Plus de 2/3 des annonceurs pensent aujourd’hui que la croissance du digital en publicité s’est faite au détriment de la qualité des contenus créatifs.

A l’ère des data, du tout programmatique et de l’IA, la créativité semble enfin (re)devenir un impératif pour les marques…

 

Une récente étude, commanditée par Sizmek, a mis en lumière le défi auquel sont confrontés les annonceurs lorsqu’il s’agit de trouver l’équilibre entre innovation technologique et créativité.

 

La croissance de la pub s’est faite au détriment des contenus

 

D’après cette étude, menée auprès de plus de 500 responsables marketing en Europe et aux États-Unis, plus de deux tiers (67 %) des répondants affirment que la croissance du digital en publicité s’est faite aux dépens de la qualité créative.

S’interrogeant sur l’impact potentiel de la technologie, l’étude a établi que 91 % des annonceurs s’étaient fixé pour priorité de rendre les publicités digitales plus attrayantes durant l’année à venir afin d’aider leur marque à atteindre ses objectifs.

 

En ce qui concerne l’impact de l’intelligence artificielle (IA), 84 % des répondants affirment que la technologie est inutile si elle n’est pas secondée par des supports créatifs adaptés, estimant que la data à elle seule ne peut suffire à faire le bonheur des annonceurs.

 

Par ailleurs, 91 % d’entre eux considèrent que les supports créatifs sont aussi importants que l’usage qui est fait des données dans le cadre des campagnes digitales.

Soulignant encore davantage l’importance des données, la grande majorité des annonceurs voient dans le RGPD un préalable nécessaire à la qualité des contenus créatifs. Près de 8 répondants sur 10 (79 %) estiment que le contexte du RGPD rendra la qualité des créations encore plus cruciale, malgré la focalisation extrême du secteur publicitaire sur les problématiques liées aux données et à la confidentialité.

 

« L’explosion du marketing digital a offert aux marques de fabuleuses possibilités pour proposer à leurs clients des expériences plus ciblées et personnalisées. Ce phénomène devrait également les aider à être plus créatives et leur permettre d’adapter leur créativité à l’audience idéale », estime Claude Spasevski, Managing Director France, Sizmek.

« Les marques disposent d’une multitude de leviers pour atteindre leurs objectifs, et ces leviers peuvent être activés grâce à la technologie. En associant data, contenus créatifs et médias tout en construisant une fondation adossée à l’IA, les marques seront mieux armées pour déployer des campagnes qui correspondent à leurs aspirations. »

 

Pour consulter le nouveau rapport de Sizmek sur l’effet néfaste du digital sur le créatif, cliquez ici.

 

 


Méthodologie :

Sizmek a interrogé 522 annonceurs à propos de leurs activités, priorités, défis et points de vue dans le domaine du display digital. Les professionnels interrogés occupaient des postes à responsabilité allant de cadre à vice-président, aux États-Unis et en Europe. Les dépenses combinées de ces entreprises dans le domaine de la publicité digitale s’élevaient à plus de 500 millions d’USD par an. Sizmek a fait appel à l’entreprise d’étude de marché Qualtrics pour réaliser cette enquête de manière anonyme et impartiale.

 

 

# à lire aussi...

L’authenticité, nouveau graal du marketeur

Dans un contexte où les consommateurs sont de plus en plus sollicités…

Quand WhatsApp et consorts bouleversent la relation client…

Les outils de communication grand public investissent peu à peu la sphère…

Le vocal, future révolution du Search ?

De plus en plus d’utilisateurs préfèrent utiliser la recherche vocale, principalement pour…

Pourquoi le marketing digital doit changer

Selon une étude menée auprès de 300 000 mobinautes dans le monde,…