Mailjet a analysé l’impact financier des e-mails non distribués : il ressort que ce sont environ 4,5 millions d’euros d’emails qui seraient chaque jour détournés, un manque à gagner d’1,7 milliard d’euros par an sur l’année en France.

 

 

Mailjet , spécialiste de l’emailing et de la délivrabilité, dévoile les conclusions de son analyse sur l’impact financier des fausses mises en spam. Parce que des emails légitimes sont traités comme des spams par des fournisseurs d’accès internet, des webmails ou des logiciels antispam, ce sont chaque jour 4,5 millions d’euros, soit 1,7 milliard d’euros par an qui disparaissent de l’économie française. 

Les fausses mises en spam détruisent la valeur de l’email

Alors qu’un email marketing ou transactionnel   génère de la valeur (respectivement   0,07€ et 0,10€ en moyenne selon Experian, Quaterly Email Benchmark Study ), un email perdu impacte le taux de conversion. S’il s’agit d’emails transactionnels, comme une facture, une confirmation de commande ou une réinitialisation de mot de passe, l’impact peut être encore plus grave.

Or, 15 à 20% des emails dits légitimes n’atteignent jamais la boîte de réception de leur destinataire.

Mailjet s’est attaché, à travers le croisement de plusieurs données communément admises sur le marché de l’emailing, à évaluer le coût de ces mises en spam erronées.

Le résultat est loin d’être négligeable : en France, le manque à gagner est estimé à environ 4,5 millions d’euros chaque jour, soit 1,7 milliard d’euros par an. L’équivalent de l’aide financière débloquée par le FMI en juillet 2013 pour la Grèce, ou encore de la somme des recettes des PV et radars en 2012.

Un chiffre encore plus impressionnant au niveau mondial, avec un coût estimé à 106 milliards d’euros.

 

La délivrabilité, un enjeu majeur pour les entreprises 

Parvenir en boîte de réception est donc devenu un enjeu clé pour les entreprises.

Pour améliorer sa « délivrabilité », les bonnes pratiques doivent être appliquées, tant au niveau marketing que technique.

C’est dans cette perspective que s’inscrit Mailjet, comme le souligne son co-fondateur Quentin Nickmans : « Chaque jour, le spam fait perdre à l’économie française 4,5 millions d’euros en moyenne. Ce chiffre édifiant ne manquera pas d’interpeller les dirigeants d’entreprise et responsables marketing pour qui l’email demeure le canal privilégié pour promouvoir leur activité, fidéliser et renouveler l’engagement de leurs clients. La délivrabilité des emails représente ainsi un enjeu considérable, et c’est la mission de Mailjet que d’optimiser la valeur des campagnes d’emailing à travers une plateforme experte dans le routage d’emails, avec le plus haut taux de placement en boîte de réception possible».

 

 

# à lire aussi...

Bienvenue dans l’ère du ‘Post-Digital’…

Selon la dernière étude publiée par Accenture, être une entreprise digitale n’est aujourd’hui…

Facebook, le grand oublié de la nouvelle génération

Si Instagram et Snapchat sont plébiscités par les moins de 20 ans…

Demain, tous myopes à cause du numérique ?

En France, 1 jeune sur 4 est déjà atteint de myopie et…