrogés ont répondu à plus de 60% être plus enclins à cliquer sur le visuel de la publicité payante.


Parmi eux, on observe 64% de femmes et 69% des  cliqueurs ont moins de 35 ans.

Ces 61% de français ont en effet montré une sensibilité particulière à la qualité du visuel de la publicité (graphisme, call to action intuitif, spécificités de la plateforme respectées, pertinence message et mots clés mis en avant).

Si les annonceurs ont donc tout intérêt à être présents via des campagnes Social Ads sur Facebook, Instagram, etc, ils doivent également veiller impérativement à l’attractivité de leurs visuels pour s’assurer les meilleures performances.



Les raisons qui poussent les internautes à l’achat


54% des personnes interrogées déclarent être influencées par les réseaux sociaux pour leurs achats en ligne, avec des divergences dans les raisons qui les poussent à effectuer ces achats.

En effet, pour 29% des utilisateurs (dont 35% de foyer avec enfants) les publicités qui mettent en avant un produit qu’ils voulaient acheter depuis longtemps sont plus incitatives.

Alors que pour 21% des internautes (parmi eux 33% ont -35 ans) c’est intéressant de noter qu’ils sont plus ouverts à la découverte et apprécient les publicités de produits qu’ils ne connaissent pas/qui éveillent leur curiosité.

Les internautes semblent être également sensibles pour 11% à des publicités qui leur proposent un produit sur-mesure (on passe à 13% pour les acheteurs réguliers) et enfin, 5% des internautes cliquent si la publicité met en avant des produits déjà vus plusieurs fois sur internet. 








Méthodologie

Cette étude vise à mesurer la perception et l’impact de la publicité digitale auprès des utilisateurs. Elle a été menée par l’IFOP du 17 au 19 mars 2021 pour Ad’s up Consulting auprès d’un échantillon national représentatif de la population française, composé de 1017 individus âgés de 18 ans et plus.

Cette taille d’échantillon a permis d’identifier 957 utilisateurs (415 réguliers et 542 occasionnels) du digital (Google, Amazon, Facebook,…) pour leurs achats en ligne. L’échantillon a été structuré selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession de l’interviewé et du chef de ménage, région et catégorie d’agglomération).