Covid-19 : ce que les Français prévoient pour leurs vacances d’été

Si le déconfinement semble envisagé dans les semaines à venir, les français restent très sceptiques à l’idée de pouvoir partir cet été. 70% d’entre eux se préparent ainsi à annuler ou à réduire leurs vacances cette année…




Au lendemain de l’allocution du Président de la République annonçant la fin du confinement le 11 mai, in-Store Media a interrogé les Français* sur leurs projets de vacances et leur pouvoir d’achat pour cet été.

Il ressort de cette étude que 7 Français sur 10 se préparent à réduire, décaler ou annuler ses vacances d’été, et 9 sur 10 resteront en France.

Coté consommation, la moitié des Français compte réduire ses achats, mais plus de 70% ne renonceront pas pour autant à certains produits plaisir.




7 Français sur 10 pensent annuler ou réduire leurs vacances d’été.

Alors qu’habituellement, 75% des Français posent des congés d’été en Juillet ou en Août, l’été 2020 pose de nombreuses incertitudes sur les vacances.

Les Français confinés sont nombreux à y réfléchir depuis leur salon.

L’étude in-Store Media montre que la crise du Covid-19 aura un impact sur leurs décisions en matière de vacances, puisqu’ils sont 7 sur 10 à envisager ne pas en prendre comme prévu.

En effet, déjà 42% des Français pensent les annuler, 22% les réduire d’une semaine ou plus et 17% les décaler à Août-Septembre.

Les Millenials sont le plus touchés : plus d’1 sur 2 (18-34 ans) souhaite déjà annuler ses congés d’été…


9 Français sur 10 resteraient en France.

La crise sanitaire contraindra-t-elle les frontières à rester fermées ? Les avions seront-ils cloués au sol ?

Personne n’est vraiment en mesure de répondre. Par conséquent, 9 Français sur 10 n’envisagent pas de se déplacer à l’étranger cet été et passeront donc la période estivale dans l’hexagone.


Entre raison et tentation …

La crise sanitaire a des répercussions sur la consommation des Français. Ainsi, 51% d’entre eux envisagent de restreindre leur consommation, contre 39% pour la maintenir et 9% pour l’augmenter.

Toutefois, même si une majorité consommerait moins, 73% des Français ne comptent pas renoncer pour autant aux achats plaisir… sans doute pour garder le moral !



*1 086 Français représentatifs en âge et en genre de la population française ont été consultés sur Internet les 14 et 15 avril par Happydemics.



# Must read