Newsletters, notifications des réseaux sociaux, emails de promotion… Aujourd’hui 84% des messages sont considérés comme du graymail. Ce type d’emails étant à l’origine de 95% des plaintes pour spam, les FAI s’organisent pour éviter que le graymail ne sature les messageries et ces actions impactent mécaniquement les performances des campagnes marketing…

 

Les Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) ont un nouveau cheval de bataille. Après avoir déployé des méthodes de lutte acharnée contre les spams, les botnets et autres systèmes malveillants d’hameçonnage, certains FAI se penchent sur la gestion des graymails, qui peuvent encombrer les boîtes mail des utilisateurs.

Ces messages, qu’il s’agisse de bulletins d’informations, d’offres promotionnelles ou encore d’alertes des réseaux sociaux, ont pourtant été acceptés initialement par leurs destinataires. Ils sont opt-in, même s’ils ne sont pas considérés comme des courriers prioritaires, contrairement aux emails personnels et aux emails transactionnels et de service, comme les confirmations de commande ou d’inscription.

Près de 84% des mails en boîte de réception sont considérés comme du graymail *. Et ils représentent près de 95% des plaintes enregistrées dans les boucles de rétroaction spam. Les internautes sont de plus en plus rétifs face à cet afflux qui peut masquer des messages plus importants. De plus, ces messages commerciaux peuvent accentuer le mécontentement des consommateurs vis-à-vis de votre marque.

 

La chasse au graymail est lancée

Les FAI ont bien cerné cette crispation des utilisateurs et se donnent pour objectif de proposer une boîte de réception plus claire, avec une classification des emails selon leur degré de priorité. Vaderetro, un des principaux spécialistes français de l’anti-spam, propose des solutions d’analyse de la structure de l’email, de l’en-tête, de son objet, des liens de redirection ainsi que de ceux de désinscription. Les grands FAI français comme Orange, SFR, Free ou Laposte.net font appel à ses services pour gérer les graymails.

Les technologies américaines se concentrent davantage sur le comportement de l’internaute que sur le contenu du message.Les outils anti-spam comme Vaderetro proposent deux types d’actions pour améliorer le classement des messageries de leurs utilisateurs. D’abord, ils déplacent les emails non-prioritaires dans des dossiers spécifiques. Ensuite, ils proposent un système de désabonnement au graymail simplifié accessible directement sur l’interface du système de messagerie.

Cette procédure a tout d’abord été perçue avec beaucoup de réticence par les annonceurs, inquiets que leurs messages soient relégués dans l’ombre et que leurs clients se décident à se désabonner massivement. Pourtant, elle peut être envisagée comme un outil supplémentaire pour améliorer la qualité de votre relation client. Les utilisateurs sont ainsi moins soumis à une pression publicitaire jugée trop importante. Ils peuvent consulter les messages qui leur sont adressés quand bon leur semble, avec un effet positif sur votre réputation.

Côté annonceurs, le taux de plainte est sensiblement abaissé, permettant une meilleure délivrabilité. Le système doit aussi permettre de qualifier davantage vos bases de données clients. Un atout intéressant pour des campagnes marketing toujours plus performantes.

* Source : Vaderetro – conférence EMDay

 

Infographie_Graymail_Cabestan

 

Source : Cabestan

 

6 comments

Comments are closed.

# à lire aussi...

Marketing et IA : Quelles utilisations et quels résultats ?

Si de nombreuses marques exploitent dors et déjà l’intelligence artificielle dans leur…

IA et Marketing : 4 cas d’usage concrets en b2b

Les conclusions d’une récente étude menée par le cabinet McKinsey démontrent que…

L’an 1 du RGPD : Bilan d’une année contrastée

Le 28 mai prochain marquera le premier anniversaire de la mise en…

Webmarketing : Les 5 leviers préférés des e-commerçants

Blogs, réseaux sociaux, publicité ou encore marketplaces… Quels sont les leviers préférés…