Chaque jour, 170 000 enfants se connectent pour la première fois sur le Web. Une nouvelle audience qui attire la convoitise des marques puisque les dépenses en publicité numérique destinée aux enfants devrait avoisiner quelques 1,7 milliard de dollars d’ici 2021…


SuperAwesome, une société qui “aide des marques à atteindre les enfants en ligne sans risque“, vient de publier les résultats d’une étude menée par PwC sur les médias numériques à destination des enfants.

Selon ce rapport, le marché mondial de la publicité numérique destinée aux enfants représentera 1,7 milliard de dollars d’ici 2021, soit 37% du total des dépenses publicitaires sur cette cible.

L’engouement des annonceurs pour les médias numériques est simple : plus d’un nouvel utilisateur d’Internet sur 4 dans le monde en 2018 était un enfant!

Chaque jour, ils sont ainsi 170 000 à se connecter pour la première fois en ligne, attirés le plus souvent par les contenus vidéos proposés par les grandes plateformes, Youtube en tête…

Ciblage vs protection de l’enfance

Si les enfants représente une part d’audience toujours plus importante sur le Web, il est logique que les marques investissent massivement sur ce canal.

Mais l’inévitable question de la protection des données (et de l’enfance au sens large) se pose aussi mécaniquement dans ce contexte.

Youtube vient d’ailleurs d’en faire très récemment l’expérience en se voyant infliger une amende record de 150 à 200 millions de dollars aux Etats-Unis pour avoir enfreint la loi en exposant les enfants à des vidéos inappropriées ou en collectant des données personnelles les concernant.

La filiale de Google, qui compte deux milliards d’usagers mensuels, avait pourtant créé en 2015 un site dédié aux enfants de moins de 13 ans, YouTube Kids.

Mais son site principal YouTube (officiellement interdit aux moins de 13 ans), regorge de dessins animés ou de comptines pour tout-petits et … de publicités pour des jouets.

Le Wall Street Journal avait évoqué en juin une option radicale : que YouTube doive placer la totalité des contenus destinés aux plus jeunes sur YouTube Kids, ce qui pourrait être lourd de conséquences, avec la perte d’annonceurs publicitaires et des revenus qui vont avec.

Sans collecte de données, YouTube Kids est bien sur beaucoup moins intéressant pour les annonceurs…

Vers un RGPD Kids

D’ici 2021, environ 800 millions d’enfants devraient bénéficier d’une protection de la confidentialité numérique (contre environ 130 millions aujourd’hui).

Cette augmentation massive provient essentiellement de l’évolution de la réglementation américaine sur la protection de la vie privée des enfants (COPPA) qui devrait être étendue à 16 ans (au lieu de 13 aujourd’hui), et aussi du fait que la Chine et l’Inde envisagent de mettre en œuvre des lois similaires.

Le déploiement du RGPD en Europe (avec sa composante « RGPD-K » pour enfants) s’est également accompagné d’une certaine prise de conscience au-delà des grandes marques.

Selon le rapport, les premier bénéficiaires de la croissance des dépenses en publicité numérique pour enfants (qui sera de +30% d’ici 2021) seront les contenus conformes aux lois sur la protection de la vie privée des enfants.

« Le secteur des médias numériques pour enfants est devenu l’un des secteurs à la croissance la plus rapide et il est absolument unique en son genre puisqu’il met l’accent sur la confidentialité numérique »

commente Dylan Collins, PDG de SuperAwesome.


L’intégralité de ce rapport est consultable ici

# à lire aussi...

Assistants vocaux : la nouvelle voix de l’expérience client…

Après un accueil plutôt sceptique de la part des consommateurs, chatbots et…

Des jeunes plutôt confiants face à l’IA

L’Intelligence Artificielle fait beaucoup parler d’elle ces derniers mois et semble amenée…

Relation client : l’IA est un avantage concurrentiel…

Une étude menée à travers sept pays dont la France, révèle que…

Pub: Les Français préfèrent les médias off-line

Alors que les annonceurs investissent massivement sur la publicité digitale, les consommateurs plaident eux pour le off-line qu’ils jugent plus utile et moins intrusif…

Les 5 tendances du commerce de demain

Paris RetailWeek et l’agence Havas Paris présentent les cinq tendances du commerce…