D’après les premiers résultats publiés par la Fevad, les soldes 2014 ont été un bon cru pour les e-commerçants.

Une étude de l’UFC vient cependant ternir quelque peu le tableau côté consommateurs : les soldes ne seraient en effet pas si avantageuses que cela pour eux…

 

Les soldes en ligne progressent…

L’année 2014 est plutôt un bon cru si l’on en croit la FEVAD (Fédération E-commerce et Vente À Distance). En effet, sur la première journée de soldes, les ventes étaient en hausse de 6 % avec un panier moyen de 121 euros et, du côté de la high-tech, on note aussi une augmentation sensible du nombre de commandes. 

Sur la première semaine, la tendance suit la même courbe puisque la fédération annonce également une augmentation de 6 %.

Il faudra maintenant attendre le bilan définitif pour savoir ce qu’il en est sur l’ensemble de la période.

 

… grâce à des “rabais en trompe-l’oeil”…

Pour l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, cette victoire n’a pas été remportée de manière loyale. Elle estime même que les eCommerçants ont usé de « pratiques artificieuses » lors des promotions proposées sur les sites marchands pendant les soldes.

L’UFC se base sur une étude réalisée en relevant les évolutions des prix pour 2.900 produits d’équipements de la maison (matériel informatique et électroménager notamment) sur 12 sites marchands sur Internet. Parmi ces 2.900 produits suivis, seuls 120 ont effectivement été soldés. L’enquête révèle ainsi que si les sites mettent en avant des rabais mirifiques de 85 ou 90%, ceux-ci ne portent bien souvent que sur les produits les moins chers.

S’agissant de l’accroche “Jusqu’à -80%  pour le rayon image et son ” de chez Pixmania, nous n’avons repéré cette ristourne que sur un protecteur d’écran vendu à 1€!“, rapporte ainsi l’association. “De même, quand Cdiscount annonce des réductions allant jusqu’à 85% sur l’électroménager, nous n’avons trouvé de telles réductions que sur 4 produits vendus à moins de 20 euros“, poursuit-elle.

Les rabais moyens sur les sites étudiés s’établissent à 15% à l’ouverture des soldes et 19% à la deuxième démarque, bien en deçà des chiffres mis en avant sur les pages d’accueil.

En outre, si les sites respectent à la lettre la loi qui impose que les marchandises doivent être proposées à la vente au moins un mois avant l’ouverture des soldes, 13% des produits sont mis en ligne précisément au début de la période réglementaire, laissant à penser que ces produits ne constituaient pas le stock habituel des vendeurs.

Certains sites vont même jusqu’à augmenter les prix de certains produits un mois avant que ceux-ci ne soient soldés, affichant ainsi des “rabais en trompe l’œil”.

Ces hausses en décembre ont pour effet d’afficher des rabais en moyenne deux fois et demie plus élevés que la réalité. Pire, dans 8% des cas, les produits avaient été proposés avant les fêtes à un prix inférieur au prix soldé !“, s’alarme l’UFC-Que Choisir. Un artifice facilement détectable lors des périodes de soldes réglementées, mais qui devient beaucoup plus complexe à démasquer lors des soldes flottants, qui laissent la pleine maîtrise des dates aux commerçants.

Au final, l’UFC-Que Choisir demande à la DGCCRF de diligenter une enquête sur la réalité des soldes et demande au passage au gouvernement de renforcer leur encadrement. Elle souhaite également que les soldes flottants soient purement et simplement supprimés puisqu’ils rendent « impossible toute comparaison entre les prix soldés et les prix de référence »

 

# à lire aussi...

En France, 60% des sites e-commerce sont rentables

Près de 6 sites marchands sur 10 ont atteint leur seuil de…

Pub: Les Français préfèrent les médias off-line

Alors que les annonceurs investissent massivement sur la publicité digitale, les consommateurs plaident eux pour le off-line qu’ils jugent plus utile et moins intrusif…

Les chiffres du mobile en France et en Europe

Taux de possession en Europe, utilisations faites de son mobile en France…

L’année TV 2018 : 1 média, 4 écrans…

« En 2018 plus que jamais, les 4 écrans – téléviseur, ordinateur,…