Social Commerce: une image vaut mille achats…

La majorité des français estiment que les réseaux sociaux ont une influence directe sur leurs achats et tout particulièrement les visuels partagés par d'autres consommateurs...


Une étude Bazaarvoice révèle que les contenus visuels et issus des réseaux sociaux stimulent les ventes en ligne.

Cette nouvelle étude internationale intitulée « Une image vaut mille achats » indique que, outre leur attrait pour les visuels sur les réseaux sociaux, plus de trois quarts des consommateurs (76 %) préfèrent pouvoir consulter les photos et vidéos d’autres consommateurs sur les sites Internet de marques et distributeurs, dédaignant les images professionnelles.

Les conclusions de l’enquête, menée auprès plus de 8 000 consommateurs en Australie, Canada, France, Allemagne, Royaume-Uni et États-Unis, dévoilent que 69 % des Français sont plus enclins à acheter un produit s’ils peuvent voir des contenus photos, mais aussi vidéos, d’autres consommateurs.

« Les personnes qui laissent des commentaires après avoir examiné un produit sont les plus à même de générer un sentiment de confiance par rapport à une marque ou un produit donné.

Les autres consommateurs en ligne bénéficient clairement de ces retours clients. Plus le public est convaincu que le contenu de l’avis est réaliste et authentique, plus il se sent en confiance pour passer à l’achat. »

Joe Rohrlich, Chief Revenue Officer de Bazaarvoice




Les visuels : piliers du commerce social


Facebook, réseau social le plus utilisé dans le monde et chez 76 % des répondants français, est l’outil qui influence le plus la décision d’achat des Français (23 % des répondants) mais aussi la plateforme sociale sur laquelle il y a la plus forte probabilité d’acheter des produits (22 %).

Pour les plus jeunes, notamment les 18-24 ans, Instagram mène la course en tête, 40 % l’utilisant comme source prioritaire d’inspiration et 27 % disant que c’est le réseau social via lequel il est plus probable qu’ils effectuent des achats.

Les plus jeunes acheteurs font preuve d’un engouement pour le CGU (Contenu Généré par un Utilisateur) visuel sur les réseaux sociaux.

49 % des 18-24 ans souhaitent pouvoir consulter du CGU visuel sur les réseaux sociaux au moins une fois par jour et jusqu’à plusieurs fois par jour, ce chiffre tombe en moyenne à 24 % pour les autres générations.


Sur les réseaux, la pub est moins efficace qu’une photo d’utilisateur…

Sur les réseaux sociaux, les images et vidéos cliquables pour le shopping sont le type de contenus qui impacte le plus les choix des consommateurs français (pour 17 %) ; au coude-à-coude avec les vidéos postées par des amis suite à un achat (15 % y voient un élément prioritaire).

A noter, seuls 12 % des répondants apprécient la présence de vidéos publicitaires, leur influence est donc moindre comparée aux deux autres types de contenus.

Ceci laisse à penser que la richesse visuelle et l’authenticité du contenu, mais aussi la simplicité d’utilisation des plateformes sociales pour acheter directement depuis ce canal, sont désormais des éléments critiques tout au long du parcours client.

Le caractère récent du contenu est primordial.

Nombre sont ceux qui veulent pouvoir consulter, sur les réseaux sociaux, du CGU visuel émanant des marques plus fréquemment que ce qu’ils peuvent consulter sur les sites Internet.

A l’échelle mondiale, presque la moitié des répondants (47 %) souhaitent pouvoir examiner de nouveaux contenus au moins 2 à 3 fois par semaine, 10 % attendent des mises à jour plusieurs fois par jour.


La qualité et la confiance proviennent désormais du visuel


Le CGU visuel est d’autant plus important pour les produits les plus onéreux pour lesquels les clients souhaitent être réassurés.

Avant d’effectuer l’achat, les consommateurs examinent de près la qualité
intrinsèque d’un produit mais aussi l’exactitude des descriptions produits.

Pour un quart des acheteurs français (25 %), les photos et vidéos des autres consommateurs sont un passage obligé avant l’achat des produits technologiques ou électroniques.

C’est la seconde catégorie la plus concernée après le prêt-à-porter (29 %).


« Le contenu visuel partagé par les précédents consommateurs conforte les personnes dans leur décision d’achat et réduit le phénomène d’abandon des paniers.

C’est le meilleur moyen pour montrer, en ligne, comment le produit fonctionne ou peut être utilisé.

Ceci peut aider les potentiels consommateurs à comprendre ou imaginer comment ils intégreraient le produit dans leur quotidien. »

Joe Rohrlich



Lorsqu’il s’agit de jauger de l’authenticité d’un avis lors de la phase d’achat, le critère de qualité des avis laissés par les autres consommateurs est le facteur le plus important pour les Français (43 %), arrivant avant le caractère récent de l’avis (35 %) ou la quantité d’avis laissés par les précédents consommateurs (23 %).

Or, la qualité réside dans le visuel : pour un quart des Français (25 %) le premier critère de qualité d’un avis repose sur le fait de proposer des photos ou vidéos en complément du texte : c’est bien plus important que la qualité orthographique ou de la grammaire (16 %) ou encore le degré de précision quant à la date d’achat du produit (12 %).

Pour l’année à venir, 18 % des répondants indiquent qu’ils souhaitent que les marques et distributeurs proposent des outils de réalité augmentée, toujours avec pour objectif de mieux pouvoir visualiser les produits avant l’achat.

Cette tendance confirme donc la force du visuel, non seulement pour aujourd’hui mais aussi pour le futur…


« L’honnêteté et la crédibilité sont des valeurs que le CGU, notamment visuel, permet de prouver. Les photos et vidéos des produits sont bien plus parlantes que des descriptions écrites ou des photos de professionnels.



En permettant la diffusion de contenus visuels de précédents consommateurs sur les plateformes ou les réseaux sociaux, les marques et distributeurs peuvent transformer une expérience client unidimensionnelle en une expérience plus dynamique, stimulant l’intention d’achat des consommateurs.



Sur les différentes générations interrogées, force est de constater que les plus engagés dans le shopping social et visuel sont les plus jeunes, ce sont ceux qui apprécient le plus le CGU visuel.

Il y a donc une opportunité importante pour les marques et distributeurs de se démarquer de leurs concurrents en offrant à ce type de publics du contenu visuel et social. »

Joe Rohrlich








Méthodologie

Cette étude a été réalisée par l’institut Savanta pour le compte de Bazaarvoice sur les mois de novembre et décembre 2020, sur un panel de 8 051 consommateurs dans 6 pays notamment en France (1501 répondants), au Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Allemagne et Australie.