À peine trois mois après la mise en application du RGPD, la question de la protection des données personnelles sur le web reste toujours aussi sensible.

 

Si le web et ses codes spécifiques sont aujourd’hui intégrés dans toutes les sphères sociales, sa montée en puissance a entraîné une multiplication des actes malveillants envers les utilisateurs : usurpations d’identité, fraudes aux données bancaires ou encore arnaques aux sentiments, 36% des français admettent avoir déjà été victimes de fraude sur le web.

Affinion International, qui commercialise des solutions de prévention et de détection contre la cyber fraude, s’est penché sur le phénomène : quels sont les risques encourus par les utilisateurs, comment s’en protéger et surtout, comment réagir une fois qu’il est trop tard ?

 

Une cible commune : le porte-monnaie des Français

Lorsqu’on les interroge sur le sujet, les Français sont formels : la fraude sur le web, qu’il s’agisse de piratage ou d’extorsion, se fait de plus en plus présente puisque 42% des hommes déclarent en avoir déjà été victimes, contre 31% des femmes, soit près de la moitié de la population totale du pays.

Les crimes les plus fréquents ? La fraude aux achats et vols de coordonnées bancaires qui concernent 54% des victimes, suivis des tentatives d’extorsions par mail (phishing) à 41%, puis des appels et sms frauduleux à 30% et enfin des usurpations d’identités sur les réseaux sociaux à 29%.

Dans 54% des cas, le préjudice financier ne dépasse pas les 200€, le montant volé ou extorqué étant inférieur à cette somme. Les Français sont néanmoins 33% à déclarer avoir subi un préjudice financier situé entre 200€ et 1 000€, et peut atteindre 10 000€ dans 12% des cas. On observe également de rares occurrences de préjudices s’élevant à plus de 10 000€, qui ne représentent heureusement que 0,8% des cas.

 

Des fraudes qui s’adaptent à tous les profils

Si l’on se penche sur les profils des victimes, on remarque alors que les pirates se sont adaptés pour exploiter les faiblesses de chaque génération.

Les seniors (55 ans et +) sont par exemple les victimes privilégiées des arnaques à l’email frauduleux : 1 senior sur 2 a déclaré s’être déjà fait escroquer par du hameçonnage, contre 1 Français sur 3 dans la tranche 35-54 ans.

Les 18-35 ans eux, ont plutôt tendance à tomber dans le piège de l’usurpation de leurs comptes sur les réseaux sociaux : ils sont 43% à déclarer que cette mésaventure leur est déjà arrivée contre seulement 21% des seniors.

En termes de prévention, les femmes sont très vigilantes sur les contenus qu’elles partagent (66% des répondantes), les hommes eux suppriment régulièrement leurs cookies (60% des répondants). De manière générale, et pour 76% des Français, le premier réflexe pour se protéger est de complexifier et/ou changer son ou ses mots de passe régulièrement.

 

Vers une démarche d’accompagnement des victimes

Que faire alors lorsqu’il est trop tard ? L’étude Toluna pour Affinion International révèle que les Français n’ont pas franchement la réponse à cette question : ils sont 64% à déclarer ne pas connaître les démarches à suivre en cas d’usurpation d’identité et 59% à admettre ne pas savoir qu’il existe des services d’accompagnement et d’assurance proposés par leur assureur ou encore leur banque.

Pour résoudre une situation après une arnaque sur le web, les Français vont déposer plainte auprès des autorités compétentes à hauteur de 51%, 46% d’entre eux ont le réflexe de changer leur mot de passe et 29% tout de même contactent leur assureur pour étudier la possibilité d’une prise en charge.

Les seniors eux ont une préférence pour le conseil de leur banquier, puisqu’ils sont 21% à se tourner vers eux en cas d’arnaque sur le web contre seulement 9% des 18-54 ans.

Si le réflexe n’est pas encore ancré dans le quotidien des Français, près de la moitié d’entre eux (43%) se disent aujourd’hui prêts à souscrire à ces nouveaux services de protection des données.

 

Bérénice Goales, Directrice Marketing et Produits d’Affinion International, commente :

 

« Si la démocratisation du digital et ses flux astronomiques de données ouvrent un champ des possibles quasi infini auprès de toutes les générations, cette montée en puissance induit un risque grandissant d’utilisation frauduleuse des données personnelles.

Les structures malveillantes s’organisent et se professionnalisent, il devient donc de plus en plus difficile pour les victimes d’identifier et de contrer la source du problème.

Il appartient désormais aux professionnels de l’assurance de développer des offres couvrant cette palette de nouveaux risques en complément des traditionnelles assurances de protection des biens et des personnes. »

 

 

 

 


Méthodologie :

Les chiffres de cet article sont issus de l’étude Toluna QuickSurveys™, réalisée pour Affinion International en août 2018 sur un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 à 55 ans et plus.

 

 

# à lire aussi...

Data Privacy Day : Une journée pour tout changer ?

Fuites de données, hacking, phising, utilisations abusives… Les problèmes liés aux data…

Le Big Data en 10 chiffres-clés

Dix ans après son arrivée, qu’est devenu le Big Data ? Historique, croissance,…

Sur quoi les hackers vont-ils se concentrer cette année?

2019 vient de commencer. Et si l’on peut être sûr d’une chose,…