2018 sera l’année du déploiement concret de l’Index Mobile First pour Google.

Cette mise à jour, visant à baser l’index de recherche sur la version mobile plutôt que sur le desktop, risque d’avoir un impact certain en matière de référencement dans les mois à venir et a priori, les grandes entreprises françaises sont encore loin d’en avoir pris toute la mesure…

 

L’agence de marketing digital Activis a souhaité analyser la performance mobile des sites des entreprises du CAC 40 pour juger de leur préparation à cet événement capital pour leur visibilité qu’est le passage au mobile first.

 

90% des sites du CAC 40 ont des efforts à faire pour devenir mobile friendly

Il apparaît que 90% des entreprises du CAC 40[1] ne remplissent pas les principaux critères de performance mobile fixées par le moteur de recherche leader sur le marché.

Le Groupe Publicis arrive en tête en proposant un site internet institutionnel respectant un maximum de critères, suivi par le Groupe Vinci et le Groupe Safran.

Mais la totalité des sites ont des efforts à réaliser, parfois très importants, pour atteindre les performances attendues par le moteur de recherche.

 

Parmi les principales optimisations à réaliser :

  • Exploiter la mise en cache du navigateur
  • Éliminer, optimiser, réduire les codes JavaScript et CSS
  • Optimiser et compresser les images
  • Éviter les redirections sur la page de destination
  • Réduire le temps de réponse du serveur
  • Afficher en priorité le contenu visible

 

A noter que 1/3 des sites ne disposent pas de connexion sécurisée en https, alors que Google a informé depuis août 2014 qu’à partir d’octobre 2017, il afficherait à l’utilisateur une alerte pour le mettre en garde sur le risque encouru en visitant ce type de site.

Rappelons que Google, soucieux d’offrir la meilleure expérience utilisateur aux internautes a également mis en place depuis plus d’un an le format AMP (Accelerated Mobile Pages) qui permet d’afficher une version simplifiée des pages, sur support mobile, tout en ayant un temps de chargement très rapide. Ce format est destiné à la fois aux pages des sites de presse, qui ont été les premiers à l’adopter, mais également aux sites e-commerce qui se sont appropriés cette technologie pour optimiser le chargement de leurs pages et gagner ainsi en conversion.

De même, toujours dans un souci d’expérience client, Google est en train de déployer le format PWA (Progressive Web App), qui est une fusion entre le meilleur des applications et des pages web mobiles et dont l’objectif est également une augmentation de la vitesse de chargement.

 

Espérons que pour ces futurs déploiements, les entreprises françaises parviennent à prendre le train en marche…

 

 


[1] Etude Activis menée le 06/12/17 via l’outil Google PageSpeed Insights

 

 

# à lire aussi...

10 tendances e-commerce à suivre cette année

Social selling, SXO, omnicanal, livraison, paiement… La plateforme Payplug revient en infographie…

La France est en retard sur l’expérience client

Selon un rapport publié par Forrester, seuls 3% des consommateurs estiment avoir…

Marketing et IA : Quelles utilisations et quels résultats ?

Si de nombreuses marques exploitent dors et déjà l’intelligence artificielle dans leur…

Vitesse et UX : un impact direct sur les ventes

C’est une évidence : la vitesse de chargement d’un site web a…