Connect with us

Vous cherchez quelque chose en particulier ?

Insights

L’impact de la crise sur les dépenses de fin d’année

3 français sur 5 déclarent que la crise sanitaire a impacté leurs dépenses pour les fêtes de fin d’année…


Adot vient de publier les résultats de son étude concernant les grandes tendances et préférences de consommation des Français pour cette fin d’année 2021.



La crise sanitaire impacte les achats de 3 Français sur 5


La crise sanitaire que nous traversons a bouleversé les comportements des Français et a fortement impacté leur pouvoir d’achat et ainsi le budget dédié aux fêtes de fin d’année.

En effet, 3 français sur 5 déclarent que la crise sanitaire a impacté leurs dépenses pour les fêtes de fin d’année.

Cette tendance est par ailleurs principalement perçue chez les Français âgés entre 18 et 54 ans.

En effet, les dépenses des Français s’élèvent cette année à plus de 150 euros. Des dépenses qui ont tendance toutefois à être un peu plus élevées pour les plus de 55 ans, avec un budget estimé à plus de 200 euros. Cela s’explique notamment par une certaine stabilité financière et un pouvoir d’achat plus élevé



Même si cette année les dépenses se feront de manière plus réfléchie pour une grande majorité des Français  du fait de l’impact économique de la crise sanitaire actuelle, les fêtes de fin d’année restent néanmoins un moment convivial et essentiellement familial.

En effet, plus de 4 français sur 5 (87%) déclarent vouloir offrir des cadeaux de fin d’année à leur famille proche.


Les Français comptent favoriser le e-commerce et les “marketplace”

Dans un contexte sanitaire inédit et instable, les Français se tournent de plus en plus vers le e-commerce pour effectuer leurs achats.

Le nombre de consommateurs qui achètent en ligne ne cesse en effet d’augmenter. En effet, 35 % des français déclarent privilégier les “marketplace” pour leurs achats, 24 % les sites internet, et enfin 6 % les réseaux sociaux.

Ainsi, cette année, l’achat en ligne se veut important, mais l’étude nous révèle une certaine disparité par tranche d’âge.

En effet, les sites internet et les réseaux sociaux sont davantage privilégiés par les Français âgés entre 18 et 34 ans. Alors que les “marketplace” touchent une population plus large âgée de 18 à 54 ans, en comparaison des autres canaux.

Des tendances qui s’expliquent essentiellement par la crainte d’être en contact avec un nombre important d’individus en cette période de forte affluence en magasin. 


Les boutiques et les centres commerciaux continuent de séduire

Même si 35% des Français confirment qu’ils privilégieront le commerce en ligne pour les fêtes de fin d’année, et notamment les “marketplace”, ce sont près de 48% des Français qui déclarent vouloir se rendre en boutiques pour leurs achats de fin d’année, et pas moins de 46 % dans les centres commerciaux.

A ce titre, cette année, nous constatons une préférence notable pour les boutiques et les centres commerciaux pour les achats de fin d’année.


Enfin,il est également intéressant de noter que les Français qui dépensent plus de 200 euros pour les fêtes de fin d’année sont ceux qui se rendent le plus en boutique (66 % soit + 18 pts comparé au global).

Les centres commerciaux sont quant à eux plébiscités cette année par les Français âgés entre 18 et 54 ans et ayant un  budget moyen estimé à 150 euros. 





Méthodologie

Administration d’une série de questionnaires digitaux auprès d’un bassin d’internautes âgés entre 18 et 59 ans. Les résultats sont analysés sur une base de 700 répondants. Terrain réalisé en octobre/novembre 2021.





# A lire aussi ...

e-Commerce

En quelques mois, le marché du e-commerce de courses alimentaires s’est radicalement transformé...

Insights

7 Français sur 10 choisissent désormais une marque en fonction des offres proposées...

Insights

Pour 87% des Français, le prix reste un critère essentiel au moment de choisir une destination...

Insights

Dans une période historique qui voit se croiser à la fois une crise inflationniste sans précédent et une urgence climatique qui se fait de...

Publicité