Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Data

RGPD : 1 entreprise sur 2 s’attend à un contrôle cette année

Données personnelles, cookies, Google Analytics…. Les entreprises françaises accélèrent le pas sur les nombreux chantiers de mise en conformité réclamés par la CNIL…



Chaque année, Data Legal Drive met à jour son Baromètre RGPD en partenariat avec Lefebvre Dalloz et l’AFJE.

Réalisé auprès de professionnels de la data et de la privacy, ce sondage mené par plus de 300 entreprises et organismes publics met en lumière le métier de DPO, les points d’orgue du RGPD et de la protection des données dans une période en pleine mutation, bousculée par l’actualité…


Un accélération de la digitalisation de la conformité RGPD 

Cette année, 2 fois plus d’entreprises ont sauté le pas de la digitalisation de leur registre des traitements de données personnelles par rapport à 2019 où elles n’étaient que 14%.

Les secteurs immobilier et tourisme restent à la traîne avec seulement 13% de structures de ce secteur ayant débuté la digitalisation de leur registre des traitements de données personnelles.



Le principal frein au déploiement du projet de conformité RGPD est le manque de temps pour 56% des répondants.

Selon Vivien Descamps, Responsable communication chez Maas BT, il s’agit d’« un frein logique puisque beaucoup de professionnels jonglent entre leur poste initial et celui de DPO. »


Alors, pour accélérer leur projet, une majorité d’entreprises misent sur les communications interne et externe permettant de sensibiliser et d’éduquer les différents publics.

Une même proportion d’organisations répondantes, 42% pour être exact, ont la volonté de prouver et d’expliquer avec pédagogie que le traitement éthique des datas ne freine pas les enjeux business.



Plus d’une entreprise sur 2 craint un contrôle de la CNIL

L’accélération de la digitalisation de la protection des données personnelles pourrait s’expliquer par la crainte d’être contrôlé par la CNIL comme pour près de 53% des entreprises.



Afin d’anticiper un éventuel contrôle, les entreprises se préparent et les Directions Générales mettent en place des actions pérennes.

Pour autant, 20% des répondants estiment que la Direction générale valide plus facilement des actions et des budgets après qu’une sanction de la CNIL ait été émise…


Cookies : un an après, les entreprises ont réagi !

Sujet en tête du podium parmi les projets de conformité prioritaires en 2021, près de 67% des entreprises ont intégré une CMP à leur site web cette année.

Une véritable de prise de conscience sachant que seul 1 site internet sur 3 était en conformité RGPD en 2019.


Depuis les nouvelles directives de la CNIL, les entreprises se sentent aidées et jugent plus facile le recueil du consentement des internautes.

Reste à vérifier si toutes les CMP ont bien été configurées selon les recommandations de la CNIL…


L’urgence face aux cyber-attaques

Depuis la crise sanitaire, 75% des entreprises ont évalué le niveau de sécurité de leur site web tels que le protocole https, les formulaires de recueils de données, etc.

Au-delà de cet audit, la multiplication des cyberattaques pendant la période de Covid et la reprise de l’activité économique des entreprises ont généré une réactivité de la part des entreprises.


Cette année, les DPO et juristes sont deux fois plus nombreux qu’en 2020 à avoir mené des actions concrètes avec la mise en place de mesures de sécurité conformes à l’article 32 du RGPD.


Google Analytics et conformité : la priorité des entreprises pour les mois à venir

Les entreprises qui utilisent Google Analytics sont près de 40% à souhaiter migrer vers d’autres solutions d’analyses conformes aux recommandations de la CNIL.

Pour autant, 25% espèrent poursuivre l’utilisation de Google Analytics grâce à un nouveau paramétrage qui respecterait le RGPD.



Selon Vivien Descamps, Responsable de la communication chez Maas BT, « Sortir du giron Google c’est aussi l’opportunité de passer par des solutions françaises. »

Les nouvelles CCT : les entreprises rencontrent des difficultés pour lancer ce chantier 

48% des entreprises n’ont pas débuté le travail de mise en place des nouvelles CCT suite à l’arrêt de Schrems 2 en raison d’un manque de connaissance mais aussi un manque de temps.

Pour les 38% qui ont débuté, le chantier n’a pas été finalisé puisque c’est un travail qui s’opère sur la durée.

« En plus des nouvelles CCT, l’arrêt Schrems 2 ajoute la nécessite d’analyser chaque transfert de données pour évaluer la nécessité ou non d’ajouter à l’encadrement contractuel, un encadrement technique en additionnant des mesures de sécurité supplémentaires. » , note Thomas Vini Pires, Consultant Logiciel RGPD chez Data Legal Drive.


E-learning : l’outil plébiscité par les DPO pour former les collaborateurs

Afin de former les collaborateurs au RGPD, les entreprises ont majoritairement mis en place des réunions avec les directions métiers pour 62%.

Peu utilisé l’an dernier, le e-learning a profité d’un véritable boom cette année avec plus de 38% de répondants ayant confié déployer cet outil au sein de leur structure.


Les formations professionnelles et les séminaires restent en bas de classement.

Selon Thomas Vini Pires, c’est un outil utile et précieux pour les DPO qui peuvent ainsi « piloter l’avancée de la formation des collaborateurs grâce aux statistiques de suivi. En cas de contrôle, cela permet aux DPO de récupérer de prouver que les collaborateurs ont bien été sensibilisés et que des pistes d’audit sont à l’étude. »






# A lire aussi ...

Avis d'expert

La tendance est aujourd’hui au « sans mot de passe » mais pouvons-nous réellement nous passer des mots de passe sans craindre pour notre...

Insights

Avec la disparation des cookies tiers et l'inquiétude grandissante des consommateurs quant à l'utilisation de leur données, la mise en place d'une stratégie de...

Data

Plus de 80% des Français sont convaincus que leurs données de santé ne sont pas bien protégées mais ils ne sont pas pour autant...

Avis d'expert

Si beaucoup d'entreprises ont déjà investi dans la collecte massive de données, nombre d'entre elles peinent toujours à les exploiter...

Publicité