Selon la dernière étude de Kaspersky Lab, la France est entrée cet été dans le top 10 et représente désormais 2.63% de l’envoi total de spams dans le monde (reléguant l’Inde à la 11ème position).
Ce rapport montre aussi que l’été aura été une période propice à l’augmentation du volume du phishing bancaire.

 

Au cœur de l’été, alors que la plupart des entreprises tournent naturellement au ralenti, les experts de Kaspersky Lab ont remarqué une augmentation importante de la part du phishing bancaire dans le volume de spams envoyés. Ils ont observé une progression de 7,9 points de pourcentage (pp) du nombre d’e-mails indésirables exploitant la réputation de banques, de services de paiement, de sites de commerce en ligne et d’autres entreprises similaires, pour atteindre près de 42 % de l’ensemble du phishing. Parmi les divers systèmes de paiement, les cybercriminels se sont principalement intéressés à PayPal.

Au total, la part du spam dans le trafic e-mail global a augmenté de 2,2 pp en juillet, atteignant 67 %. Les Etats-Unis arrivent une fois encore en tête des pays d’origine des courriels non sollicités, étant la source de 15,3 % de l’ensemble du spam mondial. La Russie conserve sa deuxième place acquise depuis longtemps dans ce classement (5,6 %) et la Chine demeure au troisième rang (5,3 %). La France est entrée dans le top 10 et représente 2.63% de l’envoi total de spams (reléguant l’Inde à la 11ème position).

Répartition des pays spammeurs dans le monde (juillet 2014)

L’été est aussi synonyme de vacances et, à l’heure où tous souhaitent apparaître sous leur meilleur jour sur les plages, les spammeurs n’ont pas manqué de proposer leur aide. C’est ainsi que le mois de juillet a vu passer un certain nombre de messages publicitaires pour des produits cosmétiques et des salons de beauté. Les experts de Kaspersky Lab ont par ailleurs découvert des didacticiels vidéo se présentant comme des « secrets de beauté » dévoilés par un styliste renommé.

« En été, l’activité ralentit et les spammeurs se tournent vers des partenaires plus lucratifs, y compris en se livrant à certains envois malveillants. En conséquence, le spam tend à se criminaliser et présente un risque accru pour les utilisateurs. C’est pourquoi, en juillet, nous avons observé un regain d’intérêt pour les services financiers. En outre, la première place de notre classement des pièces jointes malveillantes a été, pour la première fois depuis longtemps, reprise par un cheval de Troie downloader servant à dérober des données sensibles aux utilisateurs », commente Tatyana Shcherbakova, analyste senior en spam chez Kaspersky Lab, à propos des statistiques de juillet.

 

Le rapport complet sur les tendances du spam en juillet est disponible sur le site officiel des analyses de Kaspersky Lab : Securelist.com.

# à lire aussi...

Pas de digital detox pour les Français cet été

Les Français n’ont pas profité des vacances pour se déconnecter : si…

Médias Sociaux : 5 prédictions pour 2020

Nouveaux réseaux, développement de l’influence marketing ou du social shopping, impact de…

Facebook toujours plus rentable malgré les critiques

Désinformation, respect de la vie privée, situation de monopole… Les critiques pleuvent…