Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Digital

Le rapport des Français au Web3

Quelle connaissance et quel avis ont les Français du Web3, des NFT ou des cryptomonnaies ?


Consensys, fournisseur de technologies web3 comme MetaMask ou Infura, dévoile les conclusions d’une enquête d’opinion internationale réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 15 158 répondants âgés de 18 à 65 ans, dont 1 007 en France, portant sur le web3 et les crypto-actifs, en partenariat avec YouGov.

L’étude offre un aperçu unique de ce que le public comprend et pense de l’écosystème web3 et des crypto-actifs, en explorant des sujets tels que la protection des données, l’empreinte carbone des crypto-actifs, ou encore la propriété numérique.

L’étude révèle que dans les pays étudiés, les citoyens sont inspirés par l’émergence du web3. En France, les résultats témoignent d’une défiance des citoyens envers l’Internet dans son état actuel et un désir d’évolution que pourrait capturer le web3.




Web3 : d’usagers à bâtisseurs, la transition s’opère-t-elle en France?


Les tendances soulignées par l’étude démontrent un intérêt qui se confirme pour les crypto-actifs, un fort désir d’en posséder, et la vision d’un avenir où les crypto-actifs occupent une place majeure.

Qu’en est-il pour la France ?

Les Français se familiarisent avec le concept des crypto-actifs

90 % des Français interrogés affirment avoir déjà entendu parler des crypto-actifs (versus 92 % dans le monde).

Cette donnée confirme l’ancrage de ce concept dans la société, bien que près de la moitié des répondants (48 %) admettent ne pas être sûr d’en comprendre tous les tenants et aboutissants.

Enfin, un tiers des répondants ne sauraient pas par où commencer au moment de se lancer dans cet écosystème.

L’usage des crypto-actifs se démocratise

Interrogés sur les principaux concepts associés aux crypto-actifs, les Français sont divisés entre des termes positifs tels que « ces actifs numériques constituent une alternative positive à l’écosystème financier traditionnel », et des termes plus controversés tels que la « spéculation », ou « les scams et le phishing ».

Ces perceptions reflètent les freins majeurs à l’entrée dans l’écosystème crypto qui sont la perception d’un marché volatil (56 %) suivi par la peur d’être arnaqué (46 %).

Le Bitcoin et l’Ethereum demeurent les crypto-actifs les plus populaires en France

Avec 23 % des répondants qui affirment avoir déjà possédé où posséder actuellement des crypto-actifs, l’étude révèle que le Bitcoin (50 %) et l’Ether (36 %) sont les crypto-actifs les plus plébiscités par les Français.

Les principales motivations à investir dans les crypto-actifs sont la curiosité, et la volonté de diversifier son portefeuille d’investissement.

La protection des données est une préoccupation majeure dans l’Internet actuel

A l’échelle mondiale, 80 % des répondants déclarent que la confidentialité des données est essentielle (77 % en France).

De plus, 65 % des Français estiment qu’ils devraient être rémunérés par les entreprises qui collectent leurs données. 

“ Avec son architecture décentralisée, le web3 libère ses utilisateurs des intermédiaires, conférant ainsi à chacun le pouvoir de gérer ses données personnelles comme il l’entend.

Ce faisant, par opposition à la version existante du web, le web3 dispose du potentiel de remettre l’expérience et la vie privée de l’utilisateur au centre.

C’est le début d’une nouvelle ère où nous sommes davantage maîtres de notre identité numérique ”.

commente Benjamin Lavergne, Responsable France de Consensys



Cette étude révèle une tendance de fond vers un internet qui offre un meilleur contrôle des données publiées en ligne, et qui partage plus équitablement les profits avec les créateurs.

Dans ce nouveau monde, web3 et crypto-actifs permettent une coordination de pair à pair réellement évolutive. Toute personne qui s’engage dans les cryptos et le web3, du développeur, au crypto-investisseur, en passant par le créateur de jetons non fongibles (NFT), n’est pas qu’un simple « utilisateur », il contribue à la construction de l’écosystème.

Ces bâtisseurs perçoivent le web3 comme un environnement au sein duquel ils peuvent rester propriétaires de leurs créations.

Le terme de « bâtisseur » englobe les artistes, les créateurs de communautés et les collectionneurs, et célèbre tous ceux qui participent à la construction du web3.

« Cette étude confirme l’émergence d’un modèle de confiance décentralisé qui redonne le pouvoir aux utilisateurs et aux communautés. L’ère du bâtisseur est représentative de l’ADN du web3 où chacun peut contribuer à créer. Consensys ambitionne de se positionner comme un gestionnaire de confiance et de référence au service des bâtisseurs et des développeurs, tout en soutenant l’autonomisation de la communauté. »

souligne Joe Lubin, CEO et fondateur de Consensys.



Connaissance du Web3 : des disparités marquées d’un pays à l’autre

Le futur de l’argent : alors que 58 % des Nigérians, 50 % des Sud-Africains et 44 % des Mexicains déclarent que « l’avenir de l’argent » est l’un des principaux concepts qu’ils associent aux crypto-actifs, seulement, 8% des Français, 15 % des Britanniques et 17 % des Allemands disent la même chose ;

Les vecteurs d’achat de crypto-actifs : Le Nigeria (65 %) et l’Argentine (56 %) sont les plus motivés par la possession de crypto-actifs comme moyen de stocker de la valeur, étant donné l’instabilité de leurs monnaies locales ; tandis qu’en France seulement 1 français sur 5 se dit prêt à investir dans la cryptomonnaie sur les 12 prochains mois ;

Pas tous convaincus d’apporter une valeur ajoutée à Internet : alors que 45 % des répondants Américains pensent qu’ils apportent une valeur ajoutée à internet, seulement 28 % des personnes interrogées en France s’accordent sur ce point ;

Possession de NFT : les personnes interrogées au Nigeria, en Afrique du Sud et au Vietnam sont les plus familières avec le concept de NFT, contre seulement 15 % en France. Parmi les répondants qui connaissent le concept de NFT, les français sont 71 % à n’en avoir jamais possédé, contre seulement 24 % des répondants interrogées au Vietnam ;

La crainte des arnaques : en matière de crypto-actifs, les Américains (19 %) et les Britanniques (20 %) sont plus préoccupés par les arnaques que les Français (13 %) ;

L’empreinte carbone des crypto-actifs : près d’un an après la transition d’Ethereum vers Proof-of-Stake, 57 % des personnes interrogées au Brésil pensent que les crypto-actifs sont une technologie respectueuse de l’environnement, contre seulement 1 Français sur 4.









Méthodologie

L’étude menée par Consensys en partenariat avec l’institut de sondage YouGov, a été réalisée entre les 26 avril et le 18 mai 2023, auprès de 15 158 personnes âgées de 18 à 65 ans, résidant dans 15 pays différents : France, Allemagne, Royaume-Uni,  États-Unis, Mexique, Brésil, Argentine, Nigeria, Afrique du Sud, Inde, Indonésie, Japon, Corée du Sud, Philippines, et Vietnam.







# A lire aussi ...

Data

Selon une étude, 38% des sites web continuent de collecter des donnés sans respecter le cadre du RGPD...

Insights

La pandémie de Covid-19 a bouleversé les normes du lieu de travail pour de nombreuses personnes, propulsant les modèles de travail à distance et...

Social Media

L’utilisateur type passe 2 heures et 23 minutes par jour sur les réseaux sociaux...

Insights

Les machines contrôleront-elles un jour l’Humanité ? Si la majorité des Français n’y croient pas, un bon tiers juge ce scénario plausible.

Publicité