9 français sur 10 déclarent regarder régulièrement des séries et, d’après les résultats d’une récente étude, leur façon de les consommer s’apparente parfois à de l’addiction…

 

L’Observatoire Cetelem questionne, avec ce troisième et dernier volet d’enquête des zOOms dédié à la culture, la manière de consommer des biens culturels dans un contexte d’accélération du rythme de vie et de recherche d’instantanéité. Les séries apparaissant comme une incarnation de la culture de l’immédiat.

 

Les séries, une pratique de masse

92% des Français déclarent regarder des séries, le plus régulièrement sur des chaînes de télévision (67%).

Cependant les plateformes comme Netflix, Amazon, CanalPlay ou encore les sites replay des chaînes TV sont particulièrement prisés par les moins de 35 ans – 64% déclarent avoir régulièrement recours à ce support contre 37% en moyenne et 21% pour les 50 ans et plus.

 

 

 

Les Français, series-addicts

Pour les amateurs de séries, regarder une série s’impose comme un élément important de leur vie quotidienne… au point d’adopter des comportements proches de l’addcition :

  • 61% reconnaissent en regarder beaucoup,
  • 76% aiment regarder plusieurs épisodes à la suite,
  • plus d’un Français sur deux vont jusqu’à réserver leur soirée pour regarder un épisode le jour de sa diffusion.

 

Les nouveaux modes de diffusion, avec notamment la mise à disposition par les plateformes de saisons complètes, approuvés par 60% des Français et par 79% des plus jeunes,contribuent à un visionnage plus intensif (77%), plus rapide (63%) et plus étendu (72%).

 

Culture séries, une l’immédiateté qui sied à la jeunesse

Les plus jeunes font émerger le sentiment d’une attente impossible, et affirment davantage privilégier les solutions légales et illégales leur permettant de regarder leurs séries sans attendre qu’elles soient disponibles sur les chaînes gratuites (jusqu’à 55% contre 27% en moyenne).

Mais il s’agit également d’une génération qui privilégie plus que les autres un visionnage collectif (49%) ou un visionnage boulimique (41%),dans un rapport à la série qui s’affranchit du rythme imposé par les médias traditionnels.

 

La culture en partage et accessible à la demande

L’activité culturelle semble être vécue comme une expérience non seulement individuelle mais également collective, qui se partage dans l’immédiat avec autrui.

Plus d’un tiers des Français déclarent ainsi avoir interagi sur les réseaux sociaux en regardant un film chez eux (36%), en allant voir un film au cinéma (34%) ou en visitant un musée ou une exposition (36%).

Les jeunes se démarquant à nouveau de leurs aînés à la fois par une pratique déclarée plus développée et plus régulière.

Au final, les Français ont le sentiment qu’une majorité des contenus sont facilement accessibles, la musique en tête (83%), les films (79%), séries (78%) et livres (75%) dans un mouchoir de poche.

 

 

 


Enquête réalisée par Harris Interactive en ligne du 12 au 14 juin 2018. Échantillon de 1 001 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e).

 

 

# à lire aussi...

Retail : la revanche du discount…

Supeco, Action, Normal, B&M…le nombre d’acteurs discount dans la distribution ne cesse…

Les habitudes de paiement en France et en Europe

D’après une étude menée par Oney, les européens utilisent en moyenne plus…

Les 4 causes d’échec des projets en mode design thinking

Les méthodologies du Design Thinking ont le vent en poupe ces derniers…