/

E-commerce : livraison et écologie sont-elles vraiment compatibles ?

Alors que le nombre de colis livrés dans le monde va doubler d'ici 5 ans, comment concilier aspirations écologiques et expérience client ?



Par Rob van den Heuvel - CEO de Sendcloud



3 248 colis sont expédiés chaque seconde à travers le monde et selon certaines prévisions, le volume mondial de colis expédiés devrait doubler d’ici 2026.

En parallèle, les consommateurs sont de plus en plus exigeants : ils veulent décider du lieu, du moment et de la manière dont leur colis seront livrés en plus de bénéficier d’une livraison rapide et respectueuse de l’environnement.

Les consommateurs s’attendent à ce que les marques répondent non seulement à leurs attentes, mais également qu’elles participent à la création d’un monde plus durable. Alors que de s’y atteler peut aider les entreprises à développer leur activité, ignorer ces attentes peut cependant les mettre en difficulté.

Mais la question que nous devrions nous poser est la suivante : les aspirations écologiques et les attentes des consommateurs sont-elles réellement compatibles ?

Face à l’augmentation exponentielle du flux de colis, on peut constater une volonté d’innover le secteur de la logistique en profondeur.

Voici quelques conseils à suivre pour les entreprises désireuses de montrer leurs engagements à rendre la livraison plus écologique et vertueuse tout en maintenant la satisfaction client.


Encourager les options de livraison écologique


La meilleure façon de s’attaquer à un problème est de le prendre à la racine : en matière de livraison, il s’agit d’éveiller les consciences des consommateurs quant à l’impact de l’option livraison choisie.

Commander en ligne est souvent aussi simple que de cliquer sur un bouton pour ensuite trouver sa commande devant sa porte le lendemain. C’est tellement facile que la plupart des personnes ne réalise pas les conséquences que peuvent avoir la livraison sur l’environnement.

Une livraison rapide est très appréciable, mais elle n’est pas toujours nécessaire.

En effet, nombreux sont les consommateurs qui choisiront de recevoir leur commande un peu plus tard sous prétexte d’économiser de l’argent. Selon un rapport d’Accenture, 36 % des internautes sont prêts à attendre plus longtemps leur produit s’ils bénéficient d’une livraison gratuite.

Les e-commerçants peuvent sensibiliser les consommateurs à la notion de livraison écoresponsable en appliquant des frais aux méthodes de livraison express et en proposant celles considérées comme « vertes » (et donc moins rapides) gratuitement.

Autre solution, ils peuvent tout simplement laisser le choix à leurs clients afin qu’ils prennent conscience, par eux-mêmes, de l’impact environnemental des expéditions express. Grâce à une communication claire, les retailers peuvent proposer des options de livraison à la fois flexibles et écologiques au moment du check-out.


L’uberisation jusqu’au dernier kilomètre


Une autre façon de livrer le client rapidement et durablement serait d’utiliser intelligemment la capacité de chargement des transporteurs.

En effet, plus de 50 % des camions en Europe circulent partiellement ou totalement vides. En utilisant cet espace perdu, la livraison pourrait être rendue plus écologique et moins couteuse. Des acteurs tels que Quicargo identifient les espaces de chargement inutilisés et les proposent aux e-commerçants.

Cette « Uberisation » de la logistique jusqu’au dernier kilomètre est une solution imparable et qui peut aussi bénéficier aux particuliers.

Récemment, Amazon a lancé Amazon Flex – calqué sur le même système qu’Uber mais pour la livraison de colis – qui permet à des particuliers ou aux petites entreprises de s’inscrire et faire partie de leur réseau de livraison.

Bien que l’uberisation de la logistique soit une tendance relativement récente, elle constitue un moyen non négligeable d’optimiser l’utilisation des équipements. De plus, lorsqu’il est bien organisé, ce nouveau moyen de livraison contribue logiquement à la réduction des émissions de CO2.


Changer de cap vers un avenir plus vert


Le constat est simple : moins il y a de conducteurs sur les routes, plus l’impact environnemental est faible.

Les technologies d’aujourd’hui permettent d’optimiser automatiquement les itinéraires réduisant ainsi l’empreinte des déplacements.

Par exemple, la startup financée par DHL, Greenplan, a mis au point un algorithme qui facilite la planification d’itinéraires écologiques tout en prenant en compte le taux d’émission de carbone généré par les différents types de véhicule ou encore les limites d’autonomie des véhicules électriques. En combinant ces informations, Greenplan génère des itinéraires efficaces et eco-friendly.

Mais ce n’est pas tout ! Si un algorithme peut aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre, il peut également contribuer à satisfaire les attentes des consommateurs, comme le fait Budbee.

Cette entreprise suédoise utilise un algorithme pour créer des trajets optimisés sur le plan écologique tout en laissant la possibilité aux clients de modifier la plage horaire de livraison dans la limite d’une heure. Grâce à cela, l’entreprise peut répondre aussi bien aux besoins environnementaux qu’à ceux de ses clients.


Relocaliser la livraison pour aller plus loin dans la transition écologique


Enfin, l’utilisation de moyens de livraison locaux permet une plus grande flexibilité tout en s’inscrivant davantage dans une action durable.

En choisissant des réseaux de livraison locaux, un colis parcourt une distance plus courte et donc engendre moins d’émission de CO2, avec en plus l’assurance d’une livraison rapide au client. La proximité apporte des bénéfices à tous les acteurs locaux et plus généralement à l’environnement.

C’est à travers cette stratégie locale qu’en mars 2020, Amazon a doublé ses livraisons de proximité en investissant dans un réseau de nouveaux centres de micro-expédition en stockant les articles les plus populaires. De cette façon, Amazon peut assurer à ses clients la rapidité et simplicité exigées tout en réduisant son impact environnemental : et tout le monde y trouve son compte. 

Contrairement aux idées reçues, cette stratégie de livraison locale n’est pas uniquement réservée aux géants du retail.

Les petits e-commerçants peuvent eux aussi être plus proches de leurs clients. Par exemple, s’il y a un grand nombre de colis à livrer dans une zone particulière, il est possible de les faire livrer par un coursier local ; et peut-être même à vélo.

Non seulement cela permet de réduire les émissions de CO2, mais avec la courte distance, la livraison sera très probablement plus rapide qu’en passant par un réseau national. 


Mettre fin au statu quo en changeant le visage de la livraison


Le secteur de la livraison est actuellement dans une période de transition.

Alors qu’elles ne cessent de proposer des systèmes de livraison toujours plus rapides et flexibles, les entreprises doivent adopter des solutions alternatives qui répondent aux attentes écologiques des consommateurs.

En adoptant des solutions de livraison plus durables et abordables jusqu’au dernier kilomètre, elles donnent la possibilité à leurs clients de devenir des « consom-acteurs » dans la préservation de l’environnement.

L’innovation est un moyen efficace de répondre à leurs attentes tout en assurant une livraison plus verte. Les premiers pas ont été faits : il est maintenant temps de sortir des sentiers battus et de réellement agir pour préserver l’environnement…