Connect with us

Digital

Sans créativité, l’Adtech est inutile…

Publié

le

Plus de 2/3 des annonceurs pensent aujourd’hui que la croissance du digital en publicité s’est faite au détriment de la qualité des contenus créatifs.

A l’ère des data, du tout programmatique et de l’IA, la créativité semble enfin (re)devenir un impératif pour les marques…

 

Une récente étude, commanditée par Sizmek, a mis en lumière le défi auquel sont confrontés les annonceurs lorsqu’il s’agit de trouver l’équilibre entre innovation technologique et créativité.

 

La croissance de la pub s’est faite au détriment des contenus

 

D’après cette étude, menée auprès de plus de 500 responsables marketing en Europe et aux États-Unis, plus de deux tiers (67 %) des répondants affirment que la croissance du digital en publicité s’est faite aux dépens de la qualité créative.

S’interrogeant sur l’impact potentiel de la technologie, l’étude a établi que 91 % des annonceurs s’étaient fixé pour priorité de rendre les publicités digitales plus attrayantes durant l’année à venir afin d’aider leur marque à atteindre ses objectifs.

 

En ce qui concerne l’impact de l’intelligence artificielle (IA), 84 % des répondants affirment que la technologie est inutile si elle n’est pas secondée par des supports créatifs adaptés, estimant que la data à elle seule ne peut suffire à faire le bonheur des annonceurs.

 

Par ailleurs, 91 % d’entre eux considèrent que les supports créatifs sont aussi importants que l’usage qui est fait des données dans le cadre des campagnes digitales.

Soulignant encore davantage l’importance des données, la grande majorité des annonceurs voient dans le RGPD un préalable nécessaire à la qualité des contenus créatifs. Près de 8 répondants sur 10 (79 %) estiment que le contexte du RGPD rendra la qualité des créations encore plus cruciale, malgré la focalisation extrême du secteur publicitaire sur les problématiques liées aux données et à la confidentialité.

 

« L’explosion du marketing digital a offert aux marques de fabuleuses possibilités pour proposer à leurs clients des expériences plus ciblées et personnalisées. Ce phénomène devrait également les aider à être plus créatives et leur permettre d’adapter leur créativité à l’audience idéale », estime Claude Spasevski, Managing Director France, Sizmek.

« Les marques disposent d’une multitude de leviers pour atteindre leurs objectifs, et ces leviers peuvent être activés grâce à la technologie. En associant data, contenus créatifs et médias tout en construisant une fondation adossée à l’IA, les marques seront mieux armées pour déployer des campagnes qui correspondent à leurs aspirations. »

 

Pour consulter le nouveau rapport de Sizmek sur l’effet néfaste du digital sur le créatif, cliquez ici.

 

 


Méthodologie :

Sizmek a interrogé 522 annonceurs à propos de leurs activités, priorités, défis et points de vue dans le domaine du display digital. Les professionnels interrogés occupaient des postes à responsabilité allant de cadre à vice-président, aux États-Unis et en Europe. Les dépenses combinées de ces entreprises dans le domaine de la publicité digitale s’élevaient à plus de 500 millions d’USD par an. Sizmek a fait appel à l’entreprise d’étude de marché Qualtrics pour réaliser cette enquête de manière anonyme et impartiale.

 

 

Cliquer pour commenter

Laisser votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Digital

Chatbots: Quelles évolutions en 2019?

Publié

le

Si l’utilisation des chatbots a été en forte croissance cette année, 2018 aura aussi vu l’apparition des premières critiques à leur encontre, tant du coté des consommateurs que de certains professionnels de la relation client.

Alors qu’attendre de cette technologie en 2019, année de la maturité ou fin du buzz?

 

Keyrus vient de publier une infographie pour faire le point sur les grandes tendances qui marqueront l’évolution des chatbots dans les mois à venir.

Au programme : des chatbots plus loquaces, mieux armés pour répondre aux clients pour (peut-être) enfin tendre vers le fameux commerce conversationnel tant attendu…

 

 

 

Lire la suite...

Digital

Tech : 10 tendances à suivre en 2019

Publié

le

Applications espionnes, jumeau numérique, objets conscients ou encore obésité mentale… Voici quelques unes des grandes tendances de consommation que nous prédit le ConsumerLab pour les mois à venir…

 

Dans la huitième édition de son rapport sur les 10 grandes tendances de consommation, l’observatoire ConsumerLab d’Ericsson dévoile les attentes de 34 millions d’early adopters de technologies.

La dernière édition du rapport annuel analyse les idées et attentes des consommateurs des futures technologies, notamment l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, la 5G et l’automatisation.

Le rapport révèle que la technologie autonome et prédictive de l’humeur pourrait bientôt jouer un rôle plus important dans la vie quotidienne des individus.

 

« Imaginez un smartphone animé d’une conscience, capable de décrypter non seulement ce que vous faites, mais aussi ce que vous êtes », déclare Michael Björn, directeur de recherche de l’Ericsson Consumer & IndustryLab et principal auteur de ce rapport.

« Aujourd’hui déjà, l’intelligence artificielle est capable de cerner votre personnalité rien qu’en regardant dans vos yeux.

Les premiers adoptants que nous avons interrogés imaginent même un futur où nos équipements auront de nous une connaissance meilleure que celle que nous aurons d’eux. »

 

 

10 tendances qui se profilent à l’horizon 2019 et au-delà :

 

 

 

#1 – Des appareils dotés d’une conscience

Plus de 60% des utilisateurs d’assistants virtuels pensent qu’il existera, d’ici trois ans, des équipements capables de décrypter nos humeurs.

 

#2 – Des disputes entre « intelligences artificielles »

Ils sont 66% à imaginer, également d’ici trois ans, l’existence d’enceintes intelligentes capables de se lancer dans des disputes, comme le feraient les membres d’une famille.

 

#3 – Des applications espionnes

47% des consommateurs pensent que les applications collectent des renseignements sur eux, mêmes en dehors des périodes d’utilisation.

 

#4 – Des accords forcés

51% des consommateurs se disent agacés par le fait qu’il leur est sans cesse imposé d’accepter l’utilisation de cookies collectant les données.

 

#5 – L’Internet des compétences

Plus de 50% des utilisateurs de la réalité augmentée/virtuelle rêvent d’applications, lunettes ou gants qui les aideraient, virtuellement, à accomplir des tâches pratiques quotidiennes telles que la cuisine et les réparations.

 

 

 

#6 – Une consommation sans aucune intervention

Près de la moitié des utilisateurs d’assistants virtuels souhaiteraient des factures ou des abonnements automatiques, ainsi que des articles ménagers capables d’auto réapprovisionnement.

 

#7 – L’obésité mentale

Les prises de décision quotidiennes devenant de plus en plus automatisées, 31% des consommateurs envisagent bientôt d’aller à des “cours de gymnastique mentale” pour s’exercer à la réflexion.

 

#8 – Un moi écologique

39% des consommateurs sont demandeurs d’une montre écologique capable de mesurer leur empreinte carbone.

 

#9 – Un jumeau numérique

48% des utilisateurs de réalité augmentée/virtuelle veulent des avatars en ligne capables de les imiter à la perfection, de manière à pouvoir être à deux endroits à la fois.

 

#10 – La 5G comme moteur de l’automatisation de la société

Près de 20% des utilisateurs de smartphones pensent que la 5G permettra d’améliorer la connectivité des objets, comme par exemple les appareils ménagers ou les compteurs électriques.

 

 

Devrions-nous considérer ces technologies comme une menace ou une opportunité ?

 

« Nous sommes déjà entrés dans une ère où l’humain et des machines dotées d’intelligence interagissent dans presque chaque aspect de la vie quotidienne. Mais, nous n’en sommes encore qu’aux premiers balbutiements », constate Pernilla Jonsson, directrice au sein du Consumer & Industry Lab.

« Le futur “zero-touch” (sans intervention humaine) reste encore à construire et c’est à nous de définir comment. »

 

 

 

 


Les opinions émises dans ce rapport reposent sur des travaux de recherche réalisés par l’observatoire Ericsson ConsumerLab depuis plus de 23 ans, ainsi que sur des données issues d’une enquête en ligne menée en octobre 2018 auprès d’internautes avancés dans 10 grandes villes du monde.

Le rapport détaillé est consultable ici

 

 

Lire la suite...

Avis d'experts

Pourquoi l’expérience client comptera plus que jamais en 2019 ?

Publié

le

Assistants d’achat, modèle commerciaux par abonnement,… 2019 marquera le passage de l’intérêt pour le produit et le prix, vers l’intérêt pour l’expérience client.

 

 


Une tribune de Laurent Bouteiller, Regional Sales Manager de Sitecore


 

Dans un monde où l’expérience client est désormais aussi importante (voire plus importante) que le produit lui-même, les marques ne peuvent plus se démarquer uniquement sur la base du prix et des fonctionnalités.

Elles doivent être pertinentes et offrir une vraie valeur ajoutée. Pour y parvenir, elles doivent comprendre, mieux que jamais, les besoins et les préférences de leurs clients.

 

En 2019, l’expérience comptera plus que le prix et le produit.

L’année prochaine, nous assisterons à un transfert radical de l’intérêt pour le produit et le prix, vers l’intérêt pour l’expérience client.

Beaucoup d’études suggèrent que les consommateurs de la génération Y dépensent davantage en activités qu’en achats de produits. Néanmoins, ce n’est pas la seule tranche d’âge à accorder une grande valeur aux expériences, plutôt qu’aux biens matériels.

Lorsqu’il s’agit d’expériences client en magasin, les baby-boomers plébiscitent l’interaction humaine associée à une touche d’innovation technologique ; ils souhaitent par exemple que le personnel du magasin soit équipé d’appareils connectés pour répondre à leurs demandes.

Lorsqu’ils effectuent leurs achats en ligne, les clients exigent des entreprises auprès desquelles ils effectuent leurs achats, des interactions pertinentes et précieuses.

Des études montrent que 80 % des consommateurs seraient prêts à révéler intentionnellement des informations personnelles en échange de ces interactions.  Lorsque cet échange se passe bien, de solides relations se nouent entre la marque et le client, et la marque passe du rang de simple fournisseur de produits vers celui de conseiller de confiance.

 

Place aux assistants d’achat …

Avec l’avènement du concept d’Industrie 4.0, nous allons assister à une forte augmentation du nombre d’agents intelligents connectés conçus pour répondre aux demandes de clients en ligne, mais également en magasin.

L’utilisation de l’IA et de l’IoT pour améliorer l’expérience en magasin est de plus en plus souhaitée par les clients ; une récente étude suggère que 27 % des consommateurs de la génération Y aimeraient bénéficier de l’aide de robots en magasin, et que 20 % des baby-boomers souhaiteraient avoir accès à des outils technologies pour trouver plus facilement les articles en magasin.

Nous nous attendrons toujours à vivre une interaction humaine en magasin ; mais, les assistants d’achat peuvent compléter cette expérience.

Par exemple, les assistants d’achat pourraient aider les clients à localiser facilement des articles en magasin ou leur recommander des articles similaires, si ceux qu’ils recherchent ne sont plus disponibles.

En saisissant leur adresse e-mail ou en s’inscrivant avec leur empreinte digitale sur l’assistant d’achat, les clients pourraient recevoir des « offres du jour » personnalisées, en fonction des informations personnelles qu’ils ont déjà communiquées au vendeur.

De nombreuses marques représentées dans les magasins des centres-villes déploieront également des assistants d’achat sur leurs plateformes d’e-commerce, afin de proposer une expérience permettant aux clients de recevoir des offres individualisées et une « sélection» suggérée par l’assistant, reposant sur les interactions précédentes de cette personne avec la marque.

 

L’avènement de l’abonnement

De nombreuses marques, des vêtements aux produits de santé, adoptent déjà des services par abonnement ; cependant, c’est le marché automobile qui connaîtra le changement le plus spectaculaire en 2019.

Avec les abonnements, les clients de l’automobile ne seront plus limités aux méthodes traditionnelles d’achat et de location de voitures.

Pour faire simple, les consommateurs verseront une redevance mensuelle à une marque, afin d’accéder à différents modèles de véhicules dans une gamme. Cette redevance couvrira également le coût de l’assurance, de l’entretien et de l’assistance routière de la voiture.

À cet égard, le constructeur Volvo Cars a pris une longueur d’avance, avec l’annonce de sa volonté de privilégier les services par abonnement ; son programme Care by Volvo transformera complètement la perception de la possession d’une voiture.

D’ailleurs, son directeur général a récemment suggéré que près de la moitié des recettes de l’entreprise d’ici 2025 proviendraient des services par abonnement destinés au grand public.

 

Pourquoi est-ce pertinent au regard de l’expérience client ?

Les clients plébiscitent les offres omnicanal et les expériences plus personnalisées, qui leur offrent de la praticité et leur permettent de se sentir soutenus, informés et, dans certains cas, divertis.

C’est pourquoi toutes les entreprises devraient revoir leurs modèles commerciaux en 2019, afin de s’assurer qu’ils reflètent ces évolutions de la consommation.

Et ainsi, en 2019, les spécialistes du marketing devront revoir leurs stratégies de gestion de l’expérience client, pour trouver de nouvelles façons d’offrir de la valeur aux clients, car désormais, un bon produit ne suffit plus

 

 

Lire la suite...

Digital

Le native au secours de la pub

Publié

le

Selon Oath, la publicité dite “native” représentera 52% de l’ensemble des dépenses publicitaires en Europe à l’horizon 2020.

Mieux perçus et plus efficaces que la publicité display classique, ces nouveaux formats ont tout pour plaire aux annonceurs comme aux internautes dans les années à venir…

 

 

Selon une étude menée par Oath auprès de 6000 personnes en France, Grande-Bretagne et Allemagne, la publicité native obtient de nettement meilleurs scores que la publicité en ligne classique.

Pour les consommateurs français, la probabilité qu’ils recommandent la marque augmente de 51%, et ils sont 20% de plus à envisager d’acheter le produit.

Basée sur des tests comportementaux, cette étude a également permis de montrer que, lorsque cette publicité native est proposée dans un environnement premium, l’efficacité du message augmente encore : il fait progresser de 15% la proportion d’utilisateurs associant des valeurs positives à la marque.

 

 

Des clics à haute valeur ajoutée

Comparée au « display » traditionnel, la publicité native déclenche une meilleure réaction chez les consommateurs français : leur perception positive de la marque augmente de 15% lorsqu’ils sont exposés à un discours de marque via le « native advertising ».

Cette perception positive augmente encore lorsque la publicité native est proposée sur mobile : elle progresse de 26% par rapport au display.

Par « valeurs positives associées à la marque », on entend, notamment, le sentiment que la marque respecte le consommateur, qu’on peut lui faire confiance, et qu’elle défend des valeurs partagées par le consommateur.

 

La publicité en ligne : une évolution indispensable

La publicité en ligne classique est perçue comme de plus en plus invasive par 48% des Français de 18 à 24 ans. Et, dans notre pays toujours, la moitié des 24-34 ans utilise un bloqueur de publicité.

La publicité native est mieux perçue : pour 39% des Français, elle s’intègre plus naturellement à leur navigation sur mobile que la publicité classique.

 

Toutes les publicités natives ne se valent pas

L’environnement dans lequel la publicité native est proposé joue un rôle sur sa perception : sur un site premium, l’impact est 18% plus positif.

Cet impact se fait également sentir sur les intentions d’achat : ils augmentent de 29% lorsque la publicité native est proposée dans un environnement premium.

 

La publicité native s’affirme comme un format particulièrement efficace, partout dans le monde“, indique Erik-Marie Bion, DG de Oath France.

Nous avons mené cette étude pour comprendre la réaction des utilisateurs. Pour savoir comment, au-delà des taux de clic, le « native advertising » agit sur le plan émotionnel.

Ces résultats montrent que ce format permet, non seulement d’augmenter le taux d’achat, mais aussi de construire, en profondeur, une relation entre marque et consommateur.

La publicité native nous semble donc pleine de potentiel, d’autant qu’elle est également l’environnement idéal pour des expériences interactives, comme la réalité augmentée “.

 

 


* La publicité native utilise un type de formats publicitaires présentant une très forte intégration avec les contenus éditoriaux classiques d’un site support. Les vidéos in-stream ou les posts sponsorisés sont ainsi des formes de publicités natives.

 

 

 

 

Lire la suite...

must read