87% des entreprises françaises seraient en difficulté pour mener à bien leur transformation digitale…



La très grande majorité des entreprises françaises de plus de 500 collaborateurs déclarent avoir entamé leur transformation digitale.

Pour autant, nombre d’entre elles rencontrent des difficultés dans la conduite de leur transformation.

Absence d’ambition partagée, manque de compétences, approches cloisonnées sont autant de facteurs qui freinent, voire mettent en péril le mouvement.
 
SmartLane, réseau d’opérationnels spécialisé en transformation des entreprises, a interrogé plus de 550 acteurs, directeurs généraux, RH, commerciaux, directeurs marketing ou IT, issus de TPE, PME ou grandes entreprises, pour dresser ce constat.

Ce baromètre d’un nouveau type prend en compte aussi bien la taille de l’entreprise que le secteur considéré et s’appuie sur 9 dimensions d’analyse [1]

Une transformation qui concerne tous les types d’entreprises


Toutes les entreprises ont la transformation digitale à leur agenda : plus de 90% d’entre elles, toutes tailles et tous secteurs confondus, l’affirment.

Les entreprises de plus de 500 personnes, plus matures, et disposant de moyens plus conséquents, ont déjà entamé ce virage dans plus de 3 cas sur 4 (82% des entreprises entre 500 et 5000 personnes et 87% des entreprises de plus de 5000 personnes).

A l’inverse, les structures de taille plus réduite ne sont que 60% en moyenne à avoir opérationnellement lancé ce mouvement (59% pour les entreprises de de 100 à 500 personnes, et 61% pour les moins de 100 employés). 

Les grands groupes sont en avance en termes de maturité, notamment en termes de maîtrise des méthodes ou de veille technologique.  


Des difficultés communes


Plus avancée chez les grands groupes, la transformation digitale engendre néanmoins des difficultés chez tous 

On observe ainsi des difficultés partagées par tous les types d’entreprises sur les questions d’alignement du système d’information, d’approche data driven et d’innovations produits.

Les ETI (entre 500 et 5000 personnes) sont celles qui marquent le plus le pas tandis que les TPE arrivent à tirer leur épingle du jeu, en se montrant très performantes sur les usages digitaux internes ou l’orientation client.



Pour Pierre Schaller, associé fondateur de SmartLane :

« Ce n’est un secret pour personne, tous les acteurs que nous avons rencontrés, quelle que soit leur taille ou leur secteur d’activité, ont compris la nécessité de s’adapter au numérique. Le digital n’est plus seulement une chance, il est devenu un besoin.

Les écarts opérationnels de lancement s’expliquent par une plus grande capacité des grands groupes à investir dans des nouvelles opportunités porteuses de valeur sans porter atteinte à leur business actuel.

On remarque par ailleurs que si les grands groupes sont plus matures, les toutes petites entreprises s’en sortent mieux que les ETI : probablement moins tiraillées que ces dernières qui hésitent sur les virages technologiques à prendre, les TPE se lancent pleinement dans la transformation digitale pour survivre et elles récoltent les fruits de ces choix audacieux. »   




Du bon et du moins bon


Les secteurs industriels sont les mauvais élèves de la transformation digitale, les “services” sont beaucoup plus matures.

En interrogeant les différents acteurs sur la culture digitale de l’entreprise, sa démarche d’innovation et l’évolution de son système d’information, SmartLane a pu dégager des scores par secteur, illustrant le degré de maturité digitale de chacun d’entre eux.

Des écarts considérables se font jour, entre des entreprises de services (énergie, telecom, hôtellerie) qui atteignent une note de maturité digitale proche de 6 sur 10, et les secteurs industriels (agroalimentaire, industrie, transport) qui sont plus en souffrance, dépassant péniblement 4 sur 10.


Pour Pierre Schaller :

« On observe un différentiel culturel important entre les entreprises des services qui ont dû rapidement opérer leur transformation digitale par nécessité client, pour améliorer l’expérience dite client et pour s’ouvrir à de nouveaux marchés, et les secteurs industriels plus réticents qui ont cherché en priorité à améliorer leur efficacité opérationnelle, parfois au détriment de ce virage digital. »  



Un système d’information illisible


L’alignement des acteurs est la clef du succès de la transformation digitale en entreprise.

Or, en règle générale, les acteurs sont incapables de partager un même constat de départ, une même trajectoire à suivre et une manière de piloter la transformation.

Par ailleurs, le manque d’engagement des collaborateurs dans le processus est souvent criant, aboutissant à l’échec du dispositif.      

Au cœur de ces échanges se trouve le pilotage de la transformation de l’entreprise, et celle du système d’information en particulier.

Perçu comme abscons par les collaborateurs et le management, le système d’information ne parle souvent qu’aux spécialistes, en l’occurrence les DSI (Directions du Système d’Information).

68% des collaborateurs perçoivent ainsi le Système d’Information comme un frein à la transformation [2].

Pour Olivier Pujo, associé fondateur de SmartLane Solutions :

« On a trop longtemps sous-estimé le travail de pédagogie et de partage nécessaire à la réussite de la transformation digitale.

Cette dernière ne peut être un succès que si les outils qui accompagnent le processus sont compréhensibles par tous. Ce n’est assurément pas le cas aujourd’hui. »

 



[1]Compréhension des enjeux, alignement des compétences, maîtrise des méthodes, usages digitaux internes, orientation client, innovation produits, data driven, alignement du système d’information et veille technologique

[2 ]Baromètre SmartLane 2018 de maturité digitale des entreprises françaises




# à lire aussi...

Vitesse et UX : un impact direct sur les ventes

C’est une évidence : la vitesse de chargement d’un site web a…

Maturité digitale : Les forces et faiblesses de la France

Formation, infrastructures, politique, data, innovations… Une étude du BCG pointe les forces…

“Pas le temps, laisse çà au robot…”

Selon une étude, un Français sur deux aimerait pouvoir déléguer une partie…

L’avenir de la TV passera-t-il par le Web ?

Youtube, Facebook, Twitter ou même Google et Amazon… Ces derniers temps, les…

Le M-commerce pèse plus de 20 Mds d’euros en France

En 2019, les ventes sur mobile vont s’élever à 20.386 milliards d’euros,…

Quand l’innovation écorne l’image de marque…

Automatisation, social media, IA, CX… Aujourd’hui, les marques se sont lancées dans…