D’après le rapport du e-commerce européen, 80% des 25-54 ans en France auraient acheté en ligne durant les 12 derniers mois.

Mais comment le e-commerce s’est-il développé à ce point ces dernières années ? Quel est son impact en Europe et quelles sont ses perspectives d’avenir ?

 

Avec une évolution de son chiffre d’affaires constante depuis 2009,  le e-commerce a de plus en plus la cote auprès des européens.

Le montant de ses ventes en Europe est estimé à 602 milliards d’euros pour cette fin d’année. Cela représente une évolution de 14% par rapport à 2016. L’année dernière, déjà, son chiffre d’affaires avait augmenté de 15% par rapport à 2015.

Certains sont séduits par sa simplicité et sa rapidité, d’autres, par ses prix compétitifs et sa large palette de choix. Avec des méthodes de paiement de plus en plus sécurisées, une société largement connectée et des générations très à l’aise avec l’outil Internet, le déploiement du e-commerce semble naturel.

 

Une société de plus en plus connectée

La génération Y, également appelée e-génération, ainsi que la génération Z, née à l’ère d’internet, sont parfaitement à l’aise avec internet.

Toutefois, bien que plus méfiantes, les générations précédentes ont, elles aussi, vu leurs habitudes chamboulées par le World Wide Web. Pour une majorité des Européens, la toile s’est ancrée dans leur quotidien et il serait aujourd’hui difficile de s’en passer.

Et pour preuve, le taux de pénétration d’internet en Europe s’élevait, en 2016, à 81%. D’après We are Social, ce taux de pénétration s’élève à 50% dans le monde. Cela représente 3 773 milliards de connectés. Parmi ces internautes, 2 789 milliards sont, de plus, actifs sur les réseaux sociaux.

Ainsi, internet est devenu au fil du temps, non seulement un moyen de communication révolutionnaire, mais également un outil de consommation clef.

 

Le e-commerce en Europe

Le Royaume-Uni est le leader européen concernant le e-commerce. Son chiffre d’affaires a atteint 197 milliards d’euros en 2016. A la deuxième place du podium ? L’Allemagne, avec un chiffre d’affaires de 86 milliards d’euros, suivie de près par la France et ses 82 milliards.

L’Europe de l’Ouest représente, jusqu’à présent, le plus gros marché du e-commerce. L’Europe Centrale, toutefois loin derrière l’Europe de l’Ouest, vient à la seconde place.

C’est, cependant, dans les pays de l’Europe du Sud que la popularité du e-commerce a le plus augmenté. Avec une évolution de +18%, ce sont eux qui connaissent la plus belle évolution entre 2016 et 2017.

L’Europe de l’Est reste encore assez timide, quant à l’utilisation du commerce en ligne. Pourtant, son développement n’est pas à négliger puisqu’il pourrait bien représenter son marché le plus important. Avec le poids de la Russie, l’Europe de l’Est représente, en effet, un marché de 247 millions d’habitants.

 

Quelles perspectives d’avenir pour le e-commerce ?

75% des Européens ont déjà acheté en ligne via leur portable. Cette méthode d’achat semble très populaire auprès des pays scandinaves qui arrivent en tête. 89% des Danois ont déjà acheté via leur téléphone, 87% des Norvégiens et 86% des Suédois.

L’achat par mobile n’est pas encore aussi populaire en France, mais la tendance devrait suivre. D’ailleurs, la vente par mobile a augmenté de 527% depuis 2013.

Il n’est donc pas surprenant que de nombreux experts jugent l’achat par mobile comme très prometteur dans le marché du e-commerce. Ce dernier a, en effet, beaucoup pour plaire aux sociétés consommatrices. L’achat devient rapide, simple et disponible n’importe où. Il peut, ainsi, réellement être décrit comme la virtualisation du lèche-vitrine.

 

Vers le e-commerce et au-delà…

Le e-commerce peut représenter une véritable opportunité pour les entreprises désireuses d’étendre leurs ventes. A travers la vente en ligne, ce sont les nouvelles générations, ainsi que de nombreux marchés internationaux que les vendeurs peuvent toucher.

Mais il n’y a pas qu’au e-commerce qu’internet peut garantir un avenir prometteur. La e-médecine et l’e-administration sont, entre autres, de plus en plus évoquées.

Bien plus que le simple fait de consulter docteur Google concernant les problèmes de santé mineurs, la e-consultation commence à intéresser de nombreux experts. Elle pourrait notamment être une véritable révolution pour les pays dont les habitants sont dans l’incapacité d’accéder aux soins médicaux.

Les Français commencent également à l’envisager dans leur quotidien. Selon le Journal du Net, en 2016, 32% des Français étaient prêts à consulter des professionnels en ligne pour examiner leurs problèmes de santé.

L’e-administration a, pour sa part, de nombreuses fois été évoquée comme une des priorités du gouvernement français. Beaucoup de nos voisins européens l’ont même totalement adoptée.

C’est d’ailleurs dans le but d’apprendre de cette e-administration que le Premier ministre français, Edouard Philippe, s’est dernièrement rendu en Estonie. Vote en ligne, carte d’identité et carnet de santé en ligne font partie du quotidien des Estoniens dont l’administration est, dorénavant, 100% digitalisée…

 

Tribune proposée par Cécilia Vadé, responsable marketing chez MoneyBanker 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Chaque mardi, un condensé d'infos Marketing / Digital et Ebusiness directement dans votre boite mail !