Après trois ans de développement, Criteo lance une nouvelle version de son moteur de prédiction et de recommandation.
L’affichage des bannières Criteo prend désormais en compte non seulement la probabilité de clic mais aussi la prédiction d’achat post-clic. 

Le spécialiste français du reciblage publicitaire savait déjà prédire le taux de clic sur ses bannières pour en optimiser le prix. Il ajoute maintenant la possibilité d’anticiper le taux d’achat.

Cette avancée permet aux clients de Criteo d’élargir leur audience à un nombre d’acheteurs potentiels bien plus important, sans rien changer à leurs objectifs précédents de coût par ventes (Cost of sales).
L’optimisation du moteur se traduirai ainsi par une hausse de 38 % des ventes pour un ROI inchangé et renforcerai donc les performances globales de la plate-forme.
Cette hausse de 38 % a été mesurée sur des milliards d’impressions et des millions d’utilisateurs et de clics.

« L’optimisation du moteur Criteo représente une formidable avancée. Criteo a toujours été réputé pour ses performances et pour son principe de tarification au CPC. Nous sommes très heureux de pouvoir annoncer ce gain de performances extrêmement significatif. Le moteur Criteo traite désormais une énorme quantité de données grâce à des modèles optimisés. Nous sommes donc en mesure de prévoir des événements qui n’ont lieu qu’une fois sur 10 000, par exemple lorsqu’une impression publicitaire génère un clic et une vente. Nous aidons ainsi les annonceurs à prendre les meilleures décisions possibles afin d’optimiser la portée et l’efficacité de leur marketing », déclare Jonathan Wolf, Chief Product Officer chez Criteo. 
« C’est dans cette direction que doit aller la publicité et nous sommes ravis de continuer à prouver qu’il est possible de générer de la valeur ajoutée en travaillant essentiellement sur les performances post-clic. » 

Plus de trois années de R&D ont été nécessaires pour parvenir à cette optimisation
Ces trois dernières années, Criteo a énormément investi à la fois en temps et en budget en vue de renforcer son infrastructure.
L’entreprise a mené des recherches, des travaux de développement et des tests pour améliorer la vitesse et la précision de son moteur. Le nouveau moteur Criteo remanié est d’une rapidité remarquable. Il est capable de traiter jusqu’à 15 millions de prédictions par seconde et de répondre en 20 millisecondes.
Criteo stocke désormais chaque jour plus de 20 téraoctets de données, notamment celles décrivant les comportements d’achat réels.
Le nouveau modèle de prédiction repose sur l’analyse à intervalle de quelques heures de plusieurs semaines de données, une approche qui repose sur des technologies open source, notamment Hadoop d’Apache.  

Ce modèle prédictif repose sur les mêmes données utilisées jusqu’à présent dans la recommandation d’achat des bannières. Thomas Jeanjean indique qu’il s’agit « des informations liées au comportement de l’internaute sur une page Internet, des pages vues, de sa profondeur dans le tunnel de conversion… » Et tout cas cela ne change pas le modèle économique de Criteo, qui achète les espaces pub au coût pour mille (CPM) et les revend aux annonceurs au coût par clic (CPC), uniquement lorsqu’une bannière est cliquée – ce coût est fixe.

Ce modèle prédictif s’applique également au mobile, où Criteo a déployé ses outils de reciblage fin 2013. Thomas Jeanjean précise que sur ce canal, « le taux de conversion moyen est plus faible que sur PC, sauf sur les tablettes, où il se rapproche parfois de ce qu’on peut enregistrer sur ordinateur ».
A noter que cette évolution ne concerne pas dans un premier temps 
les solution Tedemis rachetées dernièrement par Criteo.

# à lire aussi...

L’an 1 du RGPD : Bilan d’une année contrastée

Le 28 mai prochain marquera le premier anniversaire de la mise en…

Le RGPD comme socle d’une nouvelle expérience client

Grâce à une réglementation plus transparente en matière de protection des données,…

8 étapes pour booster son business BtoB grâce à la data

Découvrez, en 8 étapes, comment donner vie à la data pour une…

Les marques veulent reprendre le contrôle de leurs données

En 2019, le contrôle des données devient un enjeu majeur pour les…