Le développement des nouvelles technologies a transformé en profondeur les habitudes liées au fonctionnement des entreprises. L’environnement de travail a, notamment, considérablement évolué au fil des ans…

 

 

Ce dernier ne cesse en effet d’être pensé et repensé pour s’adapter aux pratiques actuelles. Du bureau cloisonné traditionnel à l’open space en passant par le coworking…

L’espace de travail devient lui aussi un levier d’innovation pour les entreprises qui veulent pouvoir faire preuve de flexibilité.

Aujourd’hui, le concept de « bureau » se réinvente. L’ascension du digital l’a en effet amené à exister « en dehors » de l’entreprise, si bien que certains salariés peuvent désormais travailler d’à peu près partout.

 

De nouvelles pratiques pour plus de réactivité et de flexibilité

Les nouveaux modes de travail qui viennent petit à petit remplacer l’organisation traditionnelle s’inscrivent dans une démarche de transition digitale et permet aux entreprises d’être plus productives.

En transformant complètement le rapport entre l’être humain et le travail, ces nouvelles pratiques à l’image du desk sharing ou encore du flex office fluidifient les échanges et favorisent l’adaptation des salariés. Aujourd’hui, le salarié n’est plus « au service de l’entreprise » à proprement parler. Les rôles se sont inversés.

Certaines pratiques appartenant à ce phénomène ne sont pas nées et d’hier, à l’image du télétravail. De plus en plus d’entreprise propose ce mode de fonctionnement à leurs salariés, en ayant comme idée que chacun puisse y trouver son compte.

Les outils de travail que nous utilisons aujourd’hui et qui ont vu le jour grâce aux avancées technologiques avaient déjà commencé à transformer les processus relationnels. La relation client fait d’ailleurs partie des secteurs directement concernés et sa gestion est désormais beaucoup plus efficace. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer les fonctionnalités aujourd’hui proposées par certains logiciels spécialisés.

Le « nomadisme », comme on aime communément l’appeler, correspond donc à toutes ces nouvelles pratiques qui ont pour objectif d’augmenter la performance et la qualité de vie au travail. De plus en plus de grands groupes décident eux aussi de se lancer dans une véritable réorganisation de leurs espaces, avec la volonté d’adopter une dynamique « start-up », et d’accélérer leur transformation numérique.

 

Le risque de ne pas « déconnecter »

Les avantages apportés au salarié grâce à ces évolutions présentent néanmoins des limites. Nous savions déjà que l’utilisation quotidienne des smartphones, tablettes et autres ordinateurs portables pouvaient rapidement effacer la frontière entre vie personnelle et vie professionnelle.

Aujourd’hui, le risque est d’autant plus fort qu’au-delà de ces outils, l’environnement de travail lui-même n’est plus aussi clairement défini qu’avant. Si autrefois le salarié « se rendait » de façon concrète sur son lieu de travail, aujourd’hui c’est ce dernier qui l’accompagne, partout et n’importe quand.

Difficile, donc, de délimiter véritablement les moments dédiés à l’activité professionnelle et ceux qui ne devraient pas l’être.

Il relève de la responsabilité des managers et des dirigeants d’entreprise d’être particulièrement vigilants sur ce point, et de veiller à ce que les salariés bénéficient du « droit à la déconnexion ».

Tout n’est finalement qu’une question de limite ; et si le bureau de travail de demain n’aura sans doute plus grand-chose à voir avec celui que nous avons connu jusqu’à présent, il ne faudra pas pour autant oublier, quand nécessaire, d’en fermer aussi la porte à clé…

 

 

# à lire aussi...

Les seniors sont les premiers relayeurs de Fake News

Contrairement aux idées reçues, les internautes âgés de plus de 65 ans…

Des IA et des bots: Le renouveau de l’expérience client ?

Pour une très grande majorité de marketeurs, la robotisation et l’emploi de…

Millennials et GenZ : Génération(s) vidéo…

Les deux générations les plus influentes aujourd’hui ont totalement intégré le storytelling…