La nouvelle édition de l’étude « AdReaction : l’art de l’intégration » de KANTAR Millward Brown souligne les difficultés que rencontrent les annonceurs face à une audience de plus en plus publiphobe, et ce particulièrement en France…

 

 

La prolifération des médias brouille les messages des marques

En France, le nombre de publiphiles diminue, au profit des détracteurs. Avec la démultiplication des canaux et la fragmentation des médias, la publicité est perçue comme de plus en plus banale, omniprésente, voire intrusive.

La prolifération des formats publicitaires rend la communication des marques plus confuse. Le résultat est finalement à l’opposé de l’attendu: plus le consommateur est exposé, plus il perd le fil.

–  64% des Français s’accordent à dire qu’il y a plus de publicité aujourd’hui qu’il y a trois ans.

–  La publicité est vécue comme invasive : pour 75% des personnes interrogées elle est maintenant présente dans plus d’endroits et sous de nouvelles formes ; 68% les trouvent directement plus intrusives.

– 35% pensent que les campagnes sont moins compréhensibles qu’avant, et seuls 26% estiment que les histoires qu’elles racontent deviennent plus intéressantes.

Au final 17% des français estiment qu’au travers de leurs campagnes, les marques souhaitent réellement répondre à leurs besoins. Plus inquiétant encore, 56% des personnes interrogées se considèrent comme irritées par ces campagnes même si celles-ci permettent au final de garder les marques à l’esprit.

 

« Ces sentiments, liés à la prolifération des publicités sont encore plus prégnants auprès des personnes consommant beaucoup les medias et auprès des acheteurs en ligne.

Il y a du coup, un réel décalage entre les professionnels qui portent en général un regard positif sur l’intégration de leur campagnes pluri-media et la perception qu’en font les consommateurs»

-souligne Nadine Faure Media & Digital New Business Director chez Kantar.

 

Les travaux menés par Kantar Millward Brown montrent toutefois qu’une bonne orchestration des médias et des messages peut conduire à de très bons résultats : elle permet d’augmenter l’efficacité de 31% en moyenne. Pourtant, aujourd’hui ces campagnes, bien intégrées, ne représentent que la moitié (46%) des campagnes testées par l’institut.

 

Les 5 principes d’une campagne réussie

L’intégration cross canal est encore aujourd’hui un art difficile pour la plupart des annonceurs. Voici cinq grands principes issus des analyses des experts de Kantar Millward Brown pour y parvenir :

  1. Une campagne est efficacement intégrée à partir de 7 codes de reconnaissance: contrairement aux idées reçues, à eux seuls, les éléments incontournables d’une campagne publicitaire classique  (slogan, logo…) ne suffisent plus capter l’attention du consommateur. Une multitude de codes est nécessaire pour rester présent à l’esprit (un personnage commun, une célébrité, un hashtag, une voix off, une musique, etc.). Il faut également trouver la bonne synergie entre les différents canaux. Certaines associations de medias se révèlent, par exemple, particulièrement performantes (TV + Facebook ou TV + affichage, etc.).

 

  1. Fédérer une campagne autour d’une idée centrale forte : l’intégration réussie passe avant tout  par une idée forte qui sert de fil conducteur à l’ensemble de la campagne. Partir de la réalité, du vécu et des attentes du consommateur doit permettre de créer une idée déclinable sur tous les medias. Il ne faut pas construire les déclinaisons média à partir du spot TV mais remettre l’idée créative au centre du projet de communication. Une idée forte permet à une campagne d’être en moyenne 64% plus efficace.

 

  1. Ne négliger aucun support : chaque canal a sa propre raison d’être. Chaque élément créatif  doit être développé en fonction des caractéristiques propres des formats ou des supports. Il ne faut pas oublier que chaque canal peut être la clef d’entrée vers la campagne.  Il est donc important de ne négliger aucun détail. Un élément de faible performance fait courir le risque d’un échec potentiel pour l’ensemble de la communication.

 

  1. Faire des choix et se concentrer sur l’essentiel. Avec la prolifération des formats disponibles, il faut éviter de se disperser. Il convient avant tout de constituer le bon mix en choisissant les canaux qui ont un véritable rôle à jouer dans le scénario de la campagne. Il est impératif de trouver un équilibre entre résultat et coût. Les campagnes digitales peuvent être plus performantes tout en restant économiquement intéressantes à condition de capitaliser sur une campagne TV.

 

  1. Tout canal supplémentaire doit constituer un plus pour la campagne : Intégrer de nouveaux canaux pose la question de l’adaptation. L’approche la plus pertinente consiste à développer des contenus ayant une bonne familiarité avec l’idée générale, tout en proposant une expérience supplémentaire. Un canal additionnel doit permettre d’apporter une nouvelle note à la campagne sans briser l’harmonie globale.

 

 

 


A propos de l’étude AdReaction: L’art de l’intégration 

Cette étude est basée sur plus de 14 000 interviews de consommateurs dans 45 pays, âgés de 16 à 65 ans, d’Août à Novembre 2017.

Les enseignements concernant l’efficacité media proviennent de nouvelles analyses de la base de données cross-media Kantar Millward Brown (223 campagnes testées entre 2015 et 2017). Les enseignements concernant la créativité sont issus de  tests publicitaires réalisés sur 12 campagnes récentes dans 8 pays.

Cette nouvelle vague de l’étude AdReaction a été complétée par l’étude « Getting Media Right » (septembre 2017), résultant des opinions croisées de 300 leaders marketing (annonceurs, agences médias et régies) à travers le monde.

 

 

 

# à lire aussi...

Les grandes tendances de l’expérience client

Zendesk publie son étude sur l’importance du service sur la fidélité des…

[Infographie] Les Soft Skills du Marketing

Dans le secteur du marketing, on estime que la durée de vie…

Quels défis pour les marketeurs cette année ?

Influence, data, social media… Pour la 3ème année consécutive Cision a interrogé…