Selon une étude, un Français sur deux aimerait pouvoir déléguer une partie de son travail à un robot..



Selon les conclusions d’une étude réalisée par ABBYY (fournisseur international de solutions et de services de traitement intelligent du contenu), 58% des Français souhaiteraient déléguer une partie de leurs tâches professionnelles à des robots.

Pour 16 % des répondants, la participation à des réunions spécifiques en entreprise reste la tâche de travail la moins appréciée.

La relecture de longs documents est une source de frustration pour 15 % d’entre eux. Enfin, 9 % des Français n’apprécieraient pas de devoir enregistrer manuellement leur temps de travail.

Pour autant, la tâche que les Français souhaiteraient le plus déléguer à des robots n’est pas liée aux réunions mais bien à la saisie et au traitement des données (17 %). Devançant ainsi l’enregistrement du temps de travail (14 %) et la relecture de longs documents (14 %).

Au cours d’une semaine type, 20 % des Français consacrent jusqu’à une journée complète au traitement des tâches qu’ils apprécient le moins et 11 % vont même jusqu’à dédier deux journées à la réalisation de ces tâches.

Les résultats de l’étude suggèrent que les missions que les Français souhaitent confier à des robots sont les tâches chronophages qu’ils n’aiment pas réaliser.






Top 5 des tâches de travail que les Français aiment le moins

La participation à des réunions spécifiques16 %
La relecture de longs documents15 %
L’enregistrement du temps de travail9 %
La saisie et le traitement des données7 %
Les tâches de reporting et de documentation7 %



Laquelle de ces tâches les moins appréciées souhaiteriez-vous confier à un robot ?

La saisie et le traitement des données17 %
L’enregistrement du temps de travail14 %
La relecture de longs documents14 %
La participation à des réunions spécifiques11 %
Les tâches de reporting et de documentation9 %



Le rapport des Français à l’égard des tâches qu’ils apprécient le moins réaliser illustre également une tendance réfractaire vis-à-vis de celle-ci, en témoigne les résultats de l’étude qui démontrent que les répondants sont 29 % à reporter la réalisation de ces missions.

Ces derniers préfèrent en effet se focaliser sur des missions à plus forte valeur ajoutée.

L’étude met également en exergue le fait qu’un Français sur dix attend la dernière minute pour s’en charger. 6 % d’entre eux vont même jusqu’à éviter totalement de les réaliser.

« Le fait de travailler de façon pérenne avec les robots reste aujourd’hui une idée abstraite pour les Français.

Pourtant, la perspective de faire appel à ces technologies augmenterait leur satisfaction au travail tout en leur permettant de se consacrer davantage aux tâches à plus forte valeur ajoutée, ce qui présente un avantage pour l’entreprise comme pour ses employés.

C’est l’objectif que nous nous sommes fixés chez ABBYY, notamment à travers la mise à disposition de nos solutions de traitement intelligent du contenu qui viennent accompagner le travail des collaborateurs au quotidien sans pour autant les remplacer. », explique Cédric Hubert, Director of Enterprise Sales Europe chez ABBYY.



Méthodologie :

Cette étude a été conduite par ABBYY en février 2019 en partenariat avec un institut de sondage indépendant auprès d’un panel de 2 000 Français. L’enquête porte sur l’impact de l’automatisation, de la robotique et de la transformation numérique sur les habitudes de travail.


# à lire aussi...

Quand Apple fait cavalier seul…

Ne dites plus GAFA, mais GAF… Depuis plusieurs mois, Apple prend en…

6 tendances Tech actuelles et à venir…

Au cours de ces 10 dernières années, le Cloud, l’IoT, la cybersécurité…

Amazon devient la marque la plus puissante du monde

Avec une valorisation estimée à plus de 315 milliards de dollars, le…

Google Duplex arrive, et cela risque de tout changer…

Entré dans sa phase de test dans quatre villes américaines fin 2018,…

Le marché des études poursuit sa mutation

La digitalisation et l’impact toujours plus important de la data ont eu…

Expérience client : ce que les consommateurs veulent vraiment

Une étude commandée par Verizon met en lumière la manière dont les…