Les cadres et le télétravail à l’heure du reconfinement

Si plus de 7 cadres sur 10 pratiquent actuellement le télétravail, ce reconfinement n'est pas tout à fait vécu de la même façon qu'en Mars...



Une France confinée, déconfinée, reconfinée… la crise sanitaire n’en finit plus de bousculer les Français mais aussi les organisations et les modes de travail.

Face au retour en force du télétravail depuis quelques jours, Cadremploi a souhaité prendre la température auprès des cadres français.

Comment vivent-ils ce reconfinement ? Chérissent-ils toujours autant le télétravail ? De quelle manière s’organise leur entreprise ? Avait-elle anticipé cette situation ?

Coup de projecteur sur les tendances phares de l’étude… 




Le travail à distance fait son « comeback » … mais pas à 100%


A l’image du confinement de mars dernier, le télétravail, largement recommandé par le gouvernement, est redevenu la norme.

Sans surprise, près des deux tiers des cadres le pratiquent actuellement (71%), dont 32% tous les jours, se positionnant ainsi au-dessus des tendances globales annoncées il y a quelques jours par la Ministre du travail pour les salariés du privé.


Toutefois, à la différence du premier confinement, ils sont cette fois-ci plus d’un tiers à alterner entre présentiel et distanciel (39%).

Principales raisons évoquées ? Leur entreprise ne souhaite pas mettre en place le télétravail 5 jours sur 5 (56%) ou leur activité ne leur permet pas (34%).

Par ailleurs, contrairement au printemps dernier, ce reconfinement semble avoir été davantage anticipé : une majorité de cadres juge en effet que leur manager, leur direction et leur entreprise étaient prêts pour cette éventualité (respectivement 57%, 54% et 59%).

Dans le même ordre d’idée, les managers semblent plus sereins face à cette nouvelle période de management à distance de longue durée : plus d’un tiers d’entre eux (36%) pense qu’elle sera plus simple à gérer que celle vécue en mars.

Ils semblent d’ores et déjà avoir tiré des leçons du premier confinement : plus de 50% des managers interrogés ne prévoient pas de changement organisationnel, à l’exception des points informels individuels ou en équipe qui devraient connaître une légère hausse.

On note toutefois que les défis qui les attendent restent de taille. Comme pour le premier confinement, maintenir la motivation au sein des équipes se positionne comme la mission la plus difficile à mener actuellement (43%). 


Le travail à distance : positif pour la productivité… un peu moins pour le corps !


Si le télétravail a conquis les cadres et offre de nombreux avantages, force est de constater qu’il présente aussi des inconvénients.

Bien que 88% du panel estiment avoir un environnement de travail adapté à la pratique du travail à distance et que 78% déclarent avoir un espace bureau chez eux, 54% notent un impact négatif du télétravail sur leur posture.

Contraints à la fois au confinement et à la pratique du télétravail, ils sont également 47% à pointer des effets négatifs sur leur activité physique : le domicile étant devenu le lieu de travail, la sédentarisation des cadres s’amplifie.

La déconnexion et l’hyperconnexion sont également impactées par le travail à distance.

La frontière entre lieu de vie et lieu de travail n’existant plus réellement dans le contexte actuel, les cadres semblent rencontrer des difficultés à se déconnecter après leur journée de travail (47%). Certains auraient même tendance à rester « hyperconnectés » (44%).

En revanche, point positif pour les entreprises, plus de 6 cadres sur 10 se déclarent à la fois plus efficaces (65%), plus productifs (63%) mais aussi plus concentrés (63%) lorsqu’ils sont en télétravail. 

Ils estiment par ailleurs que cela améliore leurs conditions de travail (45%), leur horaires (45%), leur sommeil (34%) et baisse leur niveau de stress (35%).

Si à première vue le télétravail comporte des avantages essentiellement liés à la pratique de l’activité professionnelle, il participe donc également au bien-être des cadres et au maintien de l’équilibre vie professionnelle-vie personnelle auquel ils sont tant attachés.



Un état d’esprit mi-figue mi-raisin


Bien que les cadres ne soient pas surpris de ce reconfinement et qu’un tiers d’entre eux pensent qu’ils le vivront plus positivement qu’au printemps dernier (33%), il semblerait que le premier confinement ait laissé des traces.

Si 89% du panel se considèrent tout autant – voire plus – à l’écoute que lors du 1er confinement (auprès de leur entourage professionnel), ils déclarent également être plus inquiets (37%) et moins patients (25%).

En parallèle, les personnes interrogées déclarent être plutôt confiantes pour leur secteur (79%), leur entreprise (77%) et leur emploi (76%).

Elles affichent toutefois, comme de nombreux Français, une forte défiance quant au contexte sanitaire (79%), économique (85%) et au marché de l’emploi au global (80%).






Méthodologie

Questionnaire administré en ligne auprès des bases opt-in Cadremploi du 6 au 9 novembre 2020 – 1015 répondants.