Les Français prêts à payer pour leurs contenus numériques

Le modèle publicité contre contenus gratuits semble aujourd'hui avoir atteint ses limites et commence à lasser les internautes...


Selon un rapport de la société internationale d’études de marché YouGov réalisé pour Stripe, 55 % des Français sont prêts à payer pour du contenu numérique, les films/télévisions (41%) et la musique (28%) étant les plus populaires, suivis des informations en ligne (11%).

Cette tendance est encore plus significative chez les 18-34 ans, dont 76 % sont prêts à payer pour du contenu numérique.

Elle s’est d’ailleurs accentuée pendant la pandémie, 20% des Français interrogés déclarant avoir consommé davantage de contenus payants.

Alors que le modèle publicitaire donnant accès à la gratuité des contenus a été la norme depuis les débuts de l’internet grand public, il est désormais remis en cause à mesure que les technologies permettant de faire émerger des modèles alternatifs se développent.

Notamment, les nouvelles infrastructures de paiement, la démocratisation des paiements mobiles et l’essor des interfaces de programmation d’application (API) ont entrainé l’émergence de contenus davantage en phase avec les attentes de leurs audiences, favorisant les créations de meilleure qualité, pour lesquels les consommateurs sont désormais prêts à payer.


Une fatigue de plus en plus palpable face à la publicité et la multiplicité des abonnements


La publicité en ligne semble détourner les internautes français de la consommation de contenu en ligne.

En effet, la moitié d’entre eux (49%) déclarent que la quantité de publicité les incite à moins s’informer sur internet, contre 46% qui estiment que cela ne les gêne pas.

Le modèle traditionnel de financement des médias s’inscrit donc de plus en plus en porte-à-faux avec l’objectif premier d’être accessible à une audience toujours plus large. Par ailleurs, la publicité n’est pas la seule source de dégradation de l’expérience des internautes.

La multiplicité des abonnements nécessaires en est une autre : 48% des Français interrogés préfèreraient souscrire à un seul abonnement leur donnant accès à de multiples sources d’informations.

C’est particulièrement le cas des plus jeunes (18-24 ans) qui sont 57% à préférer cette solution.


La montée en puissance des créateurs indépendants face aux médias traditionnels


Les Français n’ont pas entièrement renoncé à la gratuité sur internet. Notamment, une large majorité (77%) préfère accéder gratuitement à des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook plutôt que de payer pour connaître une expérience dénuée de publicité en ligne.


Toutefois, les créateurs de contenus présents sur ces plateformes génèrent bien davantage d’attentes de la part des jeunes que les grands médias. En effet, 43% des 18-24 ans affirment qu’ils aimeraient entendre davantage la voix des créateurs indépendants, plutôt que des médias traditionnels (18%).

Or les nouvelles options de monétisation des plateformes dédiées aux créateurs de contenus leur permettent de diversifier les modes de rémunération de leur travail plutôt que de dépendre de la seule source publicitaire de revenus.

Les grandes plateformes, qui rivalisent pour garder en leur sein les meilleurs créateurs, accompagnent cette tendance et proposent de plus en plus de solutions de monétisation.

Des plateformes internationales comme Substack, Clubhouse, Patreon, Spotify Anchor ou Twitter avec Ticketed Spaces, jusqu’aux entreprises françaises comme Snipfeed permettent aux créateurs de se rémunérer directement auprès de leur audience, plutôt que de chercher à attirer le plus grand nombre pour se rémunérer sur les recettes publicitaires.





Méthodologie

Etude en ligne entre le 20 et le 21 mai 2021 auprès d’un échantillon de 1 020 personnes représentatives de la population française.