A l’occasion du salon Voice Tech Paris, retour sur le développement de l’économie du vocal en France et sur la façon dont la voix va bientôt détrôner (ou pas) nos écrans…





Une tribune de Manon Philippe, Responsable des conférences Voice Tech




Une récente étude réalisée par Capgemini révèle que, sur un panel de 5 000 consommateurs, 24%(1) privilégieraient si possible l’assistance vocale plutôt que les sites internet.

Un chiffre optimiste et surprenant qui s’explique par l’entrée fracassante des enceintes connectées sur les marchés américains et européens.

Si par le passé, la voix s’est effacée pour laisser place aux écrans, c’est aujourd’hui la tendance inverse que les acteurs de l’économie vocale cherchent à impulser en faisant la promotion d’une interaction plus simple et naturelle.

Alors que 53 mots peuvent être saisis à la minute avec un clavier, la voix en permet 161(2). Les assistants vocaux permettent ainsi, de faire ses courses, réserver un billet de train ou d’avion ou encore de consulter ses comptes par la voix.

Les usages sont multiples et promettent de réduire la fracture numérique, et de démocratiser les technologies auprès des populations les moins technophiles et les plus vulnérables puisque tout deviendra pilotable par la voix…



La mort des écrans au profit du vocal, simple chimère ou réalité ?

Les marques semblent prendre ces prévisions au sérieux et se lancent à corps perdu dans l’élaboration d’applications vocales pour ne pas manquer le train de l’innovation : Oui SNCF, Société Générale, Sephora, Nestlé parmi tant d’autres.

Aujourd’hui il existerait déjà plus de 35 000 applications vocales dans le monde ! (2)

Malgré cet engouement, force est de constater que les usages des assistants vocaux sur le marché français restent timides.

L’étude réalisée par le CSA et l’Hadopi a montré que 65% des consommateurs du panel interrogé avait un usage nul ou quasi nul (moins d’une fois par mois) des assistants vocaux(3).

De plus, les enceintes intelligentes sont encore loin d’avoir démontré leur utilité au grand public : cette même étude dévoile qu’un quart des utilisateurs(3) sondés considèrent encore les assistants vocaux comme de simples gadgets.

Les usages semblent pour le moment se cantonner à des requêtes simples : demander la météo, écouter de la musique, régler un réveil …


Le multicanal pour une expérience utilisateur optimale

Il semblerait donc que la voix ne remplacera pas demain les écrans, mais pourrait venir peu à peu les compléter.

Si la mort pure et simple des écrans n’est pas réaliste, la voix constitue un nouveau canal important pour s’informer, se divertir et surtout consommer.

D’ici 2020, on estime que le commerce par la voix représentera un marché mondial de 40 milliards de dollars(4) !

Même si cet usage reste à l’heure actuelle fragile, les marques doivent dès aujourd’hui se lancer et développer leur expertise en la matière, afin d’être prêtes lorsque les consommateurs utiliseront le vocal comme ils ont peu à peu utilisé les écrans, le tactile.

D’autant plus que, certaines utilisations sont propices au vocal : l’usage des assistants vocaux fait particulièrement sens dans l’habitacle automobile, à domicile, ou encore au travail pour permettre à des industriels de travailler les mains libres. Côté consommateur le vocal est en passe de devenir une véritable révolution…


Voix + écran : l’association parfaite ?

Mais attention, l’ère du tout vocal n’est pas encore d’actualité : le développement de plateformes multimodales (voix + écrans) procure aux utilisateurs un parcours plus intuitif.

L’expérience demeure « Voice Search » mais fait appel à des interfaces à la fois visuelles et vocales.

Selon Gartner, les marques capables d’intégrer la recherche vocale et visuelle à leur site web pour des expérience plus interactives augmenteront leurs revenus de commerce digital de 30% d’ici à 2021(5).

L’équilibre « voix/écrans » semble la clé du succès pour les marques…

N’en déplaise aux géants du web, tout porte à croire que la mort des écrans n’est pas pour demain et relève encore à l’heure actuelle d’une vision « déformée » de la réalité.

Un constat qui peut sonner presque provocateur à quelques jours de l’ouverture du sommet Voice Tech Paris, qui entend bien défendre une vision objective de l’équilibre voix – écran !

Les technologies vocales ouvrent un nouveau champ des possibles aux marques et organisations, en leur offrant l’opportunité de s’intégrer dans la « digital journey » de leurs utilisateurs. Un futur qui s’annonce passionnant…

Vous en serez ? ..



(1) Etude Capegimini , Digital Transformation Institute, 2018 : Conversational Commerce : Why Consumers Are Embracing Voice Assistants in Their Lives »

(2) Ebook GS1 France : Comment les assistants vocaux se préparent à révolutionner le commerce.

(3) Etude Hadopi & CSA, 2019 : Assistants vocaux et enceintes connectées

(4) Etude cabinet OC & C Strategy Consultants, février 2018

(5) Smarter with Gartner, avril 2018 : « Top 5 marketing predictions for 2018 »



# à lire aussi...

Avis clients : le doute s’installe…

Si les avis clients ont pris une importance certaine dans le processus…

Recherche vocale : quelles perspectives pour le e-commerce ?

D’ici 2020, on estime que 50% des recherches internet seront vocales et…

IA : quel impact sur l’avenir du travail ?

Le potentiel que représentent les applications d’intelligence artificielle (IA) dans le monde…