Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Insights

Infographie : l’état des médias dans le monde

Fake news, défiance vis-à-vis des médias, pression des chiffres et impact des réseaux sociaux… Autant de challenges auxquels sont confrontés les journalistes en 2022…


Pour la 13ème année consécutive, Cision a sondé les journalistes* à travers le monde pour dresser un état des lieux de l’évolution de leur profession et de leurs problématiques.

Entre fake news, manque de moyens et pression financière, leurs priorités ont-elles changées ?

Deux années de pandémie ont-elles fait émerger de nouvelles sources d’informations et quelles sont leurs attentes face aux communicants ?





La lutte contre les « fake news » : la première difficulté pour les journalistes dans le monde

« Conserver leur crédibilité, en tant que source d’information fiable, et lutter contre les accusations de fake news » fait son entrée dans le top 3 des difficultés rencontrées par les journalistes en se classant à la première place (32%).

De fait, cette année, 57% des journalistes estiment que le public fait moins confiance aux médias que l’année précédente. Un chiffre qui repart à la hausse après 3 années de baisse consécutive. 



Avec des pourcentages moitiés moins importants et très proches les uns des autres, les journalistes citent comme autres difficultés, la baisse des revenus liés à la publicité et à la diffusion, ex aequo avec le manque de personnel et de ressources (16 %).

Dans ce contexte, les journalistes ont une surcharge de travail évidente : 29 % des répondants déclarent écrire au moins 10 articles par semaine et 36 % entre 4 et 9.

Vient ensuite la concurrence des e-influenceurs qui contournent les médias traditionnels (14 %). 

Cette diminution des revenus conduit les rédactions à surveiller les ventes autant que les contenus et à s’appuyer sur les statistiques (vues, clics, partages, likes, engagement).

Ces métriques à leur disposition influencent d’ailleurs 59 % des journalistes dans leur sélection de l’information.

Après une hausse constante depuis 3 ans, ce chiffre se stabilise.



Les réseaux sociaux : en priorité pour publier ou promouvoir leur contenu

Aujourd’hui, presque tous les journalistes sont présents sur les réseaux sociaux de manière professionnelle. Ils s’en servent en priorité pour pour publier ou promouvoir du contenu (20 %).

Mais ils les utilisent également pour interagir avec leur public (18 %), pour réseauter (16%), pour veiller les autres médias (16%) et même pour sourcer des informations (15%).

En revanche, moins d’un quart d’entre eux (23 %) considèrent qu’il est acceptable d’être contactés via ces canaux et 12 % sont prêts à bloquer un attaché de presse qui le ferait.

Leurs trois réseaux favoris sont : Facebook (63%) puis sur Twitter (59%) et enfin Linkedin (56 %).

Instagram est en 4ème position (44 %) suivi de YouTube ex aequo avec WhatsApp (28 %). 

Les réseaux qui ont une audience très jeune comme TikTok et Snapchat sont très peu investis par les journalistes (respectivement 5 % et 1 %).



Les attentes des journalistes vis-à-vis des RP

La plus forte attente des journalistes envers les attachés de presse est que ces derniers « connaissent leur audience et les sujets qu’ils traitent » (63 %).

Ce qui est loin d’être le cas puisque 91 % d’entre eux estiment que moins de la moitié des CP qu’ils reçoivent sont pertinents, chiffre quasi stable : 93 % en 2021.

Vient ensuite le fait disposer de données et de sources exactes de la part des attachés de presse lorsqu’ils en ont besoin (57 %). 43 % souhaitent que les attachés de presse arrêtent de les spammer.

Dans la course contre la montre que se livre les journalistes aux quotidien, 29 % d’entre eux attendent que les attachés des communicants qu’ils respectent leurs deadlines.


Les communiqués de presse toujours utiles

Interrogés sur les sources qu’ils considèrent les plus utiles pour écrire des sujets ou trouver des idées, les journalistes citent d’abord les communiqués de presse (37 %), bien qu’ils soient en nette baisse par rapport à l’année précédente (41 %). 

Viennent ensuite les spécialistes et experts (23 % vs 28 %). Ils détrônent les grandes Agences de Presse type AFP (qui chutent de 23 % à 15 % cette année). 

Les porte-paroles des organisations (13 %) et les courts pitchs par e-mail (12 %) sont préférés aux réseaux sociaux de l’entreprise (7 %), sites web (7 %) et blog (2 %).



L’édition 2022 de notre étude mondiale State Of The Medias vient confirmer les tendances émergentes de ces deux dernières années et du passage de la crise.

Les médias sont en quête de confiance et se donnent tous les moyens pour contrer les fake news. L’usage des réseaux sociaux par les journalistes semble se stabiliser, que ce soit au niveau des plateformes ou au niveau des métriques, ce qui tend à montrer que les journalistes sont en pleine maîtrise de ces outils.

Enfin les communicants et les attachés de presse en tête peuvent être rassurés : le CP reste le chouchou du journaliste ! Un contenu qu’ils estiment fiable et utile même si trop utilisé par les communicants à leur goût.

En manque de ressources et de personnel, les journalistes attendent encore mieux des attachés de presse pour un véritable partenariat gagnant.

Cyndie Bettant – Responsable de l’étude SOTM France.







*3 890 journalistes, originaires de 17 pays, représentant plus de 2 160 organes de presse interrogés entre janvier et février 2022.







# A lire aussi ...

Insights

Avec la disparation des cookies tiers et l'inquiétude grandissante des consommateurs quant à l'utilisation de leur données, la mise en place d'une stratégie de...

Digital

Deux ans plus tard, la mise en place à marche forcée du télétravail n'est pas sans poser de problème aux entreprises comme aux salariés...

Insights

Après une croissance exceptionnelle des investissements publicitaires en France en 2021, MAGNA revoit ses prévisions à la baisse pour 2022, avec une croissance de...

Insights

L’Observatoire des évolutions du marketing revient sur les tendances qui impactent aujourd'hui le métier de marketeur et dresse le portrait du CMO de demain.

Publicité