Pénalités Google : ces backlinks qui peuvent coûter (très) cher…


Google peut à tout moment décider de “pénaliser” un site web s’il estime que celui-ci ne respecte pas ses consignes, notamment en ce qui concerne l’utilisation abusive de backlinks.

Et les webmasters qui reçoivent ce type de notifications constatent, souvent impuissants, une chute libre du trafic organique de leurs pages web…

Mais quels sites et quels types de liens sont les plus scrutés par Google ?

Eléments de réponse dans cette infographie réalisée par SEMrush…




Ces deux dernières années, SEMrush a mené une recherche minutieuse en analysant plus de 830 profils de backlinks de sites web afin de construire cette étude*.

Cette base de données des pénalités Google est composée de cas rencontrés par des utilisateurs de SEMrush ou de forums professionnels dont les sites ont reçu des pénalités.

L’objectif de cette étude était de révéler précisément les facteurs qui déclenchent des pénalités, de déterminer leur fréquence et de fournir des conseils aux spécialistes de marketing sur la manière d’éviter les pénalités de Google et de s’en débarrasser…


Voici quelques points intéressants à retenir :

●   La cause la plus commune d’une pénalité Google pour des liens artificiels demeurent les liens sponsorisés et payants dans les articles et les posts de blog ;

●   Les sites de finance, services en ligne, santé et voyage sont plus souvent pénalisés  ;

●   Vous ne pouvez pas vous voir infliger une pénalité pour un seul lien artificiel ;

●   En 2020, les mauvais liens datant de 2017 peuvent encore causer une pénalité ;

●   En moyenne, il faut jusqu’à 3 demandes de réexamen pour lever une pénalité, et jusqu’à 6 mois pour retrouver vos résultats sur les SERP après la suppression de la pénalité.





*Les résultats détaillés de cette étude sont accessibles ici





# Must read

Merci !
N'hésitez pas à vous abonner à la Newsletter hebdo pour ne rater aucune de nos prochaines news:... ou à nous suivre sur les réseaux :