D’après un récent sondage, 42% des Français utiliseraient les réseaux sociaux dans le but d’influencer les autres et un tiers des internautes considère qu’il n’y a aucune règle à respecter lorsqu’ils s’expriment en ligne.

Un cocktail qui peut s’avérer détonnant pour la e-réputation des marques…  

 

Si l’on en croit les résultats du sondage mené par l’ IFOP pour Havas Paris et August Debouzy, les Français témoignent d’une certaine méconnaissance des règles de droit sur les réseaux sociaux qui deviennent un terrain toujours plus propice aux risques réputationnels pour les marques.

 

L’ère de l’influence

Au cours des 12 derniers mois, 68% des Français ont utilisé Internet pour exprimer une opinion sur un sujet d’actualité et 55% d’entre eux (66% chez les moins de 35 ans) ont publié un avis sur des entreprises, des marques ou des services.

42% des Français utilisent les réseaux sociaux dans le but d’influencer les autres. Un chiffre qui monte à 54% chez les moins de 35 ans.

 

Des outils qu’ils utilisent principalement pour s’exprimer sur les produits ou les services d’une entreprise tant pour signaler leur insatisfaction (86%) que pour en vanter les mérites (82%).

 

 

Une zone de non-droit ?

1 Français sur 2 considère qu’il a le droit de dire publiquement tout ce qu’il veut au sujet d’une marque, d’une entreprise ou d’un dirigeant.

 

1 Français sur 3 considère qu’il n’y a aucune règle à respecter lorsqu’il s’exprime sur les réseaux sociaux, et donc que la liberté d’expression y serait sans limite.

 

 

Un environnement à risque pour les marques

En cas de crise, le silence est une option risquée pour les entreprises, puisque 65% des Français attendent d’elles qu’elles s’expliquent ou s’excusent rapidement.

Un souhait de transparence et de réactivité qui ne suffit pas toujours à endiguer la crise.

 

Ainsi, 47 % des Français ont déjà renoncé à acheter un produit ou un service d’une marque suite à une atteinte à sa réputation. Un chiffre qui monte à 59 % chez les 18/24 ans…

 

 

Plus de régulation face aux fake news

Les Français sont 74% à considérer avoir déjà été exposés à des « fake news ».

Ils souhaitent d’ailleurs à 86 % que la récente loi anti « fake news », cantonnée aux périodes électorales, soit étendue à d’autres domaines comme l’économie, l’immigration, l’alimentation, l’environnement ou le climat.

Ils sont également 87% à être favorable à l’adoption d’une loi qui viendrait durcir la responsabilité des hébergeurs…

 

 

 


Méthodologie

L’enquête a été menée par l’Ifop auprès d’un échantillon de 1 008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 25 janvier 2019.

 

 

# à lire aussi...

Les magasins doivent-ils devenir Instagrammables ?

À l’occasion du SIEC 2019, le Salon du retail et de l’immobilier…

Élections européennes : les favoris ne sont pas les plus influents sur le web

A l’approche des élections européennes en France le 26 Mai prochain, SEMrush a analysé l’influence digitale des candidats. Résultats : des tendances qui vont à l’encontre des sondages !

Influence Marketing : entre dérives et opportunités…

En 2024, le marché de l’influence marketing devrait dépasser les 22 milliards…

15 chiffres à connaître sur le marketing d’influence

Impact des influenceurs selon les plateformes utilisées, résultats constatés ou encore mode…