/

Le covid aura fini de convertir les français au e-commerce

Pendant le confinement, le taux de pénétration du e-commerce en France a gagné plus de 2 points et atteint un record historique de 88,7%. Qui sont ces nouveaux acheteurs en ligne et quels sites ont le plus profiter ce cette croissance ?



La crise du Covid-19 aura profondément changé les habitudes des Français.

D’après les chiffres d’une étude YouGov menée pour le cabinet Keley Consulting*, ce confinement imposé a engendré un progrès historique du e-commerce, dans tous les secteurs commercialisant des biens tangibles.



E-commerce et confinement : des progrès historiques

Pendant le confinement, le taux de pénétration du e-commerce en France est passé de 86,1% à 88,7%, gagnant 2,6 points en seulement 1 mois.

Environ 1 Français sur 5 (19%) a acheté une nouvelle catégorie de produits en ligne pendant le confinement. Pour les 25-34 ans, ce chiffre monte à 1 sur 4 (25%).

6% des Français ont fait leurs courses alimentaires sur Internet pour la première fois pendant le confinement. 37% d’entre eux sont des retraités.




Portrait-type du primo-acheteur

Parmi ces nouveaux adeptes du e-commerce, 23% des personnes qui ont au moins un enfant sont primo-acheteuses contre 17% des personnes sans enfant.

Parmi les tranches d’âge, il y a 25% des 24-35 ans qui ont acheté en ligne pour la première fois, contre 15% des plus de 55 ans.

Les CSP + et les étudiants ont été 21% à acheter sur Internet pour la première fois, contre 18% des CSP – et 17% des inactifs.

Enfin, les habitants de village ou de zone rurale sont plus nombreuses à être passé au e-commerce. 21% d’entre elles sont primo-acheteuses, contre 18% des villes moyenne et 18% des grandes villes.



E. Leclerc leader du e-commerce alimentaire

Le Top 3 des distributeurs privilégiés sur Internet par les Français pendant le confinement :

  • Leclerc est cité comme enseigne principale par 23% des acheteurs de produits alimentaires sur Internet
  • Carrefour par 14% de ces acheteurs
  • Auchan par 10%

27% des Français qui ont acheté des produits alimentaires en ligne pour la première fois l’ont fait chez Leclerc…



Amazon, acteur incontournable pour tout type de produits

Le géant américain est l’enseigne e-commerce favorite des Français pour 6 catégories de produits sur 9, notamment sur des secteurs en concurrence frontale avec des acteurs traditionnels.

A noter : l’étude a eu lieu avant la fermeture administrative imposé à Amazon France. L’allongement des délais de livraison qui en résulte a probablement lourdement pénalisé Amazon depuis.

Amazon est classé 4ème enseigne privilégiée par les acheteurs de produits alimentaires en ligne, 2ème pour les produits ménagers et d’hygiène, 2ème pour les produits de petite enfance, et 1ère pour toutes les autres catégories.

En région Île-de-France, Amazon est la 2ème enseigne privilégiée pour les achats alimentaires en ligne, et leader de toutes les autres catégories de produits.

La marketplace est bien placée en part de marché chez les primo-acheteurs, notamment dans des catégories où on ne l’attendait pas (13% des nouveaux acheteurs de produits ménagers et d’hygiène).



La belle résistance des enseignes spécialisées françaises

Beaucoup d’entre elles sont citées en 2ème position derrière Amazon comme l’enseigne principale pour les achats en ligne.

En bricolage et jardinage, Leroy Merlin est choisi par près d’1 acheteur sur 10. Ce chiffre monte à 1 acheteur sur 6 chez les habitants des grandes villes, ce qui fait passer l’enseigne devant Amazon.

En décoration et ameublement, juste après Amazon, Maisons du Monde capte plus d’acheteurs qu’Ikéa (5% vs 4%).

Fnac.com concentre 15% des acheteurs de produits culturels. Ce chiffre monte à 26% lorsque l’on s’intéresse à la région Île-de-France.


Les challenges des e-commerçants

Durant cette période de confinement, les e-commerçants font face à des challenges importants.

52% des acheteurs de produits alimentaires en ligne ont connu au moins un problème de disponibilité produit, 31% au moins un problème de livraison.

25% des acheteurs de produits alimentaires ont déclaré avoir perçu une augmentation des prix. Ce chiffre tombe à 18% lorsque l’on interroge uniquement les retraités.

Près d’1 Français sur 8 (12%) a aussi rencontré un problème technique lors d’un achat en ligne pendant le confinement.


Vers une évolution durable des habitudes de consommation ?

27% des Français se disent prêts à changer leurs habitudes d’achats de produits alimentaires après le confinement. Ce chiffre monte à 33% pour les étudiants et les familles avec enfant.

13% des Français avouent qu’ils utiliseront plus le drive qu’auparavant pour leurs achats de produits alimentaires.

Toutes catégories de produits confondues, 1 Français sur 12 déclare qu’il se fera davantage livrer ses produits qu’avant.

6% des Français sont prêts à abandonner leur enseigne favorite pour celle découverte pendant le confinement. Chez les 24-35 ans, 12% des répondants feraient ce choix après le confinement.






*Méthodologie

Étude menée du 15 au 17 avril 2020 auprès d’un échantillon de 1010 adultes (18 ans et plus) représentatif de la population française.








# Must read

Merci !
N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter hebdo pour ne rater aucune de nos prochaines news:... ou à nous suivre sur les réseaux :