Connect with us

Email

[Etude SNCD] En 2016, l’email reste encore et toujours incontournable

Publié

le

94% des internautes consultent leur boite mail tous les jours et 87% ont déjà acheté suite à la réception d’un email marketing… En quelques chiffres, l’étude Email Marketing Attitude vient rappeler à quel point l’email reste un levier indispensable pour les marketeurs…

 

Réalisée par le SNCD ( Syndicat National de la Communication Directe), cette 10ème édition de l’étude EMA – Email Marketing Attitude – questionne les internautes français sur leur attitude par rapport à l’email.

NP6 a mené cette étude pour la première fois en 2016. Un nouvel angle est proposé dans cette édition, dans la mesure où les répondants à l’étude 2016 sont des abonnés newsletters de partenaires NP6 de renom tels que Canal Plus, L’Express ou Easyvoyage.

 

L’email : à toute heure et sur tous les supports

 

Email pour tout le monde

En moyenne, les répondants disposent de 2,3 boîtes email personnelles.

94 % des répondants consultent leur boîte principale au moins une fois par jour et 59 % font de même avec leur boîte secondaire.

Les trois principales utilisations de la boîte mail principale sont la gestion de la correspondance personnelle (93 %), les services administratifs (74 %) et les achats ou ventes privées (72 %).

 

Email à toute heure

81 % des internautes les consultent au coucher, alors qu’ils sont 73 % à le faire à leur réveil le matin.

L’étude détaille également les situations dans lesquelles les internautes ont tendance à consulter leurs emails. 81 % le font dès réception d’une notification, 63 % au cours d’une soirée ennuyeuse et 43 % dans les magasins.

 

Email sur tous les devices

En 2016, le multi-devices est plus que jamais d’actualité et l’expérience client, pour être réussie, ne peut se passer d’une stratégie multi- supports.

En effet, 68 % des internautes utilisent 3 supports ou plus pour se connecter à Internet. 48 % utilisent à la fois l’ordinateur personnel, le smartphone et la tablette. 80 % de ceux qui utilisent un ordinateur personnel pour se connecter à internet utilisent également un smartphone.

La télévision connectée progresse mais reste encore peu utilisée comparée aux supports précédemment évoqués. Si 18 % des internautes en possèdent une, seulement 24 % d’entre eux l’utilisent pour consulter leurs emails, et ce de manière plus ou moins régulière.

Les montres connectées sont encore moins répandues, puisque seuls 3 % des répondants en disposent. 79 % d’entre eux l’utilisent cependant pour consulter leurs emails.

La mobilité continue ainsi à se développer : un internaute sur deux préférant désormais consulter ses emails sur un support mobile (smartphone, tablette ou montre connectée).

 

Un levier marketing arrivé à maturité

L’étude permet de constater une diminution du nombre d’emails reçus à la fois sur la boîte principale et secondaire, en cohérence avec la diminution du volume d’emails envoyés par les e-routeurs constatée par le Sncd.

Cette tendance est particulièrement marquée sur la boîte principale avec 42 % des répondants qui estiment désormais recevoir moins de 10 emails par jour.

À travers ces chiffres se fait ressentir la maturité des internautes et de leur rapport à l’email : gestion des volumes de réception, segmentation des différentes boîtes selon l’usage, meilleur discernement de certaines techniques marketing. Se devine également une meilleure gestion de la pression marketing de la part des annonceurs.

L’impact marketing du levier email demeure important :

  • 87 % des internautes déclarent acheter suite à la réception d’un email commercial,
  • 95 % déclarent conserver le mail dans leur boîte de réception s’il suscite leur intérêt,
  • 82 % se rendent en magasin.

 

« L’email n’est plus seulement dans la poche des internautes. Il partage leur lit et tous les autres moments de leur journée : 73 % consultent leurs emails dès le réveil, 81 % au coucher, 79 % devant la télévision et 48 % pendant les repas.

Il est ainsi devenu le média d’appel et de rappel par excellence dans les parcours relationnels : email drive to, email déclenché suite à un comportement sur un autre média… Une véritable opportunité de dialogue avec l’internaute existe aujourd’hui, ne reste plus aux marques qu’à l’exploiter », déclare Sandra Jezo, Directrice marketing, NP6.

 

Autres chiffres clés à connaître :

  • 50 % consultent des internautes leur dossier de courrier indésirable,
  • 72 % considèrent qu’un email envoyé suite à leur navigation sur un site internet est intrusif,
  • 34 % ont déjà fait un achat sur un site après s’être désabonné des communications de celui-ci,
  • 57 % ont déjà utilisé le bouton « ceci est un SPAM ».

 

Nos attitudes face à l’email

L’étude propose une segmentation des répondants afin de donner vie aux différents profils des internautes.

Cinq segments ont ainsi été déterminés :

  • addicts (26 %)
  • rationnels (18 %),
  • relationnels (15 %),
  • récréatifs (21 %)
  • détachés (20 %).

 

attitudes-consommateurs-email

 

La segmentation permet ainsi de décrypter l’équipement des différents profils, leur perception de l’email, leur comportement email et sms, leur appétence à l’achat en ligne, l’impact de l’email sur leur parcours client, la gestion du désabonnement et des SPAM, et leur maturité achat online et email.

 

« Les tendances dégagées par l’édition 2015 de l’étude EMA – Email Marketing Attitude BtoC se confirment cette année encore. L’email reste un outil majeur de prospection et de fidélisation, un outil avec lequel les internautes sont devenus plus que familiers. Pour répondre à ces nouveaux usages, l’expérience client doit être omnicanale et répondre aux attentes de l’internaute quel que soit le lieu ou le moment de la journée.

Le jeu en vaut la chandelle, l’email restant le canal le plus efficace en termes de persuasion drive-to-web et drive-to-store : 52 % des répondants placent l’email dans leur top 5 des supports les plus incitatifs à la visite d’un site web et 33 % à la visite d’un magasin. Les supports offline (publicités magazine, télévision) sont également efficaces en termes de visites web comme de visites en magasin », commente Bruno Florence, Vice-Président délégué du Sncd.

 

Méthodologie :

Enquête basée sur un questionnaire en ligne administré par les équipes NP6 via la solution MailPerformance, du 22 avril au 5 juin 2016, auprès d’abonnés newsletters de plusieurs partenaires NP6 (Canal +, Easyvoyage et L’Express). Les résultats ont été exploités par l’équipe de Consultants Data & Statistique de NP6.

Échantillon de 2699 répondants après redressement sur des critères socio-démographiques (âge, sexe, CSP) permettant une meilleure représentativité des internautes français.

L’enquête comporte des questions autour de 5 thématiques : l’équipement, les achats, les usages, la perception, le spam et le désabonnement.

 

 

 

Email

Les 5 commandements de l’email marketing

Publié

le

Alors qu’une nouvelle année vient de se terminer, Mailjet dévoile ses 5 commandements pour des campagnes d’emailing réussies en 2018 !

Une année annonciatrice de nouvelles tendances que les entreprises vont devoir adopter pour rester pertinentes et efficaces dans leurs stratégies de communication.

 

 

>> L’email, tu privilégieras

L’email restera le moyen de communication de référence. Pour 82% des français, c’est le canal de communication qui sera le plus utilisé ces 10 prochaines années[1].

Seulement 12% des consommateurs pensent qu’ils utiliseront toujours Snapchat, 11% Linkedin et 10% Pinterest, ce qui souligne que ces plateformes sont comprises davantage comme des feux de paille que comme des canaux faits pour durer.

 

Alors que des plateformes récentes comme Snapchat créent actuellement le buzz, notamment auprès des millénials, les consommateurs sont très fidèles à l’email qui reste le moyen de communication de référence.”

– explique Alexis Renard, PDG de Mailjet.

 

>> Humaniser ta communication, tu feras

La personnalisation est un sujet largement couvert et bien assimilée par les entreprises aujourd’hui. Pourtant, nombre de consommateurs français s’insurgent contre les communications non conçues exclusivement pour eux.

Ces messages mal ciblés sont même considérés comme étant le principal problème dans la communication des marques. Il est donc nécessaire d’aller plus loin.

En 2018, les emails individuels devraient être beaucoup plus plébiscités, ainsi chaque email reçu donnera l’impression d’avoir été conçu spécialement pour la personne ciblée. La clé ? Le profilage intelligent et une segmentation plus fine.

L’humanisation va permettre l’avènement des emails respectant la vie privée des clients et aidera à transmettre le bon message, au bon moment, au bon destinataire.

 

>> Le temps réel et l’interactivité, tu favoriseras

36%des consommateurs français attendent des marques qu’elles utilisent davantage les informations en temps-réel (par exemple : recevoir des promotions pertinentes lorsqu’ils entrent en magasin) et les données de géolocalisation dans l’email.

Les consommateurs souhaitent également bénéficier d’expériences simples. Pour donner une nouvelle dimension aux emails, les marques doivent s’appuyer sur des fonctionnalités interactives, en permettant par exemple aux clients de personnaliser des produits ou d’effectuer des achats directement depuis leur boîte de réception, sans avoir à parcourir leur site (30%).

Il est aussi attendu que les marques envoient des emails prenant en compte les produits déjà consultés ou achetés récemment par le consommateur (32%). Si les entreprises veulent rester pertinentes et continuer à séduire les consommateurs, il est impératif de rendre l’email instantané et interactif.

 

>> La vidéo, tu utiliseras

Plus d’un tiers (37%) des personnes souhaitent que les marques communiquent davantage en utilisant des vidéos de produits.

C’est particulièrement important pour les millénials : 52% de la tranche 16-29 ans veulent des contenus vidéo (contre 21% seulement chez les plus de 60 ans).

De la même manière, les 16-29 ans sont le groupe le plus enclin à recevoir des publicités interactives (24%) (uniquement 12 % pour les 45-59 ans et 8% pour les plus de 60 ans).

A noter toutefois que si certains fournisseurs d’accès à internet ne prennent pas en charge les formats vidéos dans les emails, des alternatives sont disponibles pour les marques.

Par exemple, il est possible de créer un GIF issu de la vidéo à insérer dans l’email, avec un lien vers la chaîne vidéos de la marque.

En 2018, les vidéos devraient donc s’imposer dans les emails des différentes marques, notamment pour les jeunes populations.

 

>> En accord avec la loi, tu seras

Il est important aujourd’hui de se mettre à jour avec la réglementation et de choisir un prestataire de solution emailing qui offre un haut niveau de sécurité et de confidentialité des données en ayant notamment mis en place les exigences strictes du RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).

 

 

Alexis Renard conclut :

Pour rester à jour sur les tendances émergentes et les anticiper, les marques doivent régulièrement expérimenter de nouvelles techniques de communication.

L’interactivité, la géolocalisation, ou encore la capacité à s’adresser à des populations plus jeunes qui recherchent des contenus rapidement assimilables sont essentielles pour les entreprises.

Une chose est certaine : la qualité de l’expérience utilisateur restera la clé de voûte de ces démarches. L’email bénéficie de nombreux atouts pour rendre cette expérience incomparable si ceux-ci (qualité du design, personnalisation…) sont utilisés à bon escient.”

 

 

 


[1] Etude Mailjet – Email innovation

 

 

Afficher la suite

Email

Emailing : Réputation et performance sont liées

Publié

le

Une nouvelle étude de Return Path révèle le lien entre le score de réputation et le succès des campagnes emails. Cette étude mondiale dévoile notamment que les expéditeurs d’emails les mieux notés peuvent compter jusqu’à 20% de messages supplémentaires distribués en boite de réception.

 

Return Path dévoile aujourd’hui son « Baromètre Sender Score » annuel . Cette nouvelle étude se base sur les données de Sender Score et du réseau de réputation de Return Path et analyse un panel de plus de 4 000 milliards d’emails pour comprendre et mesurer l’impact de la réputation sur le taux de placement en boîte de réception.

 

Délivrabilité et réputation vont de pair

L’étude révèle notamment que les expéditeurs les mieux notés en termes de réputation ont largement plus de chances que leurs messages atteignent leur destinataire.

Par exemple, les expéditeurs ayant un sender score compris entre 91 et 100 (la catégorie des meilleurs sender scores) assurent la délivrabilité de 92% de leurs messages.

Ce chiffre chute à 72% pour les expéditeurs notés de 81 à 90 et à 45% pour ceux notés de 71 à 80. Pour les expéditeurs ayant un sender score en dessous de 70, seuls quelques messages sont finalement distribués.

«  Si un email n’atteint pas la boîte de réception, la marque perd une opportunité de contacter ses clients et finalement de conclure une vente. Ainsi, chaque message compte, même s’il est de plus en plus difficile d’assurer une bonne délivrabilité, » déclare George Bilbrey, Président de Return Path.

« C’est pourquoi surveiller la réputation et en assurer le meilleur niveau possible est essentiel pour le succès des campagnes d’email marketing. »

 

Le tableau ci-dessus montre que le filtrage fondé sur la réputation des adresses IP occupe toujours une place importante dans les algorithmes de filtrage antispam.

En effet, les adresses IP avec un score de réputation Sender Score plus élevé affichent généralement un taux de placement en boîte de réception supérieur, surtout chez Gmail, Yahoo! et Microsoft.

Les annonceurs qui ignorent les plaintes et conservent des adresses pièges et des utilisateurs inconnus dans leur liste voient leurs messages bannis des boîtes de réception à mesure que ces indicateurs commencent à affecter leur réputation en tant qu’expéditeur.

Toutefois, chez les quatre opérateurs, un score de réputation Sender Score élevé à lui seul ne signifie pas nécessairement un taux de placement plus élevé.

En effet, d’autres facteurs interviennent, à savoir le filtrage basé sur l’engagement, la formule spécifique de calcul de la réputation utilisée par l’opérateur ainsi que le contenu du message entrant, dont le calcul du score de réputation Sender Score ne tient pas compte.

 

L’importance du taux de plainte

Le taux de plainte fournit également un outil de mesure significatif pour les fournisseurs de messageries afin de mesurer la légitimité du message. Ainsi, les indicateurs de plaintes ont une importance considérable dans les filtres des fournisseurs de messagerie.

Sans surprise, le taux de plainte se révèle être étroitement lié à la réputation expéditeur.

Selon l’étude Return Path, les expéditeurs notés entre 91 et 100 ont un taux de plainte moyen de 0,5% contre 3,2% pour les expéditeurs notés entre 81 et 90 et 4% pour ceux notés entre 71 et 80, soit finalement un taux de plainte 4 fois plus important que celui des expéditeurs les mieux notés.

« Les fournisseurs de messagerie recherchent constamment de nouveaux moyens pour limiter les spams et améliorer l’expérience utilisateur », ajoute George Bilbrey.

« La réputation offre de nouveaux outils de mesures pour la légitimité de l’expéditeur et est désormais clé dans le processus de filtrage. »

 

L’étude Return Path complète est consultable ici.

 

 


Méthodologie

L’étude Return Path « Baromètre Sender Score » est basée sur l’analyse de plus de 4 000 milliards de messages envoyés en 2016 d’adresses IP dont le sender score a été calculé et dont les données d’engagement de l’abonné et le taux de placement étaient disponibles pour analyse.

En plus de la donnée du Sender Score, l’étude utilise les données du réseau de réputation de Return Path pour suivre les taux de placements en boîte de réception sur les différents fournisseurs de messagerie. Elle utilise également les données du réseau de consommateurs de Return Path pour calculer le Sender Score et le taux de placement de plus de 17 000 expéditeurs commerciaux.

Les données exploitées pour cette étude ont été agrégées, rendues anonymes et ne sont pas limités aux clients Return Path. Le Sender Score est un service d’évaluation de réputation gratuit et disponible sur www.senderscore.org .

 

Afficher la suite

Email

Email et RGPD : Ce qui va changer en 2018

Publié

le

En mai 2018 entrera en vigueur le fameux RGPD : le Règlement Européen sur la Protection des Données. Il vise avant tout à renforcer la protection des données personnelles des internautes.

De nombreux articles en ont déjà parlé et beaucoup imaginent que cette réglementation touchera de plein fouet les acteurs de l’email marketing français et leurs utilisateurs.

 

Sarbacane Software, leader français des solutions emailing, propose une infographie claire résumant les réels changements qui seront apportés par le RGPD et son implication pratique dans le domaine de l’emailing.

 

 

Source: Sarbacane

 

RGPD et Emailing, ce qui va changer

L’infographie s’attarde en particulier sur le sujet du consentement préalable, qui est l’un des points cruciaux de cette nouvelle réglementation. Pour en illustrer les conséquences, cette infographie passe à la loupe deux de ses applications les plus concrètes dans le cadre de l’envoi de prospections commerciales : la création de compte et l’inscription à la newsletter. Deux tunnels de génération de leads qui sont utilisés par de nombreuses entreprises et qui seront encore davantage encadrés par le RGPD.

En partant de ces exemples, Sarbacane présente les pratiques qui ne seront plus possibles d’employer suite à la RGPD et par quoi les remplacer.

On constate par exemple qu’il ne sera plus possible de pré-cocher une case autorisant l’entreprise à envoyer des communications commerciales à l’utilisateur qui crée un compte. De même, inciter à l’inscription à une newsletter en promettant une offre promotionnelle sera interdit. Impossible donc de conditionner l’obtention d’une offre commerciale à l’inscription à un formulaire, ou encore de collecter des données non nécessaires à la finalité pour laquelle un formulaire est prévu.

 

Des sanctions lourdes en cas de non-respect du règlement

Comme toute réglementation, le RGPD sera accompagné de son lot de sanctions à l’encontre des entreprises qui n’en respectent pas les conditions.

Les amendes pourront s’élever à 4% du chiffre d’affaires international de l’entreprise en tort avec un plafonnement à 20 millions d’euros. Avec un tel dispositif, le parlement européen est bien décidé à mettre un terme au non-respect des données personnelles sur le web…

 

 

Afficher la suite

Email

Email : l’avènement du mobile et le déclin des webmails

Publié

le

Une nouvelle étude menée par Return Path révèle où, quand et comment les abonnés interagissent avec leurs emails.

 

Return Path vient de publier les résultats de sa nouvelle étude sur le comportement des abonnés face à leurs emails.

Intitulée « Plateformes de messagerie – Les préférences des usagers à la loupe », cette étude révèle notamment que la montée en puissance du mobile a bousculé les habitudes des consommateurs.

Le taux d’ouverture des emails par mobile a ainsi quasiment doublé sur les cinq dernières années avec plus de la moitié des messages désormais consultés via un terminal mobile.

 

L’avènement du mobile au détriment des webmails

Le mobile devance largement le Webmail. Au cours de la période analysée, 55 % des emails ont été ouverts sur des appareils mobiles, contre seulement 29 % en 2012.

En outre, le taux d’ouverture sur Webmail (emails ouverts depuis un navigateur Internet comme Gmail.com ou Yahoo.com) a chuté de 26 % en cinq ans, passant de 37 % à 28 %.

Les emails de bureau (définis comme les messages ouverts depuis un logiciel installé sur un ordinateur de bureau ou portable, comme Outlook ou Apple Mail) génèrent le plus faible taux d’ouverture avec seulement 16 %, contre 34 % en 2012.

 

Apple domine l’email sur mobile

iOS continue de dominer Android. Même si les taux d’ouverture sur iPhone et iPad ont légèrement chuté au cours des cinq dernières années, iOS maintient un énorme avantage sur Android.

iOS cumule un taux d’ouverture de 79 % des emails mobiles, contre 20 % pour Android. En 2012, seuls 14 % des emails mobiles avaient été ouverts sur Android, contre 85 % sur iOS.

 

Gmail distance Yahoo

Gmail a dépassé Yahoo dans la course au Webmail. Le Webmail détient toujours un pourcentage important de l’ouverture d’emails, et Gmail en est devenu le leader incontesté.

En 2012, seuls 6 % des ouvertures par Webmail ont eu lieu sur Gmail ; ce chiffre a bondi à 59 % au cours de la période analysée. Pendant cette même période, Yahoo a connu un déclin rapide, ne représentant que 5 % du taux d’ouverture par Webmail – en baisse de 37 % par rapport à 2012.

 

60% des emails sur mobiles sont lus le week-ends

Le pic du week-end du taux d’ouverture sur mobile ; le gain du Webmail et du poste de travail pendant la semaine.

Sur mobile, les emails sont plutôt ouverts le week-end (60 % des messages sont consultés le samedi et le dimanche), contre 51 à 55% les autres jours de la semaine).

A l’inverse, le taux d’ouverture sur Webmail et logiciels de bureau augmente pendant la semaine de travail, lorsque les utilisateurs ont tendance à être devant leur ordinateur. Le Webmail compte 26 % de taux d’ouverture le week-end contre 29% en semaine tandis que l’email de bureau compte 13 % d’ouverture le week-end et 16 à 19% la semaine.

 

« En seulement cinq ans, nous avons assisté à des changements spectaculaires dans le secteur de l’email “, déclare Tom Sather, Sr. Director Research chez Return Path.

« Les équipes marketing doivent comprendre l’état actuel du marché de l’email et anticiper son évolution. Savoir comment, quand et où les emails sont ouverts – et comment ces habitudes ont changé au fil du temps – est un outil d’aide à la décision précieux pour optimiser les performances des programmes d’email marketing.”

 

 

L’étude complète peut être téléchargée ici. Vous pouvez également obtenir des données mises à jour mensuellement sur le microsite We Know Email Clients.

 


Méthodologie

Pour cette étude, Return Path a analysé plus de 27 milliards d’emails ouverts entre mai 2016 et avril 2017 à l’aide de l’outil de monitoring Email Client Monitor, et de l’outil gratuit de géolocalisation Geo Email Monitor.

 

Afficher la suite

Email

Infographie : les performances d’un email, de l’envoi à la transformation !

Publié

le

Pourcentage d’emails aboutis, taux d’ouverture ou de réactivité… Voici, en infographie, quelques chiffres-clés à connaître sur les performances de l’email marketing en 2017…

 

Cheetah Digital partage une infographie sur les performances de l’email marketing en France, de l’envoi à la transformation.

 

Principaux faits marquants.

  • Un taux d’emails non aboutis stable par rapport à l’année précédente, avec une moyenne de 2,81% d’emails non aboutis pour la France;
  • Un taux moyen d’ouvertures de 43,61% en France, en légère progression depuis l’année précédente;
  • Un taux de réactivité moyen de 12,6% en France, montrant une érosion certaine de l’engagement.

 

 

 

 

Afficher la suite

must read