25 juillet 2017

Quantcast vient de réaliser une étude auprès des annonceurs et agences médias français afin de connaitre le type de data qu’ils plébiscitent et l’utilisation qu’ils en font.

 

Quantcast, société spécialisée dans la publicité programmatique et la mesure d’audience sur internet, vient de livrer les résultats d’une enquête menée par iligo auprès de 150 annonceurs et agences médias en France.

L’objectif : connaître le type de données utilisées par les acteurs du marché français, l”utilisation qui en est faite et les objectifs qui lui sont assignés.

 

Un recours avant tout aux First Party Data

A la question, « Quelles données votre société exploite-t-elle dans le cadre des campagnes publicitaires digitales qu’elle met en place (soit avant, soit après la campagne) », la First Party Data est clairement plébiscité :

 

Certaines données inspirent davantage confiance que d’autres et là encore les First Part Data ressortent en tête puisque 56% des interrogés estiment que les First Party Data sont de bonne qualité, voire de très bonne qualité ; 39% que les données de DMP utilisées sont de bonne qualité et seulement 34% que les Third Party Data sont de bonne qualité

 

 

Les données contextuelles particulièrement utiles…

Autre point que révèle l’étude, l’importance de la data « contextuelle » et en particulier les données de géolocalisation et les données comportementales telles que les sites visités, les achats effectués… qui semblent être devenus incontournables pour les agences médias et les annonceurs français.

Les centres d’intérêts et les données socio-démographiques sont aussi soulevés par les répondants.

 

 

…En particulier pour cibler les campagnes

23% des interrogés utilisent ces données plutôt après la campagne alors qu’ils sont 77% à les utiliser en amont.

Ces données sont largement utilisées pour mieux connaitre ses clients dans le cadre d’une analyse post campagne.

Elles sont également utilisées pour avoir une connaissance approfondie des prospects. Vient ensuite l’avantage d’avoir une vision plus importante du ROI qui se trouve au même niveau que l’avantage d’obtenir des insights comportementaux des internautes.

En revanche, 49% des sondés estiment que les données ne sont pas assez exploitées (34% des interrogés pensent qu’elles sont exploitées au bon niveau).

 

Un enjeu de qualité accrue…

On voit donc clairement se dégager un enjeu majeur autour de la qualité de la data.

Agences et annonceurs attendent dans les trois années qui viennent une réelle amélioration de la donnée (84% attendent que la data soit améliorée)

 

 

En revanche, il existe toujours une certaine frilosité à payer plus cher la data.

Ils ne sont que 45% à se déclarer prêts à payer plus cher pour une data plus précise. Le marché devra donc faire œuvre de pédagogie…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Chaque mardi, un condensé d'infos Marketing / Digital et Ebusiness directement dans votre boite mail !

à télécharger sans modération