Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

e-Commerce

Lancement de Paylib, un concurrent français de Paypal

BNP Paribas, la Société Générale et la Banque Postale partent à l’assaut du portefeuille électronique avec l’annonce, mardi, d’une initiative conjointe baptisée Paylib. Elle promet un paiement simplifié, en ligne ou sur mobile, sans qu’il soit nécessaire d’entrer ses coordonnées de carte bancaire.

BNP Paribas, la Société Générale et la Banque Postale partent à l’assaut du portefeuille électronique avec l’annonce, mardi, d’une initiative conjointe baptisée Paylib. Elle promet un paiement simplifié, en ligne ou sur mobile, sans qu’il soit nécessaire d’entrer ses coordonnées de carte bancaire.

 

Trois grandes banques de détail françaises ont annoncé mardi le lancement imminent d’un nouveau service de paiement électronique, Paylib. Concurrente de l’incontournable Paypal, cette initiative conjointe de BNP Paribas, Société Générale et Banque postale vise à répondre aux besoins croissants des internautes comme des marchands en matière d’achat en ligne. Pour rapidement s’imposer et acquérir la masse critique nécessaire à son succès, Paylib mise sur sa simplicité d’emploi, la caution apportée par la banque en matière de sécurité et un parc de clients potentiels de plus de 23 millions de particuliers qui disposent déjà d’une ou plusieurs cartes bancaires chez l’un des trois partenaires.

Proposition de valeur ? À l’instar de ses concurrents, Paylib propose un processus de paiement en ligne accéléré, avec lequel il n’est pas nécessaire d’entrer les coordonnées de sa carte bancaire pour déclencher l’achat. Lorsqu’il créée son compte, l’internaute s’identifie auprès de sa banque, qui l’associera automatiquement à ses cartes bancaires. Au moment du paiement, il lui suffira de s’authentifier via Paylib à l’aide de l’habituel couple identifiant / mot de passe pour déclencher la transaction. Paylib ajoute toutefois une étape supplémentaire : un second mot de passe, similaire sur le principe au code secret de la carte bancaire, à entrer à partir d’un smartphone sur lequel l’application idoine aura été installée même lors d’un paiement réalisé depuis un ordinateur.

 

« C’est votre banque qui gère la transaction, c’est nous qui réalisons le paiement. Toutes les données restent donc au niveau de la banque. On n’a plus besoin de choisir entre sécurité et simplicité », s’est félicité mardi Bernard Roy, directeur de la stratégie au sein de la Banque Postale. Les trois banques associées affirment s’être assurées le soutien des principaux prestataires techniques du secteur et indiquent avoir d’ores et déjà convaincu plusieurs grands marchands français d’adopter Paylib. Voygaes-SNCF, vente-privée, Leroy Merlin, La Poste et Priceminister seront du nombre, avec des implémentations programmées sur l’année 2014.

Pour le consommateur final, Paylib sera gratuit à l’usage, les transactions réalisées par l’intermédiaire de cet outil apparaissant sur le relevé bancaire traditionnel. Les marchands feront quant à eux l’objet d’une commission, comme lors d’un paiement par carte, dont le montant n’a pas été communiqué. Désireux d’assurer le développement rapide de Paylib, les trois partenaires promettent toutefois que les tarifs seront compétitifs. Paylib assure par ailleurs au commerçant une garantie de paiement.

Alors que les spécialistes de la carte bancaire préparent également le lancement de leur solution de portefeuille électronique, les trois banques promettent enfin qu’elles ne s’endormiront pas sur le dossier Paylib, d’abord en en assurant la promotion auprès de leurs clients actuels, ensuite en continuant à développer cette plateforme présentée comme « ouverte ». Entre autres évolutions envisagées figurent un service de paiement à livraison, l’achat in-app dans les applications marchandes sur mobile ou la création d’un coffre-fort numérique associé au compte Paylib.

Face à Paypal, présent en France depuis 2004, les initiatives se sont multipliées ces dernières années en matière de paiement en ligne simplifié : Crédit Agricole a lancé Kwixo en juin 2011, tandis que le groupe réunissant la Banque Populaire et Caisse d’Epargne propose lui S-Money depuis juillet 2012. Les opérateurs mobiles ne sont pas restés indifférents au phénomène, comme en témoignait dès février 2011 la mise en place de Buyster à l’initiative conjointe d’Orange, SFR et Bouygues Telecom.

« Notre premier objectif sera d’atteindre une masse critique d’utilisateurs tant du côté des particuliers que des e-commerçants », admet Marie-Claire Capobianco, directrice des réseaux France chez BNP Paribas. « À partir de là, on aura bâti un scoel sur lequel on pourra continuer à innover. Nous prônons une solution ouverte, qui doit permettre à d’autres banques de nous rejoindre, en France ou à l’étranger ». Paylib sera officiellement lancé le 24 septembre prochain, sur le Web et sous la forme d’applications iOS et Android.

 

Source : Clubic Pro

Digital

85% des jeunes de 18 à 21 ans utilisent déjà l’IA pour leurs études...

Insights

Pas toujours évident pour les responsables marketing de combiner ROI et enjeux sociétaux ...

# A lire aussi ...

Avis d'expert

Avec l’avènement d’internet et les progrès de la technologie du numérique, vous lancer dans le business en ligne n’a jamais été aussi facile et...

Digital

2023 devrait voir apparaître l’avènement du live shopping, le développement de la robotique dans notre quotidien ou encore une guerre économique autour des semi-conducteurs...

Insights

Les dirigeants d'entreprises semblent miser sur l'innovation pour accélérer la reprise en augmentant de plus de 25% leur budget R&D cette année...

Digital

Selon l’étude menée auprès de 1 200 décideurs informatiques et commerciaux dans le monde, si 94 % des organisations déclarent poursuivre les efforts de modernisation de...

Publicité