Selon une récente étude d’Adobe et Goldsmiths , 75 % des directeurs marketing français reconnaissent être perdus face aux nouveaux comportements et attentes des consommateurs.

A l’ère du digital, les contraintes pour les marques se font paradoxalement plus nombreuses et leurs clients sont plus exigeants que jamais…

 

La généralisation du digital a éveillé la conscience des consommateurs et leur a donné la parole. Aujourd’hui, la fidélité n’est plus seulement une question d’affinité avec une marque ; elle tient aussi à l’expérience proposée.

Le consommateur actuel se demande désormais :

  • si l’expérience est prédictive et adaptée à ses besoins précis ;
  • si le service est omniprésent et disponible où et quand bon lui semble ;
  • si la marque l’aide à affiner ses choix face à la multitude d’offres ;
  • si l’expérience est originale en étant pleinement satisfaisante.

 

 

Fidéliser les clients grâce aux données et à l’intelligence artificielle

Plus de 68 % des consommateurs français (60 % en Europe) se disent fidèles aux marques qui personnalisent leurs expériences en fonction de leurs besoins et préférences.

Pour parvenir à ce résultat, les entreprises s’appuient sur les données, mais si 63 % d’entre elles (65 % en Europe) affirment adapter le marketing aux besoins de chaque client ciblé, la majorité n’exploite pas encore la portée et la précision de l’intelligence artificielle.

Elles sont moins d’un tiers (33 % en France et 32 % en Europe) à déclarer utiliser l’IA pour optimiser l’expérience client, même si 67 % (69 % en Europe) estiment que cette technologie a le pouvoir de redéfinir les relations client.

L’étude montre néanmoins qu’il reste beaucoup à faire pour expliquer aux clients comment les entreprises se servent de leurs données pour créer les expériences qu’ils attendent d’elles. Si 37 % des directeurs marketing français (44 % en Europe) affirment connaître le ressenti des clients concernant l’utilisation de leurs données par les marques, 85 % des consommateurs français souhaitent plus de transparence dans ce domaine (76 % des consommateurs européens).

 

Des expériences fluides en tout lieu

Les données aident également les marques à mieux comprendre où se trouve le client à un moment précis et à lui proposer des expériences qui répondent à un besoin de rapidité croissant. Cet aspect est d’ailleurs le plus important pour 62 % des consommateurs français et 59 % des acheteurs européens.

Si les directeurs marketing se jugent performants au moins en ligne – 57 % d’entre eux estiment faciliter les achats en ligne et les rendre plus pratiques (71 % en Europe) – ils sont beaucoup moins nombreux (47 % en France et 58 % en Europe) à faire en sorte que leurs services soient intégralement accessibles sur les appareils mobiles.

La cohérence est également la clé de la fidélité pour 58 % des consommateurs en France (62 % en Europe). Pourtant, seuls 58 % des responsables marketing européens et 67 % de leurs homologues français assurent que leur entreprise offre une expérience homogène sur les canaux en ligne et hors ligne.

 

Pour consulter le rapport complet sur la fidélisation des clients à l’ère digitale, cliquez ici.

 


Méthodologies

  • Enquête auprès des consommateurs (3Gem Research) : les informations obtenues par l’association de méthodes et d’une analyse factorielle ont été vérifiées de façon quantitative par le biais d’un questionnaire remis à 1 000 représentants, âgés de 18 ans et plus, de chacune des cinq régions suivantes : Royaume-Uni, France, Allemagne, Benelux et Scandinavie (5 000 personnes au total).
  • Enquête auprès des directeurs marketing (Vanson Bourne) : le questionnaire institutionnel a été rempli par 130 décideurs marketing senior et directeurs marketing en poste dans des multinationales (de plus de 3 000 salariés) pour noter la préparation et les pratiques dans les dimensions du nouveau modèle de fidélisation. Les personnes interrogées exerçaient dans des entreprises basées au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas et en Scandinavie, dans les secteurs de la fabrication industrielle, des services financiers, du tourisme, de la grande distribution et de l’automobile.
  • Les mesures de performances reposaient sur la force des réponses des directeurs marketing aux items mesure, soi, prévision, prédominance et choix ; par rapport aux performances commerciales, sur la base des estimations de productivité, de chiffre d’affaires et de rentabilité établies par les directeurs marketing.

 

# à lire aussi...

Numérique : entre satiété et saturation…

Omniprésence du numérique, hégémonie du mobile, nouveaux comportements et opportunités à venir……

Noël : plus de 20 milliards d’euros seront dépensés en ligne

A la veille des opérations promotionnelles du Black Friday et du Cyber…

Les habitudes de paiement en France et en Europe

D’après une étude menée par Oney, les européens utilisent en moyenne plus…

La com’ “for good” est-elle vraiment efficace ?

Dans un monde où de plus en plus de marques communiquent sur…