Ces secteurs où les Français ont l’intention de faire des économies

Dans le contexte sanitaire et économique toujours incertain du fait du Covid-19, une étude montre que les Français ont bien l'intention de se serrer la ceinture pour certains achats.



in-Store Media et Ipsos viennent de publier les résultats d’une étude sur les comportements des shoppers français lors de leurs courses du quotidien (alimentaire, boissons, hygiène, entretien)*.

Principal constat : si les consommateurs donnent la priorité à l’alimentaire, le prix et les promotions resteront déterminants dans les semaines à venir et certains achats “plaisir” risquent d’être reportés…



Priorité aux courses alimentaires…


Les shoppers interrogés déclarent avoir une marge de manœuvre moins serrée qu’en 2019 pour leurs courses du quotidien.

Cette année, 45% d’entre eux déclarent faire leurs courses à 10€ près ou moins vs 58% en 2019 (-13 points). De même, 50% déclarent ne pas vraiment compter (vs. 40% en 2019).


… et des économies sur le reste


L’intention de faire des économies est en revanche très marquée chez les shoppers sur des postes budgétaires tels que les dépenses high-tech (47% comptent y faire des économies), les sorties (44%), le sport (43%) et l’habillement (43%).

Cette marge de manœuvre supplémentaire s’exprime aussi dans les achats impulsifs qu’on s’accorde au-delà de la liste de courses.

Si la liste de courses est toujours présente chez 8 Français sur 10 (81%, en ligne avec 2019 – 78%), seuls 16% d’entre eux s’y tiennent strictement, à l’instar de l’année dernière.

Ainsi, 83% d’entre eux décident en magasin, avec ou sans liste préétablie. 



En imaginant que les Français aient 20% de pouvoir d’achat supplémentaire dès le mois prochain, ils le consacreraient en premier lieu aux vacances pour 1 sur 5 d’entre eux (21%), puis à l’alimentation (17%) et à la maison (16%).

Concernant les courses, ces hypothétiques 20% de pouvoir d’achat supplémentaire bénéficieraient en priorité aux rayons hygiène/beauté (24%), desserts frais (17%), épicerie salée – féculents, sauces… – (16%) et crémerie (13%).


De manière générale, les courses restent une source de plaisir pour 54% des Français (vs 46% qui estiment que c’est une corvée). Ces niveaux sont équivalents à ceux observés en 2019. 



Certaines habitudes changent depuis le Covid-19


Même si la majorité des shoppers français font encore des grandes courses (81% vs 80% en 2019), la fréquence de celles-ci s’espace, 24% d’entre eux les font tous les 15 jours (vs 18% en 2019).


La majorité des shoppers (59%) consacrent 1h30 en moyenne par semaine pour faire leurs courses, en baisse par rapport à 2019 (62%), qui se compense par une hausse observée pour ceux y consacrant entre 3h et 4h par semaine (16% vs 13% en 2019).



Depuis le Covid-19, la moitié des shoppers français (52%) déclare davantage se coordonner entre les membres du foyer lors de la préparation de la liste de courses.

Le prix (30%), la composition ou l’origine d’un produit (25%) et les promotions/réductions (24%) sont des critères de choix jugés encore plus importants qu’avant par les shoppers depuis le Covid-19.






*Méthodologie

2 000 shoppers français (principaux responsables des achats par foyer) ont été interrogés sur Internet du 10 au 18 juin 2020 (échantillon représentatif, méthode des quotas).