Comment sont rémunérés les responsables marketing aujourd’hui, quels sont les objectifs qui leur sont assignés et sur quelle base sont-ils évalués?

Pour répondre à toutes ces questions, le CMIT vient de publier les résultats d’une enquête menée auprès de 170 responsables marketing en France…

 

Selon Pierre-Antoine Thiebaut, Marketing des Services chez Bouygues Telecom Entreprises et membre du CMIT:

« Le Marketing est certainement le métier qui s’est le plus transformé au cours des 3 ou 4 dernières années. Cette transformation à marche forcée a bien entendu été drivée par le digital, mais pas seulement : au sein du CMIT, nous sommes convaincus que cette transformation répond également à une exigence supérieure des entreprises qui attendent beaucoup plus du Marketing dans un univers IT en pleine phase de « commoditization ». »

 

Quelle rémunération pour les responsables marketing?

Du simple au triple, les salaires déclarés par les répondants s’étalent de moins de 50 k€ à plus de 125 k€.

Toutefois, la fourchette de salaire moyenne des responsables marketing se situe entre 50 k€ et 75 k€, et pour quasi un tiers au-delà de 100 k€, prime d’objectif incluse.

En termes d’augmentation, les salaires ont connu une hausse de 1 % pour 40 % des répondants et de plus de 5% pour 21 % d’entre eux.

Des marketeurs objectivés

87% des responsables marketing déclarent être évalués. Ces évaluations sont réalisées pour 95% des répondants par leur N+1 qui est, pour une grande majorité, la personne à qui elle reporte directement à savoir le DG ou VP Sales et Marketing.

Au même titre que les commerciaux, les trois quarts des directeurs marketing possèdent une part variable de leur rémunération allant pour la moitié d’entre eux de 1 à 15 % de leur rémunération totale. La ventilation au-delà de 15 % est dégressive : 13,8 % ont une part variable de 16 à 20 %, et moins de 10 %une part supérieure à 20 %.

Cette rémunération avec des parts variables pour les directeurs marketing est dans la logique des choses, le responsable marketing possédant la plupart du temps une action directe sur le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Une cohérence que l’on retrouve dans la construction des objectifs comprenant pour 70 % des répondants une part sur les résultats financiers de l’entreprise, soit globaux, soit du périmètre couvert par le responsable marketing. L’autre grand pan constitutif de la variable reposant sur la satisfaction client.

Je ne suis pas vénal, je veux être reconnu

Le responsable marketing est presque heureux dans son poste. Mais loin de l’extase pour la majorité. Sur une échelle de 1 à 10, l’indice moyen de bonheur est à 6, juste au-dessus de « je survis »

Bien sûr que la rémunération est importante, mais ce n’est pas le principal moteur de motivation. A contrario, et c’est très humain, la reconnaissance du marketing est clairement un facteur important et prime sur la rémunération.

D’ailleurs, la question de la rémunération n’est pas ce qui amènerait à changer d’entreprise pour 53 % des participants, c’est dire…

 

L’impact du Digital sur le métier

Sans grande surprise, le marketing digital se situe au top des priorités 2017 des marketeurs.

 

 

D’une part, le marketing digital est quasiment devenu le marketing avec une déclinaison off-line, mais, d’autre part, l’extension sémantique du marketing digital est telle qu’elle recouvre et dépasse quasiment tout le spectre opérationnel du marketing.

La chaîne de valeur s’est clairement déportée massivement dans l’univers digital et tend vers une fusion des deux univers de plus en plus forte avec une distinction qui sera de plus en plus difficile à faire entre les deux .

La réorganisation du marketing, elle aussi présente dans ce top trois des priorités, peut sans doute s’imaginer à l’aune de cette fusion des deux univers on et offline , tout comme l’expérience client.

Au-delà de ce top 3, la gestion des bases de données et surtout l’irruption du social-selling et  la réconciliation entre la fonction commerciale et marketing font partie des priorités affichées.

 

Performance digitale : le trafic avant toute chose

Nombre de visiteurs taux de rebond SEO/SEM, réseaux sociaux, la moitié des répondants est concernée par la performance liée à la création d’une audience et 10% d’entre eux incentivés sur le trafic généré.

Le content marketing devient un vrai KPI métier

Que ce soit la stratégie de marketing de contenu et le nombre de contenus, plus de la moitié des répondants en font un KPI métier, preuve de l’importance de cette pratique dans le métier du marketing d’aujourd’hui.

 

 

Pour plus d’informations sur le sujet, les résultats complets de cette enquête sont disponibles sur le site du CMIT

 

 


Méthodologie

Près de 170 responsables marketing ont pris le temps de répondre à toutes les questions. Le profil des répondants est suffisamment hétérogène pour être représentatif du marketing IT en France. À forte dominante féminine (60 %), un peu moins de la moitié a pour zone de responsabilité la France et presque 20 % une responsabilité pour le monde.

La répartition entre tailles d’entreprise est dominée par les multinationales étrangères (38 % du panel), et pour plus d’une moitié entre PME et ETI. La fourchette d’âge est dominée par les quadras (42 %) précédés par les trentenaires. 20 % ont plus de 50 ans, opérant depuis plus de 15 ans. La moitié a fait des études marketing suivi par le commercial, talonné par des études d’ingénieur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Chaque mardi, un condensé d'infos Marketing / Digital et Ebusiness directement dans votre boite mail !