Le e-commerce maintient sa croissance en France avec +13% au 1er trimestre 2018 et quelques 22,3 milliards d’euros générés en 3 mois selon les derniers chiffres publiés par la Fevad.

Signe que de nombreux freins ont été levés, les français sont désormais de plus en plus nombreux à faire leurs courses en ligne même lorsqu’il s’agit de produits alimentaires…

 

D’après l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie, 37,4 millions d’internautes ont effectué des achats en ligne au 1er trimestre 2018, soit plus de 8 internautes sur 10 (85,5%). Cela représente 893 000 cyberacheteurs de plus qu’il y a un an.

Pour Jamila Yahia-Messaoud, Directeur du Département Consumer Insights de Médiamétrie :

« L’e-commerce concerne aujourd’hui tout type de produits, y compris des produits du quotidien des Français comme l’alimentaire. Aujourd’hui près de la moitié des internautes ont déjà effectué un achat alimentaire en ligne. 

Les plus grands distributeurs se sont d’ailleurs tous mués en e-commerçants et on retrouve deux acteurs français spécialisés du secteur dans le top 15 des sites d’e-commerce. »

 

 

Le e-commerce poursuit sa croissance en France

Sur ce 1er trimestre, on dénombre 344 millions de transactions soit +18,5% en un an.

La fréquence d’achat poursuit son rythme de progression des 12 derniers mois entrainant la hausse du montant moyen dépensé par acheteur sur le trimestre : +9%.

Bien que le panier moyen soit encore en baisse de 4,5% sur un an et arrive à 65 euros au 1er trimestre (vs 68 euros au 1er trimestre 2017), un acheteur en ligne dépense en moyenne 700 euros sur le trimestre ; c’était 100 euros de moins il y a 2 ans. Pour ce 1er trimestre 2018, cela représente 10,7 transactions contre 9,4 transactions au même trimestre 2017.

La diversification de l’offre se poursuit également avec + 12% de nouveaux sites en un an soit 19 000 sites supplémentaires.

A noter que le mobile (tablettes et samrtphones) continue aussi sa montée en puissance avec des ventes en progression de +25% sur les 3 premiers mois de l’année.

Marc Lolivier, Délégué Général de la Fevad, souligne que

« L’e-commerce continue de progresser année après année en France. La plus forte hausse concerne les seniors (65 ans et plus) qui comptent parmi eux 82% de cyberacheteurs, soit 17 points de plus que l’an dernier.

Plus de 9 Français sur 10 âgés de moins de 50 ans sont des cyberacheteurs. Et au-delà du nombre de cyberacheteurs, c’est surtout la fréquence d’achat qui progresse et qui permet à l’e-commerce de maintenir un rythme de croissance soutenu. »

 

Près d ’1 internaute sur 2 a déjà acheté un produit alimentaire en ligne

47% des internautes ont déjà acheté un produit alimentaire sur internet. Si, au global, les cyberacheteurs sont légèrement plus nombreux chez les hommes que chez les femmes, cela s’inverse pour l’alimentaire avec une part de femmes cyberacheteuses un peu plus importante (48% vs 46%).

Les 35 à 49 ans et les CSP+ sont particulièrement adeptes de l’achat de produits alimentaires sur internet avec respectivement 59% et 60% d’entre eux qui y ont déjà eu recours.

Une courte majorité d’internautes (53%) n’a donc pas encore opté pour l’e-commerce alimentaire.

Parmi les freins cités par ces non-pratiquants, les craintes liées à la nature des produits reviennent le plus : incapacité à contrôler leur qualité via la vue ou le toucher pour 77% d’entre eux, ou impossibilité de vérifier la fraîcheur des produits alimentaires (24%).

On retrouve ensuite des craintes en lien avec le process d’achat (21%) ou les prix pratiqués (17%).

La majorité des cyberacheteurs alimentaires (54%) font leurs courses au moins une fois par mois sur internet et ils sont plus d’un quart (28%) à les faire au moins deux fois par mois.

En termes de produits commandés, c’est l’épicerie qui arrive en tête des produits achetés sur internet avec 36% des commandes. Les CSP+ surconsomment l’ensemble des produits, notamment l’épicerie (48%).

 

Ordinateur & Drive en tête des pratiques

Si on utilise le terme « Mobile-first » pour qualifier de nombreux pans de l’écosystème internet, l’e-commerce alimentaire reste largement « ordinateur-first » : 77% des achats de produis alimentaires se font par l’intermédiaire d’un ordinateur, très loin devant le smartphone (16%) et la tablette (8%).

Il existe une multitude de possibilités pour récupérer les courses commandées en ligne grâce aux solutions développées par les hypermarchés et autres distributeurs du secteur.

Deux d’entre elles se distinguent par leur niveau d’utilisation : le « drive », c’est-à-dire l’action d’aller en voiture chercher sa commande chez le commerçant et la livraison à domicile qui représentent respectivement 42% et 34% des livraisons de produits alimentaires.

Enfin, le budget moyen dédié à l’e-commerce alimentaire est de 80€ par commande.

 

 

 

# à lire aussi...

Gestion de crise: le B2B n’est plus immunisé…

Les marques grand public ne sont plus les seules affectées par les…

Les chiffres du e-commerce au 1er trimestre

La Fevad a présenté aujourd’hui les résultats des ventes sur internet pour…

Noël 2018 : Un très bon cru pour le e-commerce

Les Français ont fait davantage appel au e-commerce pour préparer leurs cadeaux…

Le mariage de raison des magasins et du e-commerce

Avec le commerce omnicanal, points de vente et e-commerce additionnent leurs forces…