L’impact des confinements sur les investissements TV

Si le premier confinement a été marqué par un arrêt soudain des investissements de la part des annonceurs en TV, l'effet "panique" semble avoir finalement été de courte durée...


Admo.tv vient de publier une nouvelle étude sur l’impact de la Covid-19 sur la communication des annonceurs en TV depuis le 1er confinement de mars 2020.

Si le premier confinement a été à l’origine d’un arrêt soudain des diffusions publicitaires TV avec une baisse de 62,5% des diffusions sur la période. le deuxième a, au contraire, vu ses prises de parole en TV augmenter de +2,5%.

Finalement, l’effet de « panique » dû à un manque de visibilité semble s’être vite dissipé puisque les communications TV des annonceurs sont rapidement reparties à la hausse…



+70% d’investissements dans certains secteurs


Du côté des secteurs, certains d’entre eux ont su tirer leur épingle du jeu en profitant de la hausse de la durée d’écoute individuelle (DEI) pour augmenter leurs diffusions TV.

La tendance est à la hausse entre février 2020, période où un confinement n’était pas encore envisagé, et février 2021 après une année de restrictions.

Certains secteurs ont même dépassé leur niveau initial de communication.

Le secteur des services avec +79% de prises de paroles en TV, les banques & assurances (+70%) et le bricolage (+45%) sont les 3 secteurs qui ont le plus intensifié leurs diffusions !


Une hausse globale de 4.2% en France

Enfin, l’infographie apporte une dimension internationale à l’analyse, en comparant l’impact de la crise sanitaire sur les diffusions TV dans 4 autres pays européens : Italie, Allemagne, Espagne et Royaume-Uni.

Sur les 5 pays étudiés, la France a moins subi l’impact de la pandémie avec des diffusions publicitaires en hausse de +4,2%…