26 juin 2017

Près de 83% des Français se déclarent “irrités” par la publicité en ligne, jugée trop intrusive, selon un sondage de l’institut CSA. Cette irritation est telle que 24% d’entre eux ont déjà  installé un bloqueur de publicité et 14% ont l’intention de s’en équiper prochainement. Pour autant, les internautes ne sont pas encore prêts à payer pour une navigation sans publicité…

 

L’institut CSA publie les résultats d’une étude sur les difficiles relations qu’entretiennent les internautes avec la publicité.

 

Un rejet global de la publicité

Premier constat : 83% des internautes déclarent être « irrités » par la publicité online.

Parmi les publicités qui énervent le plus les internautes trônent les fenêtres «pop-up», un format plus ou moins grand qui s’impose à l’ouverture d’une page, et «l’interstitiel», qui occupe l’intégralité de la page.

Cette irritation n’est pas limitée à internet : 79% des personnes interrogées se disent irritées par la publicité à la radio et 75% à la TV.

 

L’adblocking plutôt que des sites payants

Les éditeurs de contenu peuvent en témoigner, le phénomène AdBlock a un impact économique important sur leur activité. D’ailleurs, de plus en plus de sites demandent aux internautes de désactiver leur bloqueur de publicité pour accéder au contenu.

De leur côté, 46% des internautes renonceraient à installer un bloqueur à condition de pouvoir fermer la publicité dès son ouverture et 32% des internautes équipés de bloqueurs seraient également prêts à les désinstaller dans ce cas.

Et si les internautes veulent moins de pub sur les sites, ils n’envisagent pas de contre-partie pour les éditeurs : seuls 4% des internautes seraient ainsi prêts à payer pour une navigation sans publicité.

 

La nécessité d’un New Deal

Les Français n’ont pas conscience des conséquences de l’activation d’un adblocker, imaginant que la publicité ne représente pas la majeure partie des revenus des sites internet.

 

[blockquote cite=”analysent les auteurs de l’étude”]”Les internautes sont peu conscients spontanément du manque à gagner pour les sites. Ils ne l’envisagent que dans un deuxième temps et en minorent significativement l’impact” [/blockquote]

 

Pour enrayer ce phénomène, l’institut CSA estime que les professionnels du numérique ont les cartes en main.

A eux de renouer avec un expérience utilisateur vertueuse, à eux de proposer des messages publicitaires utiles, pertinents et avantageux pour l’internaute…

Pas sûr que cette solution à sens unique puisse résoudre si facilement le problème…

 

 

infographie-adblocking-CSA

 

 

Sondage réalisé en ligne et par téléphone auprès de plus de 2 000 Français de 18 ans et plus, en décembre 2015 et janvier 2016.

2 commentaires

Newsletter

Chaque mardi, un condensé d'infos Marketing / Digital et Ebusiness directement dans votre boite mail !

à télécharger sans modération