L’expression “Ok Boomer” s’est rapidement imposée dans le vocabulaire des millennials. Venu tout droit des Etats-Unis, cette expression s’inscrit comme une fracture générationnelle entre les baby boomers et les nouvelles générations…




Changement climatique, loyers en constante augmentation ou encore précarité de la jeunesse étudiante … Student Pop, le spécialiste du job étudiants, s’est intéressé au phénomène “Ok Boomer” en lançant son étude pratique auprès de ses étudiants afin de mieux comprendre leurs revendications.


Avant tout un moyen de se faire entendre des plus âgés

35% voient en cette expression un cri de ralliement d’une génération qui en a ras-le-bol des critiques prononcées par les Boomers et 16% un moyen de se faire entendre par les plus âgés.

Souvent décriées et incomprises, les jeunes générations ont trouvé en cette expression, popularisée par la députée écologiste néo zélandaise Chlöe Swarbrick, âgée de 25 ans, un moyen de faire entendre leur voix afin de mettre en avant leurs revendications auprès d’une génération qui ne les comprend pas.


Si cette étude ne le précise pas, il nous semble aussi important de rappeler que ce fameux “Ok Boomer” est depuis surtout repris sur les réseaux sociaux (TikTok en tête) sans autre revendication que de marquer le fossé qui s’est établi entre les 2 générations :



Le climat comme principale revendication

Le climat (81%), le salaire & les aides (55,7%), le gouvernement (41,1%) et le logement (30,5%) sont les revendications principales des millennials envers les Baby Boomers.

​Aujourd’hui, les millennials ne se sentent plus en phase avec leurs aînés (​Plus de 47% des millennials se sentent incompris par les Baby Boomers​).

En effet, les millennials cherchent de plus en plus à s’engager et faire entendre leur voix pour des causes qui leur tiennent à cœur.


Des millennials de plus en plus engagés

Aujourd’hui, les millennials souhaitent être actifs en s’engageant pour des causes qui leurs sont chères.

En effet, d’après l’étude Student Pop menée auprès de 250 étudiants, les nouvelles générations cherchent de plus en plus à être actifs et mener des actions concrètes.

Plus de ​36% mettent en avant leurs revendications sur les réseaux sociaux tandis que 32% assistent déjà à des sommets et des conférences​.

Les jeunes générations s’engagent dans un nouveau combat plus sociétal qu’économique.

En effet, jugés trop individualistes par les Baby boomers, les millennials leur montrent le contraire en criant leurs revendications au monde qui les entoure.

Aujourd’hui, les idoles des jeunes ont changé. Ils se tournent beaucoup plus vers des personnalités comme Greta Thunberg car ces personnalités représentent les valeurs d’aujourd’hui. Des valeurs environnementales et tournées vers un futur plus responsable…



# à lire aussi...

Médias Sociaux : 5 prédictions pour 2020

Nouveaux réseaux, développement de l’influence marketing ou du social shopping, impact de…

Les meilleurs (et les pires) moments pour publier sur Instagram

Voyage et tourisme, technologie, retail, services professionnels… les créneaux de publication diffèrent…

Génération Z : influençables mais pas dupes…

Selon une étude Adobe réalisée en France, la génération Z est la…